Articles

Uber et contre tous

Beaucoup d’entre nous sommes des utilisateurs réguliers d’Uber. Nous en apprécions la facilité d’utilisation, la transparence des prix, mais pas toujours le modèle social qui se cache derrière.

Nous apprécions ses services, les VTC, la livraison de repas Uber eats, les trottinettes ou vélos Jump en livre service.

Introduit en bourse au NYSE depuis mai 2019, la valeur de l’action Uber a (déjà) perdu … 27% de sa valeur. Au deuxième trimestre 2019, la société a affiché 5,29 milliards de pertes.

Un des faits majeurs, qui pourrait peser sur la valorisation du modèle Uber et son avenir est la décision du Sénat californien qui, le 10 septembre dernier, a voté la requalification des chauffeurs de VTC en salariés. A contre courant des décisions californiennes, la très libérale loi d’Orientation des Mobilités, qui vient d’être votée par le parlement, ne prévoit dans son article 20 que la possibilité, pour une plateforme (donc notamment Uber) d’établissement d’un charte qui définira les conditions de travail…

Après plusieurs années de choix délibéré de laisser se développer l’uberisation de l’économie, le retour en arrière était évidemment impossible. L’économie uberisée affecte maintenant un trop grand nombre de personnes, dont dépendent les revenus mensuels.

Le plus surprenant, ce n’est pas l’encadrement ultralibéral de la loi, mais l’écart entre la position française (pays dans lequel l’uberisation reste assez modeste et récente) et la position d’un pays qui a beaucoup plus d’historique et d’enjeu. La LOM, tout juste votée est-elle alors déjà dépassée ? Si l’encadrement législatif de l’uberisation est une nécessité, il semble que la LOM, sur ce sujet, arrive soit trop tard (comme c’est souvent le cas), soit trop tôt…

Autre sujet, Uber est devenu un acteur majeur du transport de marchandises et de la logistique urbaine. Il y a quelques mois, la plateforme Uberfreight, qui n’était présente qu’aux Etats-Unis, est arrivée en Europe, en s’implantant aux Pays-Bas. Avec un modèle de transitaire, Uberfreight vise à transformer le secteur de l’affrètement. Le choix de ce secteur n’est pas anodin. Il se caractérise par une multiplicité d’acteurs transporteurs, souvent indépendants, ou de petites entreprises, et un faible nombre d’affréteurs, dont la valeur ajoutée par rapport à ces modèles technologiques est de moins en moins évidente et le mode de fonctionnement encore très traditionnel.

Le modèle est donc très proche de celui des taxis…

Uberfreight trouvera en France des concurrents, comme Everoad ou Fretlink. Mais le marché est considérable et les marges encore suffisamment élevées pour permettre de trouver un modèle économique. Réduire la part des camions qui roulent à vide (estimée à 21%) constitue un enjeu environnemental majeur.

Autre secteur dans lequel Uber est présent, la livraison instantanée. La plateforme de livraison de repas, est fondée, comme ses concurrents Deliveroo ou Glovo, sur l’utilisation de livreurs micro-entrepreneurs. La difficile rentabilité de ce modèle pousse la plateforme à innover. Depuis cette année, Uber propose des solutions de click & collect (ou de vente à emporter). Autre nouveauté 2019, après les grandes métropoles, Ubereats a décidé de s’implanter dans des villes de plus petite taille : Annemasse, Montluçon ou Beauvais. La présence sur l’ensemble du territoire est alors une nécessité.

Uber s’intéresse aussi aux technologies du futur. L’échec de son positionnement sur les camions autonomes (arrêt en 2018 du projet suite au rachat d’Otto) est bien sûr une décision majeure. Toutefois, Uber a présenté au CES 2019 des drones taxis. En juin 2019, Uber a annoncé des tests de livraison de repas en drones en Californie et investit massivement dans la voiture autonome.

Acteur incontournable de la mobilité des personnes et des marchandises, Uber devra trouver un modèle social acceptable. La technologie Uber révolutionne les pratiques, mais pourquoi alors ne pas essayer d’en faire un  modèle social positif ?

 

 

Jean-Louis Missika est-il un passionné de logistique urbaine ?

La réunion qui s’est tenue le 13 mai à la CCIP dans le cadre des rencontres du club Entreprises La Tribune avait pour invité Jean-Louis Missika, adjoint à la Maire de Paris en charge de l’urbanisme, de l’architecture, du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité.

Ce débat, animé par Jean-Pierre Gonguet, avait comme sujet central La Ville Intelligente, grande ambition de Paris, pilotée par Jean-Louis Missika.

Est-ce un effet de mode ou une véritable évolution des prises de conscience, la logistique urbaine s’est trouvée au cœur du débat.

Jean-Louis Missika a défendu l’accès à l’e-commerce des commerces de proximité, mais aussi les nouvelles formes de commerce, comme les magasins éphémères (les fameux pop-up stores).

Il a annoncé une réflexion en cours sur le concept de « réinventer la Seine avec Rouen et Le Havre » et a indiqué que des annonces seraient prochainement faites sur ce sujet, qui concerne directement l’utilisation de la Seine pour la desserte de Paris.

Bonne nouvelle, Uber n’est plus l’ennemi n°1. Jean-Louis Missika a même regretté qu’une « grande compagnie de taxi », sans la nommer, n’ait pas saisi à temps l’opportunité de devancer Uber et de créer un modèle d’Uber français. Il a clairement indiqué que le rôle des pouvoirs publics  n’est pas d’empêcher l’uberisation de la société, qui est inévitable, notamment sur la distribution du dernier kilomètre, mais de fixer les règles du jeu et d’éviter les distorsions de concurrence.

Uber se lancera dans la logistique urbaine. C’est là chose acquise. Reste à savoir quand et dans quelles conditions.

Mais Jean-Louis Missika a également parlé de tous les efforts de la Ville pour développer des bonnes pratiques de logistique urbaine, la charte, les commissions de travail, le travail sur le PLU.

Il a rappelé que 3 ou 4 livraisons sur 10 concernent des livraisons à domicile et que le rôle de la Ville est notamment de rechercher, avec la RATP et la Poste, des emplacements pour des consignes, meilleure solution de gestion du dernier kilomètre BtoC.

Enfin, il a rappelé que le principal enjeu de la Logistique Urbaine est de ne plus « amboliser » la Ville.

Au travers de ce discours résolument logisticien, chose étonnante pour un élu, qui plus est sociologue, en charge de l’urbanisme, nous découvrons des points communs avec le livre que je viens de publier « La logistique urbaine – les nouveaux modes de consommation et de livraison » Editions Fyp.

livre logistique urbaine

La Logistique Urbaine ne peut plus être déconnectée de l’e-commerce. Elle doit impérativement prendre en compte l’évolution de la consommation et notamment « l’uberisation » de la société, le delivery crowdsourcing.

Le fait que les responsables politiques au plus haut niveau défendent cette idée numérique et collaborative de la logistique urbaine constitue une vraie nouveauté et interpelle.

L’objectif est bien sûr de réduire les externalités négatives dues au transport, mais il est aussi de transformer la ville, la rendre plus attractive, plus numérique, plus intelligente. Cette vision particulièrement moderne de la logistique urbaine montre la connaissance approfondie de ce sujet qui est celle de Jean-Louis Missika.

Merci pour ce discours d’optimisme, qui manque tant lorsqu’on parle d’écologie !

Une semaine très logistique urbaine

La semaine qui vient de s’écouler a été marquée par de nombreux évènements marquants différents aspects de la logistique urbaine et du dernier kilomètre.

La convention Retail Chain, organisé par Premium Contact à la Défense, qui s’est tenu le 14 avril, a permis d’organiser plusieurs tables rondes et ateliers sur ce sujet.

J’ai eu le plaisir d’animer la première table ronde de la journée avec 3 intervenants de qualité. Laurent Soleilhac, directeur marketing de Pickup, a ainsi présenté les 3 modèles hors domicile de Pickup : le commerçant (point relais traditionnel) permettant de gérer 10 à 40 colis par jour, la consigne (Pickup station) qui peut gérer 40 à 100 colis par jour et le Pickup store, prévu pour des très gros flux supérieurs à 100 colis par jour.

RetailChain2015_044

Jérôme Libeskind, animateur de la table ronde d’ouverture de Retail Chain 2015 sur les tendances du dernier kilomètres e-commerce

Eric Paumier, président de Colis Privé, nous a expliqué que le délai de livraison de Colis Privé est identique à celui de La Poste et que le point essentiel, au-delà du délai, est le respect de l’engagement client. Il nous a présenté la politique très qualitative de Colis Privé et l’objectif de réduction du taux d’échec à la première présentation.

RetailChain2015_052

Remi Lengaigne, co-fondateur de Colisweb et Eric Paumier, président de Colis Privé à la conférence d’ouverture de Retail Chain 2015, animée par Jérôme Libeskind

Remi Lengaigne, co-fondateur de Colisweb, nous a expliqué comment une start up peut trouver sa place dans ce monde de grandes entreprises et de quelle façon elle peut apporter un service différenciant de livraison en H+ (2 heures par exemple).

RetailChain2015_002

Cette manifestation du 14 avril a également permis à la FEVAD de faire le point sur les premiers travaux de son observatoire de la livraison e-commerce. Ces travaux nous apprennent que le délai moyen entre la prise de commande et la livraison est de 4,6 jours. Ce délai peut sembler très important mais est en fait la résultante de nombreux facteurs, notamment des modèles économiques de certains sites web. Il peut également varier selon les régions et les périodes de l’année.

La société InPost nous a également présenté l’évolution rapide du réseau Abricolis, qui devient, avec les 70 nouvelles consignes, le premier réseau de consignes en France.

Mais la semaine qui s’achève a également été marquée par des d’autres évènements.

Le 15 avril, le groupement HEC Transports que j’anime, s’est associé au club Tourisme et Management pour accueillir Sylvain Andrieu, directeur du développement d’Uber. Ce que nous apprenons, c’est que la logistique urbaine devra compter avec Uber. En effet, la technologie Uber modifie profondément la façon d’appréhender la mobilité et a pour objectif l’utilisation optimisée des véhicules. Ce modèle adapté à la mobilité des personnes, et déjà présent avec succès au travers de nombreux services dans 300 villes du monde, s’intéresse maintenant aux marchandises.

Uberrush développe des offres de coursiers vélos à New York, Ubereats invente à Barcelone la livraison de repas en … 5 minutes seulement ! Uber a testé à Paris des livraisons avec Fauchon et ne manque pas d’idées pour faire progresser la mobilité urbaine.  Gageons que nous rencontrerons bientôt Uber dans la livraison B to C !

Autre évènement marquant de la semaine : le 17 avril, je suis intervenu en direct dans l’émission de radio de la Radio-Télévision Suisse sur la logistique urbaine et la présentation de mon tout nouveau livre « La logistique urbaine – les nouveaux modes de consommation et de livraison » Editions FYP. La logistique urbaine n’est plus réservée aux cercles étroits de chercheurs et de professionnels. C’est un sujet qui prend progressivement une connotation Grand Public et c’est là une excellente nouvelle.

L’émission d’une demi-heure est disponible en podcast. Soyez nombreux à l’écouter !

http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/tribu/

Enfin, cette semaine a été couronnée par le lancement de l’appel à projets de la Ville de Paris sur des expérimentations de logistique urbaine utilisant l’espace public. La présentation qui a eu lieu le 17 avril a permis de réunir des porteurs de projets et des acteurs publics. Là encore, nous constatons que la Logistique Urbaine est un sujet opérationnel et plus seulement un cas de recherche, même si de nombreuses idées pourront continuer à être développées par la recherche.

Au-delà des pics de pollution qui caractérisent les villes et notamment Paris en cette période printanière, nous voyons émerger des modèles différents et des perspectives tout à fait innovantes, tant sur le plan technologique que collaboratif.