Articles

Qu’avez-vous manqué cet été comme événements concernant la logistique urbaine et le dernier kilomètre ?

Le confinement fait partie du passé, du moins espérons-le. La vie a repris malgré les mesures sanitaires et de distanciation, qui resteront encore présentes dans notre vie quotidienne probablement assez longtemps.

  • Des élus en charge de la logistique urbaine

Les élections ont eu lieu et, grande nouveauté, plusieurs villes ont décidé de mettre la logistique urbaine au premier plan, en mentionnant cette fonction parmi les attributions confiées à un ou une adjoint(e). Il faut alors les féliciter. C’est ainsi le cas à

Cannes, Marie Pourreyron est adjointe en charge de la mobilité, à la circulation, au stationnement, à la logistique urbaine et aux livraisons

Nice, Gaël Nofri est adjoint Délégué à la Circulation et au Stationnement, et à la logistique urbaine

Lyon, Valentin Lungenstrass est adjoint en charge de le Mobilité – Logistique urbaine – Espaces publics.  Jean-Charles Kohlhaas est vice-président de la Métropole délégué aux déplacements, aux intermodalités et à la logistique urbaine

Rennes, Matthieu Theurier est conseiller délégué à la logistique urbaine.

Avignon, Fabrice Martinez Tocabens est adjoint Délégué à la ville apaisée et respirable (mobilités, circulation, stationnement, logistique urbaine)

Mérignac, Jean-Louis Couronneau est conseiller municipal délégué aux mobilités douces et à la logistique urbaine ;

Cette liste n’est pas exhaustive mais montre que, progressivement, la logistique urbaine, problématique transverse, trouve sa place dans les conseils municipaux et métropolitains.

  • La transformation du commerce s’accélère

L’été a connu son lot de fermetures annoncées de magasins d’enseignes d’habillement ou d’équipement de la maison.

Certains s’en étonnent. Pourtant, tout cela était prévu et ce n’est vraisemblablement que le début d’une transformation plus profonde de secteurs dont les produits sont souvent perçus comme superflus. Non, le responsable n’est pas le confinement. Nous voyons 3 raisons principales :

    • Pendant 20 ans, nous avons construit trop de surfaces commerciales. Celles-ci se sont accrues au rythme de 3% par an alors que le PIB n’augmentait que de 1,3%. Il y a donc une suroffre commerciale naturelle.
    • Les secteurs touchés sont les moins écologiques. Fondés sur des modèles d’importation en provenance de pays à bas coût et de marges multiplicatrices, certains consommateurs, de plus en plus nombreux, refusent tout simplement ce modèle d’hyper-consommation énergivore.
    • L’e-commerce grignote progressivement les parts de marché de ces groupes.

  • Les surfaces commerciales pourraient retrouver une nouvelle vie avec l’e-commerce

Une des principales nouvelles de l’été, c’est l’annonce de discussions engagées par Amazon pour reprendre des surfaces commerciales abandonnées par des enseignes en difficulté, comme JC Penney ou Sears. Ces magasins deviendraient alors des fulfillment centers.

Bien sûr, certains verront là une dégradation du niveau d’emploi et d’attractivité de ces sites. Mais mieux vaut probablement des sites e-commerce que des friches commerciales. Ce qui est probable, c’est que l’intervention publique pour réoccuper ces friches, qui seront de plus en plus nombreuses, sera nécessaire.

  • La multimodalité en logistique urbaine est strasbourgeoise !

A Strasbourg, VNF et la société ULS ont mis en place un service combinant transport fluvial et vélocargos. Une initiative à suivre. Ce service cible la livraison de colis, mais aussi de boissons pour le réseau CHR et la collecte de déchets propres.

  • La RATP partage ses espaces !

La RATP a lancé un appel public à concurrence afin d’accueillir des activités de logistique urbaine dans 7 espaces, dont 4 dans Paris intramuros. Ces espaces en grande hauteur, ce qui constitue un luxe pour la logistique urbaine, sont partagés avec le stationnement des bus. Ils sont libres de 7h à 20h, permettant à des opérateurs d’effectuer des opérations de tri et distribution urbaine pendant cette période, du lundi au samedi. Il s’agit là d’une opportunité exceptionnelle pour exploiter des surfaces dans Paris.

  • Relais Colis transporte des bagages

Contrairement au Japon, qui dispose d’un réseau de transport de bagages dans tout le pays, ce service est quasiment inexistant en France. Relais Colis a décidé de proposer une offre d’acheminement des bagages sur le lieu de vacances. Une bonne nouvelle pour ceux qui rêvent de voyager léger !

  • La région Ile-de-France sélectionne 22 projets de logistique urbaine

Dans le cadre d’un appel à manifestation d’intérêt (AMI), la région a décidé de soutenir 22 projets. Parmi ceux-ci, Logicités et Mauna Consulting ont été choisis pour mettre en œuvre une plateforme numérique des arrêtés de circulation marchandises. Il s’agit là d’un préalable avant d’envisager une simplification de ces arrêtés et une homogénéisation des règles.

  • Les robots de livraison se testent

Au Japon, Japan Post et Yamato vont tester à Tokyo 2 véhicules autonomes DeliRo, réalisés par l’entreprise japonaise ZMP. Ces tests préfigurent une modification de la réglementation. Les enjeux sont énormes, notamment de faire face à la carence de livreurs du dernier kilomètre, mais aussi de respecter les mesures de distanciation.

Cet été, le fabricant français TwinsWheel a testé à Montpellier, en partenariat avec la société SEV, un droïde d’une capacité de 1 m3.

droide TwinsWheel opéré par Service Ecusson Vert (crédit Photo TwinsWheel)

  • La chaîne Youtube Logicités vous informe !

La chaîne Youtube Logicités, créée pendant le confinement, publie déjà 16 vidéos. N’hésitez pas à les consulter et vous abonner. De nouvelles vidéos sont en préparation.

Bonne rentrée logistique urbaine à tous !

Comme chaque année, le CES de Las Vegas est l’occasion de faire le point sur les dernières innovations et technologies.

350 entreprises françaises ont fait le déplacement cette année. Notons la présence comme chaque année de TwinsWheel, qui présentait son dernier modèle de droïde suiveur et recherche activement des clients pour déployer ces nouvelles technologies. Ce droide fait l’objet de tests dans différentes villes françaises, notamment à Montpellier.

La société française Wello a présenté son vélocargo solaire, fabriqué au Mans. Ce vélocargo est déjà utilisé par La Poste.

Les véhicules autonomes sont présents en nombre sur le salon. Notons la présence pour la première fois au CES des véhicules autonomes chinois UDI, qui ont une charge utile d’une tonne. Ce véhicule s’apparente en capacité à une fourgonnette, avec une longueur de 3 mètres.

Le groupe français Valeo a dévoilé en avant-première son véhicule de livraison électrique et autonome eDeliver4U. Ce véhicule a été développé en partenariat avec un e-marchand chinois spécialisé dans la livraison de repas. Valeo annonce, contrairement à TwinsWheel, que son objectif à court terme n’est pas de commercialiser ce véhicule mais de prouver l’efficacité de sa technologie, les caméras, lidars et capteurs. Ce véhicule, d’une longueur de 2,80 m, peut effectuer des tournées de livraison de 17 repas. La bonne nouvelle, mais avons-nous besoin d’un véhicule autonome pour cela ? C’est que nous redécouvrons les tournées de livraison pour livrer les repas. Cela semble plus pertinent et moins perturbant pour l’environnement urbain que de livrer des repas en scooter.

Autre modèle de véhicule innovant présenté sur le CES, le Master ZE à hydrogène, développé par la société française Symbio, en partenariat avec Renault. L’autonomie du Master ZE, qui n’était que de 100 km est alors de 350 km grâce au prolongateur d’autonomie à hydrogène. Symbio propose aussi d’autres véhicules, notamment le Kangoo ZE à hydrogène.

Signe d’une évolution technologique majeure, le bipède autonome développé par la start-up californienne Agility Robotics fait sensation. Cet humanoïde a pour mission de se déplacer, monter les escaliers et livrer des colis… Au CES de Las Vegas, nous sommes presque dans la science fiction.

Les véhicules autonomes présentés au CES 2020 ne se limitent pas au dernier kilomètre. La société américaine PACCAR a présenté 3 modèles de véhicules poids lourds électriques, dont le Kenworth T680, véhicule autonome de niveau 4. Sur les 6 niveaux d’autonomie de véhicules, le niveau 4 correspond à un fonctionnement sans conducteur dans certaines situations bien définies, comme le stationnement.

La start-up Plus.ai a également présenté des modèles de poids lourds dotés de technologies de véhicules autonomes.

Fedex a présenté en conférence son étonnant robot Roxo, qui monte les marches d’escalier pour effectuer ses livraisons.

Comme chaque année, le secteur des drones présentait de multiples innovations.

Une innovation intéressante est la boite à colis alimentée en drone, la Dronedeck. La boite à colis qui se place à l’extérieur d’un logement dispose d’une zone d’atterrissage de drones. La case s’ouvre lorsque le drone arrive. Le drone dépose le colis et la case se referme.

Les boîtes à colis connectées commencent à se développer. Les vols de colis lors de livraisons a incité la société canadienne Danby à concevoir une boîte à colis connectée totalement sécurisée, avec caméra et un espace de dépose anti-effraction. Cette boîte à colis est déjà commercialisée au Royaume-Uni.

Ces innovations en grand nombre montrent l’intérêt des start-ups pour apporter des solutions nouvelles afin de transformer la livraison du dernier kilomètre et la rendre plus propre, mais aussi plus rapide.

Pour ce premier article de l’année 2020, Logicités vous souhaite une très belle année logistique urbaine !

Pour la e-card 2020, CLIQUEZ !

La SITL 2018 a été marquée par un programme très complet de tables-rondes autour de la logistique urbaine. Les 4 tables-rondes organisées, animées par Jérôme Libeskind et Bruno Durand, ont constitué des temps forts de cet événement.

La première table-ronde : livraison dans l’heure ou livraison à l’heure a été l’occasion de confronter les modèles de livraison instantanée. Pourquoi nous faisons-nous livrer immédiatement, quels sont les besoins ? Une question pertinente de la salle nous interpellait. Ne pouvons-nous pas nous faire livrer plus lentement afin de mieux consolider les livraisons et livrer plus propre ? Cette question pertinente reste toutefois décalée par rapport aux pratiques. Laetitia Dablanc (IFSTTAR) nous expliquait que les livraisons instantanées représentent déjà 3 à 5% des flux à Paris mais 10% à New York. Colisweb nous a exposé ses différents modèles déjà déployés dans 30 villes, en ship-from-store au départ des magasins ou des drives. Star’s Service nous a expliqué que ces livraisons rapides font partie du modèle de l’entreprise, qui souhaite toutefois le maintenir son schéma d’emploi de CDI, certes plus cher que le modèle d’autoentrepreneur, mais plus stable et gage de qualité. Arnaud Marlois (Fleeters) a développé une application qui s’adresse aux distributeurs, pas seulement dans les grandes métropoles. Stéphane Tuot (Franprix), a expliqué l’enjeu de la livraison instantanée pour un distributeur, afin de faire face aux grands e-marchands. Franprix a toujours été innovant en termes de services au consommateur et la livraison instantanée en fait partie.  Trouver un équilibre entre modèle social, environnemental et réponse au besoin d’instantanéité du consommateur est un vrai défi, au cœur des problématiques de la logistique urbaine.

La seconde table-ronde traitait des enjeux de la data dans le dernier kilomètre. Il y a fort longtemps que le transport ne se limite pas à des activités de mouvement physique des marchandises. La data est au cœur de toutes les préoccupations. Elle concerne par exemple le modèle des plateformes d’intermédiation, en plein développement. Elisabeth Charrier (FNTR) nous a expliqué la position de la profession visant à ne pas rejeter ces plateformes, qui constituent un progrès technologique, mais à garantir une confidentialité des données et à ne pas entrer dans un schéma de dépendance. Michel Leclerc, avocat spécialisé dans les plateformes et l’économie collaborative (Parallel avocats), nous a rappelé le cadre juridique de ces plateformes, qui pour beaucoup d’entre elles ne sont pas commissionnaires de transports et nous a expliqué l’état des débats européens sur ce sujet. Eric Petit (Ecologie Logistique), nous a expliqué son travail afin de géolocaliser les flux d’un messager et les enjeux de l’optimisation des flux pour un transporteur. Xavier Hua (Institut du Commerce) nous a brièvement rappelé les travaux qui ont été effectués sur l’ultramutualisation et leur possible application pour la logistique urbaine. Isabelle Bardin a insisté sur le manque de données fiables à l’échelle d’un territoire urbain, permettant de simuler de façon optimale les flux de marchandises. Isabelle Bardin a également évoqué le sujet des CDU, basé sur les échanges de données entre transporteurs afin de regrouper les livraisons. Le bilan des CDU en France reste mitigé. Enfin Stéphane Cren (GS1) nous a présenté les tous derniers travaux de GS1 sur la mutualisation des flux et les prises de rendez-vous.

  

Jeudi 22 mars, la 3ème table-ronde de ce programme était centrée sur les expériences suisses et allemandes en logistique urbaine. Le benchmark international est indispensable afin de partager la connaissance et progresser dans les solutions. Matthias Hormuth (PTV group) nous a expliqué l’implication du groupe PTV dans la mise en œuvre d’outils afin d’optimiser la logistique urbaine, notamment pour les livraisons en cargocycles. Ville Heimgartner (Imagine Cargo) nous a présenté le modèle de cette entreprise, déployée en Suisse, Allemagne et Autriche visant à livrer les villes en vélocargos et utiliser, pour les trajets importants, des conteneurs positionnés dans les trains régionaux. Harry Salamon (Mercedes Benz) nous a expliqué l’expérience réalisée à Zürich de collecte de produits en drones et atterrissage du drone sur un véhicule Mercedes afin d’effectuer le dernier kilomètre. Samuel Denaes (Kratzer automation) nous a expliqué l’intérêt du TMS développé afin d’optimiser les flux en ville.

La dernière table-ronde de ce cycle, dont le vaste sujet couvrait les drones, robots de livraison et cyclologistique, a probablement été celle qui a attiré le plus grand public. Jean-Luc Defrance (Geopost) nous a expliqué comme le drone peut être un moyen efficace de livraison dans des zones reculées. La technologie du drone évolue très vite et les obstacles naturels (vent, pluie, altitude, port de charge) deviennent de moins en moins contraignants. Par contre, la réglementation reste complexe, notamment en milieu urbain. Vincent Talon (TwinswHeel) nous a expliqué que le droide développé, déjà en service, peut permettre de réduire les coûts de la livraison, tout en restant 100% propre. Bruno Durand a souligné que les matériels présentés ont tous leur place en ville, avec toutefois des segments et des utilisations différentes. Xavie Laÿ (Bluedistrib) nous a exposé les multiples modèles de Bluedistrib, notamment l’utilisation des consignes afin de recharger des scooters électriques ou comme micro-espace logistique urbain. Francisco Luciano, longuement applaudi, nous a expliqué avec passion l’efficacité des modèles de cyclologistique afin de livrer les villes. Le vélo n’est pas du marketing en logistique, les avancées technologiques permettent de mettre en place des modèles logistiques pertinents avec des biporteurs, des vélos remorques, des cargocycles ou des quadricycles. Francisco Luciano nous a présenté un vélo (donc moins de 250 w) avec 6 roues, permettant d’augmenter la charge. La cyclologistique n’en est qu’à ses débuts et constituera sans aucun doute une solution pour les centres villes, à condition de disposer d’espaces logistiques de proximité permettant d’effectuer la rupture de charge.

  

Merci à tous les intervenants à ces tables-rondes, qui ont accepté de partager leur connaissance, leur expérience et échanger avec la salle sur les différents modèles.