Articles

Les oubliés de la mobilité – Acte 2 : Hubault et Dubled

C’est grâce à l’association Rétrofutur que ces deux inventeurs de la région de Saumur ont trouvé leur place dans le Panthéon de la mobilité urbaine des marchandises.

La pénurie d’énergie pendant et juste après la Seconde Guerre Mondiale a amené certains inventeurs à trouver des sources d’énergies nouvelles. Louis Hubault et G. Dubled font partie de ceux-ci et se sont alors intéressés à l’hydrogène.

Ils ont pour cela transformé en 1945 un camion suisse de marque Saurer, datant de 1929. L’hydrogène était produit par eux-mêmes avec un moulin à eau, une turbine de 35cv, un électrolyseur, deux dynamos, une installation de distillation pour obtenir de l’eau très pure, deux gazomètres, un pour l‘oxygène un pour l’hydrogène et un compresseur pour comprimer l’hydrogène à 350 atmosphères dans des réservoir fixes pour ensuite alimenter les bouteilles fixées au camion à 200 atmosphères.

Une des grandes inventions de Hubault et Dubled était l’électrolyse. Grâce à un courant électrique, les molécules d’eau sont décomposées en oxygène et en hydrogène. 2 dynamos bénéficiant de la force d’un moulin à eau produisent l’électricité nécessaire à l’électrolyse.

L’hydrogène est brûlé directement dans le moteur à explosion.

En 1950, avec un professeur du lycée technique de Narcé (49), M. Maxence de Feyter, ils ont construit un arbre à cames pour entraîner les soupapes amenant l’hydrogène.

En 6 ans ils ont parcouru plusieurs milliers de kilomètres sans incidents.

Digne de Jules Verne, cette invention passée inaperçue est aujourd’hui considérée comme particulièrement innovante et une des étapes de la transition énergétique. Il aura toutefois fallu 70 ans pour que les constructeurs considèrent l’hydrogène comme une des solutions de la transition énergétique.

Le constructeur américain Nikola Motors a ainsi présenté fin 2017 deux prototypes de camions à hydrogène, fonctionnant avec un pile à combustible. Ces camions sont annoncés avec une autonomie de 1600 kilomètres et un coût de 20% inférieur à celui des camions fonctionnant au diesel.

Mais force est de constater que ces constructeurs ne sont pas européens. Les grands constructeurs de Poids-Lourds européens n’ont pas beaucoup avancé ni investi dans cette technologie pourtant prometteuse. Moins adapté à l’urbain qu’au périurbain et à l’interurbain, l’hydrogène permet d’atteindre une autonomie qui constitue souvent l’obstacle majeur des véhicules électriques. Il permet d’éviter aussi de transporter des poids de batteries de plus en plus élevés.

L’Ademe ne s’y est pas trompée en lançant ce printemps un appel à projets. Mais l’histoire nous montre que, plus qu’une manne financière publique, il faut surtout le courage et l’ambition d’inventeurs. Hubault et Dubled nous ont ouvert la voie.

L’hydrogène est-il la solution pour la logistique urbaine ?

Nombre d’experts nous présentent l’hydrogène comme la solution d’avenir afin de prolonger l’autonomie des véhicules électriques et d’apporter une solution à cet inconvénient majeur.

La start-up grenobloise Symbio FCell propose depuis quelques temps un véhicule Kangoo ZE H2 fonctionnant à l’hydrogène avec 300 km d’autonomie.  Ce véhicule a été présenté lors des Rencontres Internationales des Véhicules Ecologiques en juillet 2017 à Alès, tout comme le véhicule Toyota Mirai. La Kangoo ZE H2 est déjà utilisée par certains transporteurs professionnels comme la société Cetup, qui présenté un projet nominé aux Rois de la Supply Chain 2018. Engie, actionnaire de Symbio Fcell, utilise 50 véhicules Kangoo ZE H2.

Véhicule KangooZE H2 Symbio Fcell

Toyta annonce étudier le lancement d’un véhicule poids-lourd qui pourra, comme celui de la start-up Nikola, avoir une autonomie de 1200, voire 1900 km.

Autre projet initié par Symbio Fcell avec Renaut Trucks, celui du véhicule Maxity, qui a roulé à titre expérimental pendant près de deux ans sur les routes du Jura pour La Poste. Ce véhicule expérimental a une autonomie de 200 km.

Pourtant, les véhicules de livraison fonctionnant à l’hydrogène ne sont pas totalement nouveaux.

De 1945 à 1951, la société Saurer a fait rouler sur les routes de la région de Saumur un camion de modèle 1929 à l’hydrogène conçu par M. Hubault et M. Dubled. Ils produisaient eux-mêmes l’hydrogène avec un moulin à eau, une turbine de 35cv, un électrolyseur, deux dynamos, une installation de distillation pour obtenir de l’eau très pure, deux gazomètres (un pour l‘oxygène et un pour l’hydrogène) et un comprimeur. L’hydrogène était alors comprimé à 350 atmosphères dans des réservoir fixes pour ensuite alimenter les bouteilles du camion à 200 atmosphères. En 1950, avec un professeur du lycée technique de Narcet, M. Maxence de Feyter, M. Hubault et M. Dubled ont construit un arbre à cames pour entraîner les soupapes amenant l’hydrogène (source site web paleo-énergétique). En 6 ans, des milliers de kilomètres ont été parcourus sans incident.

Les initiatives autour de l’hydrogène ne concernent pas exclusivement les voitures et camions. Certains modèles comme ceux des scooters ou vélos à hydrogène semblent se développer. La société Pragma Industries propose ainsi des vélos fonctionnant à l’hydrogène. La société suisse Aaqius propose une technologie d’hydrogène sous forme de poudre contenue dans des canettes. 2 canettes sont suffisantes pour alimenter un scooter. Le scooter a ainsi une autonomie de 200 km. Cette solution est déjà adoptée en Asie et au Brésil.

En France, la filière reste dans l’immédiat expérimentale. L’Air Liquide a installé 2 stations de charge  à Paris qui alimentent notamment une flotte de taxis. Plusieurs autres stations sont prévues cette année.

La complexité des véhicules à hydrogène semble tenir moins de la technologie que de la fabrication de l’hydrogène et de son coût. Le principe est d’utiliser les surplus d’électricité qui sont transformés en hydrogène stockable par un électrolyseur. Toutefois, le principal concurrent de l’hydrogène sera peut-être tout simplement le véhicule électrique. Le nouveau véhicule Nissan e-NV 200, qui vient d’être commercialisé, est annoncé pour 280 km d’autonomie avec une batterie de 40KW. Le kilométrage est alors très proche de celui du Kangoo ZE H2.

Mais un des potentiels de l’hydrogène se situe peut-être en Afrique. En effet, dans certains pays africains, à l’instar du Mali, des ressources naturelles d’hydrogène ont été découvertes. Ces ressources qui semblent importantes pourraient ainsi permettre de développer de nouveaux modèles de mobilité dans des pays à la recherche de solutions durables et adaptées au contexte local.