Articles

Comme chaque année, le blog Logicités met en évidence 5 mauvaises nouvelles relevées durant l’année écoulée et 5 bonnes nouvelles concernant la logistique urbaine.

L’an passé, les 5 mauvaises nouvelles présentées étaient :

  • 2018 : les émissions de CO² ont augmenté de 2,7% dans le monde
  • L’étalement urbain, le mauvais exemple français
  • Des échecs dans les modèles des consignes de retrait de colis
  • Les difficiles modèles économiques du dernier kilomètre
  • La LOM : peu d’avancées significatives concernant la logistique urbaine

Malheureusement, certaines de ces mauvaises nouvelles auraient pu être reprises pour 2019. Les émissions de CO² ont continué à augmenter sur la planète, mais en 2019 à un rythme plus faible, de 0,6%. Toutefois, les records de chaleur se multiplient. Les incendies et autres catastrophes climatiques deviennent de plus en plus fréquents.

L’étalement urbain continue, notamment en France, au même rythme, incité par un modèle d’habitat périurbain, des autoroutes nouvelles et d’autres facilités.

La LOM a été votée mais certains articles, comme l’article 44, restent contestés, notamment par le Conseil Constitutionnel. La logistique urbaine reste quasiment absente de cette loi, qui s’annonçait prometteuse, dans la continuité de la loi de transition énergétique et des Assises de la Mobilité.

Pour 2019, nous avons choisi les 5 mauvaises nouvelles suivantes :

  1. La diminution de 50% des aides d’Etat à la transition écologique.

Le 1er janvier, en catimini, le gouvernement a décidé de réduire de 50% les aides aux entreprises pour l’acquisition de véhicules propres. Ainsi, pour l’achat d’un VUL électrique, l’aide d’Etat passe de 6000 à 3000 €. Nous aurions pu penser que l’aide avait pour objectif d’amorcer le développement de la filière et qu’elle n’est plus nécessaire. Mais en 2019, le nombre de véhicules utilitaires électriques vendus en France a … diminué de 2%. C’est donc là une mesure directe d’économie des dépenses de l’Etat et une bien mauvaise nouvelle pour les entreprises qui envisageaient de faire évoluer leur parc de véhicules vers des véhicules plus propres.

  1. La pollution de l’air reste problématique

L’Ile-de-France, en 2019, n’a connu qu’un seul jour de qualité de l’air très bonne (1 et 2 sur l’échelle de l’ATMO allant de 1 à 10), en l’occurrence le 30 mai 2019. Les années précédentes, le nombre de jours par an avec une qualité de l’air très bonne était de 4 à 25 selon les années. Cette donnée témoigne d’une situation particulièrement préoccupante. La qualité de l’air est à l’origine, en France de 48 000 morts prématurés par an. La livraison urbaine a un rôle dans ce bilan, qui est estimé à 10%. C’est là tout l’enjeu de la logistique urbaine.

  1. L’artificialisation du territoire continue.

Le rapport publié par France Stratégie en juillet 2019 est édifiant. En matière d’artificialisation des terres, la France fait figure de mauvais élève en Europe. Tous les ans, nous artificialisons 60 000 hectares. La raison principale est l’habitat individuel. Plus grave, le rythme d’artificialisation est beaucoup plus rapide que celui de la croissance de la population. Les effets sont connus. Certains medias ont nommé la crise des gilets jaunes comme la « crise de l’étalement urbain ». En développant des réseaux routiers rapides et gratuits, en développant des lotissements en grand nombre loin des lieux de travail, les collectivités ont créé un modèle fragile, pour des populations qui sont totalement dépendantes de la voiture. Sur le plan logistique, étaler le territoire urbain, c’est augmenter les kilomètres pour les livraisons, donc le nombre de camions sur la route… La prise de conscience avec un objectif de « zéro artificialisation nette » en 2019 est une bonne nouvelle mais sera-t-elle suivie d’effet ? On peut en douter à court terme.

  1. Le recul sur la consigne et les emballages en plastique.

Repoussé à 2040, c’est-à-dire aux calendes grecques, la suppression du plastique restera comme un des échecs majeurs de 2019. Les propositions pourtant à l’initiative de nombreux députés, visaient à développer la consigne en verre ou en PET épais, comme dans de très nombreux pays. Pour ne pas mettre en péril les industries du plastique et les centres de tri souvent récents et dimensionnés pour des volumes importants, le gouvernement a décidé de privilégier des « expérimentations ». Pourquoi expérimenter ce qui existe et fonctionne très bien depuis des années dans de très nombreux pays ? Le plus étonnant est le soutien des industriels, comme Coca Cola à la consigne. Le développement de la consigne existe depuis toujours dans le réseau CHR. Les transporteurs sont disposés à élargir leurs services, ce qu’ils font déjà assez souvent. Le frein est alors réglementaire. Espérons que l’insistance des industriels, des transporteurs, mais aussi des consommateurs permettra de revenir à la raison sur ce sujet essentiel.

  1. L’arrêt de plusieurs initiatives de logistique urbaine.

Ce blog s’est déjà fait l’écho de l’arrêt de nombreuses initiatives, les consignes de retrait ou certaines start-ups. En 2019, plusieurs initiatives pourtant intéressantes se sont arrêtées comme Oxipio ou Kangourou Vert. La réussite des entreprises de livraison propre du dernier kilomètre dépendent beaucoup de la volonté publique de mieux réglementer les centres villes et d’inciter les transporteurs à utiliser des solutions plus propres. Les initiatives privées ne manquent pas et méritent d’être encouragées, souvent accompagnées voire aider afin de faire de la logistique urbaine soit une réalité sur les territoires. Ces échecs montre que le chemin pour rendre ces modèles non seulement pertinents sur le plan environnemental, mais aussi rentable, est encore long.

En 2018, les 5 bonnes nouvelles mises en évidence dans ce blog étaient :

  • L’arrêt du projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes
  • La pétition l’Affaire du siècle rassemble plus de 2 millions de français
  • La mise en place de Zones à Faibles Emissions
  • Un foisonnement d’initiatives locales
  • La sortie du livre de Logicités sur la logistique urbaine au Japon !

Pour 2019, nous avons donc choisi les bonnes nouvelles suivantes

  1. La création de France Logistique

Conséquence du rapport Hemar-Daher sur la compétitivité logistique de la France demandé par le Premier Ministre, le comité France Logistique, qui est dirigé par l’ancienne ministre des transports Anne-Marie Idrac aura la lourde tâche de porter les problématiques de la filière logistique française. L’organisation de la logistique urbaine « du dernier kilomètre » a été citée comme un des axes de travail de ce comité. C’est là une bonne nouvelle, tant du fait de la prise de conscience, attendue depuis des années, de l’importance de la logistique, que de l’intégration des solutions de logistique urbaine dans cette démarche nationale.

  1. L’arrêt d’Europacity

Ce projet démesuré, consommateur des dernières terres agricoles près de Paris et à l’encontre de tous les messages de recentrage de la ville et du commerce sur ses centres, a été abandonné. C’est là une bonne nouvelle alors que l’Etat, pour la première fois, se préoccupe de la problématique de l’étalement urbain et de l’artificialisation des terres agricoles et des espaces naturels. Les terres de Gonesse constituent un potentiel pour développer l’agriculture de proximité et les circuits courts et réduire l’impact logistique de l’approvisionnement en alimentation de Paris.

  1. Logistique urbaine: les appels à projets se multiplient.

Dans toutes les villes, Paris, Nantes, Lille, Lyon et d’autres, les Appels à Projets ou Appels à Manifestation d’Intérêt se multiplient. Ils permettent de faire émerger de nouveaux projets, de mobiliser les acteurs et de mettre en œuvre des solutions nouvelles. Cette prise en main de la logistique urbaine à l’échelon métropolitain est une excellente nouvelle. Certaines métropoles, comme Paris ou Toulouse, mettent en place des plans d’actions. La dernière initiative en date, qu’il faut saluer, est celle de la Métropole du Grand Paris visant à sensibiliser le consommateur aux impacts logistiques de ses achats.

  1. 2 bonnes lectures à ne pas manquer.

L’excellent livre de Vincent Chabault « Eloge du magasin, contre l’amazonisation » – Gallimard Le Débat – permet de comprendre que l’e-commerce n’est pas l’ennemi du commerce de proximité. Autre très bonne lecture pour ce début d’année, l’histoire du commerce, autour de celle de Felix Potin. Le livre « Qui a tué Felix Potin ? » de Mathieu Mercuriali et Giulio Zucchini (éditions de l’Epure) nous montre que ce n’est pas Amazon qui a inventé la livraison à domicile et que la transformation du commerce que nous connaissons n’est pas tout à fait nouvelle.

  1. Le rapport sur les modèles de la livraison du dernier kilomètre est en ligne !

Attendu depuis longtemps, l’étude prospective des enjeux de la livraison du dernier kilomètre, à laquelle Logicités a participé, avec PMP, le LAET et ELV Mobilités, est en ligne sur le site internet du ministère de la transition écologique et solidaire. Bonne lecture !

Bonne et heureuse année 2020 !

https://www.logicites.fr/meilleurs-voeux-2020

 

 

 

Nous définissons la cyclologistique comme l’utilisation professionnelle de cycles avec ou sans assistance électrique, avec ou sans remorque, pour la livraison urbaine. S’intègre donc dans la cyclologistique la livraison en triporteurs, en vélos avec remorques, en biporteur ou cargocycle. La livraison des repas, de façon uberisée, avec des vélos non professionnels ne s’apparente pas, dans notre définition à la cyclologistique. Elle correspond à un autre modèle, essentiellement de déplacement lowcost.

La cyclologistique a une histoire. Il y a 150 ans, en 1869, Aimé Olivier, maire de Marennes, décide de doter pour la première fois dans l’histoire le bureau de Poste de la Ville de 2 vélocipèdes. La cyclologistique est née.

Cyclologistique implique maintenant une formation, un respect des règles de sécurité, et un matériel professionnel de transport de marchandises.

Ces équipements apportent de nombreux avantages en termes de livraison de proximité et sont plébiscités par les élus, qui souhaitent pour nombre d’entre eux les voir en plus grand nombre dans leur ville, en remplacement de véhicules diesel.

Ils peuvent aussi, pour nombre d’artisans, remplacer le véhicule utilitaire, souvent très mal optimisé et difficile à stationner.

Mais où en sommes-nous par rapport aux autres pays dans le développement de ces moyens de livraison ?

Le pays le plus en avancé au monde est vraisemblablement le Japon. La première entreprise de transport de colis, Yamato, n’utilise pas moins de 5200 vélocargos, à partir d’espaces logistiques de proximité situés dans tout le pays. D’autres entreprises, comme Japan Post, ont également fait le choix de ces moyens de livraison dans de nombreuses villes.

Logicités a d’ailleurs publié un livre sur la logistique urbaine au Japon, très en avance par rapport à d’autres pays.

En Europe, les pays nordiques, et notamment le Danemark, mais aussi l’Allemagne et les Pays-Bas font probablement figure de pays dans lesquels la cyclologistique est très présente. A Amsterdam, plusieurs entreprises disposent d’espaces logistiques de proximité permettant d’effectuer la livraison de quartier en vélocargo. En Allemagne, les microhubs mobiles (des remorques servant d’entrepôt local) ou sous la forme d’espaces de proximité, sont déjà répandus dans les principales villes.

La Grande-Bretagne, qui était très en retard dans ce domaine, est en train de le rattraper grâce à une politique très agressive de réalisation de pistes cyclables, notamment à Londres.

En Italie, dans de nombreuses villes, comme Padoue, la cyclologistique est développée pour la livraison de petits colis.

N’oublions pas la Bruxelles ou Montréal, villes dans lesquelles la cyclologistique commence à se développer avec des initiatives très innovantes. Citons notamment l’initiative mise en place par Proximus et L’Oréal à Bruxelles ou l’ELP mis en place à Montréal dans l’ancienne gare d’autobus.

Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive mais l’analyse des réalisations permet de tirer les conclusions suivantes :

  • Le développement de la cyclologistique nécessite la mise à disposition d’espaces de proximité. Ces espaces sont souvent des pieds d’immeubles ou des délaissés urbains. Il faut en effet réduire la distance entre le point de départ et le secteur de livraison afin de trouver un modèle économique.
  • Il est nécessaire de disposer d’un secteur assez dense en livraisons, avec si possible des colis de petite ou moyenne taille. Certains matériels permettent toutefois de transporter des palettes.
  • La productivité de la cyclologistique et par conséquent la pérennité des modèles tient essentiellement de la fluidité de l’espace public.

Voici ainsi quelques propositions afin que la cyclologistique, tant souhaitée par les élus, mais aussi les habitants, puisse se développer :

  • Réduire la place de la voiture individuelle. La cyclologistique se développe dans les villes qui ont eu le courage de réduire de façon importante l’espace, tant en circulation qu’en stationnement, dédié à la voiture individuelle.
  • Supprimer les obstacles physiques, qui entravent fortement la productivité et la sécurité des livreurs : bordures, plots et autres obstacles physiques sont contraires à un développement facile de la cyclologistique. Cela conditionne notamment l’utilisation des pistes cyclables. En effet, il n’est pas possible, en cas d’entrave de la piste, de déplacer un vélocargo avec 300 kg de marchandises !
  • Permettre la privatisation de places de stationnement pour des entrepôts mobiles. Cette privatisation, éventuellement rémunérée, est indispensable pour le développement de ces modèles qui permettent de réduire le nombre de véhicules de livraison.
  • Aider les artisans à modifier leur modèle et, dans de nombreux cas, s’équiper de moyens de cyclologistique.
  • Améliorer l’état des chaussées pour réduire les coûts de maintenance, beaucoup trop élevés.

Le salon Paris Retail Week, qui a lieu Porte de Versailles, est le rendez-vous incontournable de toutes les innovations autour de l’e-commerce et du cross-canal.

La logistique est devenue un axe central du salon. Pour confirmer ce positionnement, l’organisateur a placé les prestataires de transport et de logistique à l’entrée. Impossible de manquer cet espace qui regroupe les prestataires de transport du dernier kilomètre, de logistique, les fournisseurs de consignes de retrait de colis ou de points relais.

Une nouveauté de taille, des interviews à destination des exposants sont organisés par le cabinet de conseil Neo 26, fondé par Franck Journo. Le ring de boxe est là pour mettre en situation ce combat virtuel autour des innovations et tendances profondes du salon. Thomas Garnesson, managing director de Sevensenders France, plateforme export de colis au départ de la France, affûte ses armes…

Mais la logistique est présente partout sur le salon : sur l’espace start-ups, sur les stands de la Chine ou d’Amazon.

Amazon met en avant sa marketplace Amazon business, à destination des professionnels : outillage, informatique, fournitures de bureau ou matériel médical. Cette plateforme a pour vocation de transformer le marché du B to B.

Autre innovation internationale de taille. Pour la première fois, les routes de la soie sont présentes. Le prestataire ferroviaire propose un service régulier par voie ferrée, entre la Chine et Duisburg, en seulement 2 semaines. La cible est directement l’importation de produits via les grandes plateformes e-commerce chinoises. Mais c’est aussi peut-être une opportunité pour rééquilibrer les échanges et faciliter l’exportation vers la Chine. Le transport par train, qui se présente comme un intermédiaire entre l’avion et le transport maritime, apporte une pertinence environnementale et constitue une innovation majeure.

La livraison collaborative est particulièrement présente, avec les start-ups Yper, Shopopop et Courseur, qui proposent des livraisons au départ des surfaces commerciales ou des drives effectuées … par des particuliers. Les discussions avec ces sociétés font état d’un marché en très fort développement. Les acteurs de la distribution, qui étaient très prudents jusqu’à peu sur ces formes de livraison, les considèrent maintenant comme des solutions pérennes et conformes à la réglementation.

Les livraisons décartonnées sont aussi très présentes sur le salon. La société Vert Chez Vous (groupe Labatut) annonce l’ouverture de son espace logistique urbaine de Lyon centre. Cet espace permettra la livraison de colis B to B et de palettes en moyens décarbonés.

Parmi les start-ups, nous avons relevé l’innovation présentée par la société Galam Robotics. Il s’agit d’un robot de stockage adapté aux petits espaces logistiques urbains ou aux réserves des magasins.  Cet automate de stockage particulièrement innovant permet de gagner des m² rares et d’optimiser le rangement des colis dans les réserves.

Un des événements du salon, c’est la table-ronde du 26 septembre à 10h30 sur la thématique « La logistique urbaine : enjeu serviciel et sociétal ». Jérôme Libeskind, expert en logistique urbaine et fondateur du bureau d’études Logicités, participera à cette table-ronde, en compagnie d’Alexandre Berger (La Poste), Antony Deniau (Franprix) et Pierre Beharelle (Norauto). Ne manquez pas ce débat qui promet d’être passionnant !

Bon Paris Retail Week 2019 !