Articles

Logicités a suivi pour vous l’actualité de la logistique urbaine et du dernier kilomètre pendant l’été. Voici quelques unes des informations que nous avons relevé, en lien avec la logistique urbaine et le dernier kilomètre.

Une charte pour le e-commerce …

Une quinzaine d’acteurs du e-commerce, donc Cdiscount, Veepee ou Ebay ont signé avec le gouvernement une charte visant à mieux maîtriser les impacts environnementaux de la vente en ligne. Les bonnes pratiques qui apparaissent dans cette charte sont l’engagement de réduction du volume des colis, le regroupement des envois et surtout l’engagement de ne pas inciter le consommateur aux pratiques de livraison de multiples tailles de produits, favorisant les retours. Cette charte, qui n’est toutefois pas signée par quelques grands acteurs, notamment Amazon, constitue un premier pas, mais reste une liste de bonnes intentions. Attendons de voir quels en sont les résultats concrets !

… mais les retours e-commerce continuent d’augmenter

En contradiction avec la charte, la récente étude mondiale réalisée par GXO Logistics auprès de retailers montre que, lors des 12 derniers mois, les retours ont augmenté. 36% des retailers interrogés confirment ce point. Sur la période, 42% des e-consommateurs déclarent avoir retourné au moins une fois un vêtement (source National Retail Federation). Il est toutefois intéressant de constater que 57% des consommateurs déclarent être sensibles à un programme de retours respectueux de l’environnement. Argument commercial des retailers, mais aussi coût considérable pour eux, le meilleur retour est celui qui n’existe pas !

L’Etat condamné

Décision pour le moins surprenante. Le Conseil d’Etat condamne l’Etat pour inefficacité de sa politique de réduction de la pollution de l’air. Les résultats constatés, malgré une situation exceptionnelle (confinement de 2020) ne sont pas considérés comme à la hauteur des enjeux. L’Etat est d’ailleurs condamné à verser 10 millions € à différentes agences… qui dépensent pour la plupart de l’Etat… Au-delà de cette décision, apparaîtra vraisemblablement une accélération de la mise en place des Zones à Faibles Emissions, dans toutes les agglomérations de plus de 150 000 habitants. Mais l’efficacité de ces ZFE dépendra beaucoup de la politique globale de mobilité et d’habitat. Arrêter l’étalement urbain des agglomérations est une nécessité pour réduire l’usage de la voiture. Mettre en œuvre des solutions de logistique urbaine ne se limite pas au changement de motorisation.

Les primes à la conversion augmentent

Dans le cadre du plan France Relance, les primes à la conversion et les aides à l’achat d’utilitaires électriques augmentent. Le cumul des 2 aides peut atteindre 14 000 € ! Une bonne nouvelle pour toutes les entreprises qui réfléchissent à passer leur flotte du diésel à l’électrique.

Deliveroo cumule les pertes

Malgré une augmentation du chiffre d’affaires de 82% sur le premier semestre 2021 (par rapport à la même période de 2020), la plateforme ne réduit que très légèrement ses pertes. Avec un CA de 922 millions £, la plateforme affiche des pertes de 109 millions de £ sur la période. La livraison des repas à domicile, un luxe urbain du 21ème siècle, souvent au mépris d’un modèle social très dégradé, ne trouve pas de modèle économique. Et c’est sans prendre en compte les risques de requalification dont Deliveroo et les autres acteurs sont sujets dans plusieurs pays. Deliveroo a ainsi décidé pour cette raison de quitter l’Espagne.

Quick commerce : tendance de fonds ou mode ?

Carrefour a annoncé cet été une prise de participation dans Cajoo, start-up de livraison de produits d’épicerie créée il y a seulement quelques mois. Cajoo est présent dans 10 villes et a levé 6 millions € en proposant un service de livraison en 15 minutes. Marché ultra-concurrentiel avec l’arrivée en France de sociétés très capitalisées comme Gorillas, Flink, Zapp, Dija ou Getir, on peut s’étonner de cette décision d’un grand retailer, qui mise sur la pérennité de ce modèle. Pourtant, ce modèle va à l’encontre de tous les principes de base : la rapidité de la livraison ne permet aucune mutualisation. Son impact environnemental est de ce fait inévitablement négatif. Et ce modèle ne trouve aucune rentabilité au moins à court terme…

Phénomène de mode très urbain ou tendance de fonds, le quick commerce transforme en tout cas le marché. Ces sociétés prennent position avec des dark stores en grand nombre, loués à prix d’or dans les grandes métropoles, et des scooters, parfois électriques, qui sillonnent les centre urbains. La rentabilité n’est pas la priorité, c’est la prise de position sur le marché à court terme. Il est grand temps que le législateur indique ce qui est pertinent et ce qui ne l’est pas…

Incroyable mais vrai : DHL passe à l’avion électrique

DHL a annoncé la commande de 12 avions cargo Eviation Alice qui seront opérationnels en 2024. Particularité de ces avions, ils sont électriques ! Leur charge est de 1200 kg et l’autonomie de 815 km, correspondant ainsi à des trajets européens. Cette décision fait partie d’un très ambitieux programme de DHL de décarbonation de ses activités dans le monde.

Les robots deviennent une réalité

Starship annonce avoir 1000 robots en fonctionnement dans une vingtaine d’universités américaines situées dans 15 états différents. Ces robots livrent essentiellement des repas, en partenariat avec des grandes enseignes comme Starbucks ou Subway. Nous sommes maintenant loin de la période d’expérimentation. Ces robots ont déjà effectué 1,5 million de livraison et ont parcouru des millions de kilomètres. Même si cette flotte traverse tous les jours 80 000 croisements, les campus universitaires n’en constituent pas moins des sites fermés et bien protégés, adapté au développement de ces nouvelles formes de mobilité.

The Post Office ouvre son réseau à d’autres opérateurs

C’est la première fois dans l’histoire que le réseau Post Office des postes britanniques ouvre son réseau de points de contacts à un autre opérateur concurrent, DPD. Les clients qui se font livrer par DPD pourront ainsi choisir de retirer leur colis dans un point Royal Mail. A la fin de l’année, 1500 points seront ainsi concernés. Pour The Post Office, cette mutualisation permet de générer de nouvelles recettes. Pour DPD, cette solution entre dans la politique globale de développement durable. La livraison hors domicile permet de mieux consolider les flux que la livraison à domicile. Une expérience à développer en France ?

 

Qu’avez-vous manqué cet été comme événements concernant la logistique urbaine et le dernier kilomètre ?

Le confinement fait partie du passé, du moins espérons-le. La vie a repris malgré les mesures sanitaires et de distanciation, qui resteront encore présentes dans notre vie quotidienne probablement assez longtemps.

  • Des élus en charge de la logistique urbaine

Les élections ont eu lieu et, grande nouveauté, plusieurs villes ont décidé de mettre la logistique urbaine au premier plan, en mentionnant cette fonction parmi les attributions confiées à un ou une adjoint(e). Il faut alors les féliciter. C’est ainsi le cas à

Cannes, Marie Pourreyron est adjointe en charge de la mobilité, à la circulation, au stationnement, à la logistique urbaine et aux livraisons

Nice, Gaël Nofri est adjoint Délégué à la Circulation et au Stationnement, et à la logistique urbaine

Lyon, Valentin Lungenstrass est adjoint en charge de le Mobilité – Logistique urbaine – Espaces publics.  Jean-Charles Kohlhaas est vice-président de la Métropole délégué aux déplacements, aux intermodalités et à la logistique urbaine

Rennes, Matthieu Theurier est conseiller délégué à la logistique urbaine.

Avignon, Fabrice Martinez Tocabens est adjoint Délégué à la ville apaisée et respirable (mobilités, circulation, stationnement, logistique urbaine)

Mérignac, Jean-Louis Couronneau est conseiller municipal délégué aux mobilités douces et à la logistique urbaine ;

Cette liste n’est pas exhaustive mais montre que, progressivement, la logistique urbaine, problématique transverse, trouve sa place dans les conseils municipaux et métropolitains.

  • La transformation du commerce s’accélère

L’été a connu son lot de fermetures annoncées de magasins d’enseignes d’habillement ou d’équipement de la maison.

Certains s’en étonnent. Pourtant, tout cela était prévu et ce n’est vraisemblablement que le début d’une transformation plus profonde de secteurs dont les produits sont souvent perçus comme superflus. Non, le responsable n’est pas le confinement. Nous voyons 3 raisons principales :

    • Pendant 20 ans, nous avons construit trop de surfaces commerciales. Celles-ci se sont accrues au rythme de 3% par an alors que le PIB n’augmentait que de 1,3%. Il y a donc une suroffre commerciale naturelle.
    • Les secteurs touchés sont les moins écologiques. Fondés sur des modèles d’importation en provenance de pays à bas coût et de marges multiplicatrices, certains consommateurs, de plus en plus nombreux, refusent tout simplement ce modèle d’hyper-consommation énergivore.
    • L’e-commerce grignote progressivement les parts de marché de ces groupes.

  • Les surfaces commerciales pourraient retrouver une nouvelle vie avec l’e-commerce

Une des principales nouvelles de l’été, c’est l’annonce de discussions engagées par Amazon pour reprendre des surfaces commerciales abandonnées par des enseignes en difficulté, comme JC Penney ou Sears. Ces magasins deviendraient alors des fulfillment centers.

Bien sûr, certains verront là une dégradation du niveau d’emploi et d’attractivité de ces sites. Mais mieux vaut probablement des sites e-commerce que des friches commerciales. Ce qui est probable, c’est que l’intervention publique pour réoccuper ces friches, qui seront de plus en plus nombreuses, sera nécessaire.

  • La multimodalité en logistique urbaine est strasbourgeoise !

A Strasbourg, VNF et la société ULS ont mis en place un service combinant transport fluvial et vélocargos. Une initiative à suivre. Ce service cible la livraison de colis, mais aussi de boissons pour le réseau CHR et la collecte de déchets propres.

  • La RATP partage ses espaces !

La RATP a lancé un appel public à concurrence afin d’accueillir des activités de logistique urbaine dans 7 espaces, dont 4 dans Paris intramuros. Ces espaces en grande hauteur, ce qui constitue un luxe pour la logistique urbaine, sont partagés avec le stationnement des bus. Ils sont libres de 7h à 20h, permettant à des opérateurs d’effectuer des opérations de tri et distribution urbaine pendant cette période, du lundi au samedi. Il s’agit là d’une opportunité exceptionnelle pour exploiter des surfaces dans Paris.

  • Relais Colis transporte des bagages

Contrairement au Japon, qui dispose d’un réseau de transport de bagages dans tout le pays, ce service est quasiment inexistant en France. Relais Colis a décidé de proposer une offre d’acheminement des bagages sur le lieu de vacances. Une bonne nouvelle pour ceux qui rêvent de voyager léger !

  • La région Ile-de-France sélectionne 22 projets de logistique urbaine

Dans le cadre d’un appel à manifestation d’intérêt (AMI), la région a décidé de soutenir 22 projets. Parmi ceux-ci, Logicités et Mauna Consulting ont été choisis pour mettre en œuvre une plateforme numérique des arrêtés de circulation marchandises. Il s’agit là d’un préalable avant d’envisager une simplification de ces arrêtés et une homogénéisation des règles.

  • Les robots de livraison se testent

Au Japon, Japan Post et Yamato vont tester à Tokyo 2 véhicules autonomes DeliRo, réalisés par l’entreprise japonaise ZMP. Ces tests préfigurent une modification de la réglementation. Les enjeux sont énormes, notamment de faire face à la carence de livreurs du dernier kilomètre, mais aussi de respecter les mesures de distanciation.

Cet été, le fabricant français TwinsWheel a testé à Montpellier, en partenariat avec la société SEV, un droïde d’une capacité de 1 m3.

droide TwinsWheel opéré par Service Ecusson Vert (crédit Photo TwinsWheel)

  • La chaîne Youtube Logicités vous informe !

La chaîne Youtube Logicités, créée pendant le confinement, publie déjà 16 vidéos. N’hésitez pas à les consulter et vous abonner. De nouvelles vidéos sont en préparation.

Bonne rentrée logistique urbaine à tous !

Comme chaque année, le CES de Las Vegas est l’occasion de faire le point sur les dernières innovations et technologies.

350 entreprises françaises ont fait le déplacement cette année. Notons la présence comme chaque année de TwinsWheel, qui présentait son dernier modèle de droïde suiveur et recherche activement des clients pour déployer ces nouvelles technologies. Ce droide fait l’objet de tests dans différentes villes françaises, notamment à Montpellier.

La société française Wello a présenté son vélocargo solaire, fabriqué au Mans. Ce vélocargo est déjà utilisé par La Poste.

Les véhicules autonomes sont présents en nombre sur le salon. Notons la présence pour la première fois au CES des véhicules autonomes chinois UDI, qui ont une charge utile d’une tonne. Ce véhicule s’apparente en capacité à une fourgonnette, avec une longueur de 3 mètres.

Le groupe français Valeo a dévoilé en avant-première son véhicule de livraison électrique et autonome eDeliver4U. Ce véhicule a été développé en partenariat avec un e-marchand chinois spécialisé dans la livraison de repas. Valeo annonce, contrairement à TwinsWheel, que son objectif à court terme n’est pas de commercialiser ce véhicule mais de prouver l’efficacité de sa technologie, les caméras, lidars et capteurs. Ce véhicule, d’une longueur de 2,80 m, peut effectuer des tournées de livraison de 17 repas. La bonne nouvelle, mais avons-nous besoin d’un véhicule autonome pour cela ? C’est que nous redécouvrons les tournées de livraison pour livrer les repas. Cela semble plus pertinent et moins perturbant pour l’environnement urbain que de livrer des repas en scooter.

Autre modèle de véhicule innovant présenté sur le CES, le Master ZE à hydrogène, développé par la société française Symbio, en partenariat avec Renault. L’autonomie du Master ZE, qui n’était que de 100 km est alors de 350 km grâce au prolongateur d’autonomie à hydrogène. Symbio propose aussi d’autres véhicules, notamment le Kangoo ZE à hydrogène.

Signe d’une évolution technologique majeure, le bipède autonome développé par la start-up californienne Agility Robotics fait sensation. Cet humanoïde a pour mission de se déplacer, monter les escaliers et livrer des colis… Au CES de Las Vegas, nous sommes presque dans la science fiction.

Les véhicules autonomes présentés au CES 2020 ne se limitent pas au dernier kilomètre. La société américaine PACCAR a présenté 3 modèles de véhicules poids lourds électriques, dont le Kenworth T680, véhicule autonome de niveau 4. Sur les 6 niveaux d’autonomie de véhicules, le niveau 4 correspond à un fonctionnement sans conducteur dans certaines situations bien définies, comme le stationnement.

La start-up Plus.ai a également présenté des modèles de poids lourds dotés de technologies de véhicules autonomes.

Fedex a présenté en conférence son étonnant robot Roxo, qui monte les marches d’escalier pour effectuer ses livraisons.

Comme chaque année, le secteur des drones présentait de multiples innovations.

Une innovation intéressante est la boite à colis alimentée en drone, la Dronedeck. La boite à colis qui se place à l’extérieur d’un logement dispose d’une zone d’atterrissage de drones. La case s’ouvre lorsque le drone arrive. Le drone dépose le colis et la case se referme.

Les boîtes à colis connectées commencent à se développer. Les vols de colis lors de livraisons a incité la société canadienne Danby à concevoir une boîte à colis connectée totalement sécurisée, avec caméra et un espace de dépose anti-effraction. Cette boîte à colis est déjà commercialisée au Royaume-Uni.

Ces innovations en grand nombre montrent l’intérêt des start-ups pour apporter des solutions nouvelles afin de transformer la livraison du dernier kilomètre et la rendre plus propre, mais aussi plus rapide.

Pour ce premier article de l’année 2020, Logicités vous souhaite une très belle année logistique urbaine !

Pour la e-card 2020, CLIQUEZ !