L’Union Postale Universelle est-elle devenue inadaptée ?

En octobre dernier, le gouvernement américain annonçait la décision de suspendre sa participation à l’Union Postale Universelle.

Cette organisation, rattachée à l’ONU, date de 1874. Jusqu’à une période assez récente, le courrier représentait le principal moyen de communication entre des personnes ou des entreprises de différents pays. L’enjeu de régulation de ces échanges apparaissait comme essentiel. A l’époque actuelle d’internet et du mobile, le courrier ne représente plus un enjeu significatif. Les communications se font par de nombreux autres moyens : e-mails, sms, Skype, WhatsApp, Telegram ou les réseaux sociaux.

Pourtant, les raisons de la décision des Etats-Unis méritent d’être analysées.

L’Union Postale Universelle, qui regroupe 192 pays, fixe les règles d’échange du courrier international. Jusque-là, rien d’anormal.

Chaque pays désigne un opérateur postal qui en charge de distribuer le courrier en provenance des autres pays. En France, cet opérateur est La Poste.

Le courrier postal comprend différents produits, dont le petit paquet postal, limité par l’épaisseur (3 cm) et le poids (2 kg).

Afin de tenir compte des coûts d’exploitation des différents pays, des tarifs de « frais terminaux » sont négociés. Ces tarifs tiennent compte d’une péréquation entre pays riches et pays pauvres. Ce fonctionnement ancien permet d’aider le développement des organisations postales dans les pays en développement et découle d’une certaine logique.

Apparaît alors un problème majeur : les catégories des pays auxquels sont affectés les tarifs correspondants, malgré quelques simplifications récentes, ont été définies… en 1969.

La Chine profite notamment très largement de ce système en bénéficiant d’un statut de pays en transition et donc de tarifs adaptés. Un colis de moins de 2 kg expédié de Chine vers les Etats-Unis ou l’Europe revient donc à environ 5 $, beaucoup moins cher que des expéditions intra-continentales.

Les sites internet Wish et Alibaba connaissent dans de nombreux pays des croissances impressionnantes.

Une aubaine pour ces e-marchands, qui profitent de ces tarifs subventionnés pour expédier à travers le monde des produits peu épais et peu lourds : un Tshirt, une chemine ou un accessoire de smartphone.

Le magazine LSA indique que Wish vient de se hisser à la 10ème place du Top 15 des e-marchands en France, en profitant très largement de ce système subventionné par les pays occidentaux.

Outre cette inégalité de traitement et le coût pour La Poste, il faut évoquer le sujet environnemental. Est-ce logique de subventionner l’expédition de petits paquets en provenance de Chine vers la France et les autres pays développés ? Est-ce réellement la mission d’une agence qui dépend de l’ONU ?

Il est donc urgent que le gouvernement français et la commission européenne agissent pour mettre un frein à ses pratiques inéquitables sur le plan commercial, pénalisantes pour La Poste et générant un impact extrêmement négatif sur l’environnement.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.