Articles

La logistique urbaine est une thématique transverse : réduction de l’impact environnemental, organisation de la ville et du commerce, évolution de la consommation et des modes de livraison, gestion des emballages…

Ce livre relate l’histoire de douze visionnaires dont le génie a transformé la logistique urbaine et le dernier kilomètre. L’auteur nous entraîne sur plusieurs continents, à différentes époques, à la rencontre de ces innovateurs au parcours hors du commun. Il analyse ces cas exemplaires et apporte des réponses aux problématiques actuelles :

  • Comment mieux intégrer la logistique dans la ville ?
  • Comment rendre les villes plus efficientes ?
  • Comment mieux partager la voirie ?
  • Comment faire de la logistique urbaine un atout pour les entreprises ?
  • Quelle est la place de la cyclologistique dans la ville ?
  • Comment simplifier les chaînes de logistique urbaine et réduire leur impact environnemental ?
  • Quels sont les modèles gagnants de logistique urbaine ?

Fruit d’un remarquable travail de recherche et d’analyse, ce livre didactique, richement documenté, fournit les clés pour éclairer la prise de décision et pour comprendre quelles solutions logistiques sont les mieux adaptées aujourd’hui à un territoire urbain. Cette ressource indispensable permet de maîtriser les principes fondateurs de la logistique urbaine et d’en appréhender pleinement les enjeux contemporains.

Le livre est en librairie le 16 avril et également disponible sur la e-boutique www.logicités.fr

Bonne lecture !

L’année 2020 s’achève et nous essaierons de l’oublier vite. Pourtant, nombre d’entreprises ont redoublé d’imagination et d’initiatives pour faire face à la situation. Les modèles ancrés depuis des années et des décennies sont remis en cause. Comme chaque crise, ces remises en cause sont à l’origine de nouveaux modèles qui, pour certains d’entre eux, perdureront au-delà de la période actuelle.

Concentrons-nous sur quelques start-ups qui ont su, en 2020, réagir et profiter pleinement de ces transformations profondes de la logistique urbaine et du dernier kilomètre. Il ne s’agit pas là d’une liste exhaustive. Les nombreuses startups qui font un travail exceptionnel et qui n’ont pas été citées nous en excuseront. Le choix est donc totalement personnel et subjectif !

  • HIPLI

Face à une croissance ininterrompue du e-commerce, un des problèmes qui apparait est celui de l’emballage. Souvent surdimensionné par rapport au produit expédié, et générant une consommation de carton et de calage, l’emballage devient un sujet essentiel d’une maitrise sur le long terme de l’e-commerce. Hipli, en s’inspirant de modèles des pays nordiques, innove en inventant l’emballage e-commerce réutilisable 100 fois. Lauréat des trophées de la mode circulaire et de la french IoT 2020, Hipli a aussi présenté sa solution lors du Pitch Startup de Retail Chain 2020. Hipli sera sans nul doute une des startups qui aideront à faire évoluer l’e-commerce vers des pratiques plus vertueuses.

  • K-RYOLE

Lancé en 2016, la remorque à assistance électrique K-Ryole a été primée à de très nombreuses reprisés. Choisie par Bouygues Construction pour le transport de matériel sur les chantiers, la remorque K-Ryole a récemment été acquise par Dott pour le transport de trottinettes et par Stuart pour les livraisons à domicile au départ de Monoprix. Fabriquée en France, cette remorque s’accroche sur un vélo normal, avec ou sans assistance électrique. Elle peut aussi être utilisée pour la livraison à pied.

  • LE DRIVE TOUT NU

Surfant sur le succès du drive, qui permet de limiter les contacts et gagner du temps dans les achats du quotidien, le Drive tout nu, innove en inventant le drive zéro déchets. Tout l’inverse du drive de la grande distribution, caractérisé par une surconsommation de sacs plastiques et de suremballage. Le drive Tout nu permet de simplifier les achats en vrac et a lancé en 2020 un réseau de franchises. Fondé en 2018 près de Toulouse, le drive tout nu prévoit 15 ouvertures dans les 3 ans.

  • EBIKES4AFRICA

Basée en Namibie, cette startup soutenue par la fondation Solar Impulse a pour projet de développer des solutions de cyclologistique en Afrique. Elle propose des solutions de vélocargos et des installations solaires afin d’apporter une solution globale de transition énergétique. Ebikes4Africa a été mis à l’honneur lors du pitch startup de Movin’on 2020 digital.

  • ONO

Lauréat du concours de startups de Movin’on 2020, la société allemande Ono est le concepteur d’un vélocargo révolutionnaire. Son design futuriste le distingue des autres vélocargos. Le vélocargo ONO est équipé d’une caisse amovible de 2 m3 / 220 kg de charge et a une autonomie de 80 km avec 2 batteries. Ono a levé en 2020 3 millions € et prévoit 200 véhicules en service dans les 6 mois. Nul doute que cette start-up berlinoise fera partie des concepteurs de vélocargos qui compteront dans les prochaines années.

  • OLVO

Les dérives sociales du dernier kilomètre imposent d’inventer de nouveaux modèles. Olvo innove en apportant une solution à contre-courant de l’uberisation. Coopérative de cyclo-logistique, elle a réussi à gagner la confiance de grands groupes comme Ikea, U express ou La Ruche qui dit Oui. Les livreurs sont des salariés et assurent des tâches multiples. En Juin 2020, Olvo a lancé une plateforme de livraison de repas https://resto.paris/fr/, dont la commission n’est que de 15% pour la livraison (la moitié de ce que prélèvent les plateformes habituellement) et 1% pour le click & collect.

  • PICKME

Un des problèmes de la livraison e-commerce est l’absence du particulier lors du passage du livreur. Une des solutions pour palier à cette difficulté est de livrer chez un voisin. C’est ce que propose la startup Pickme, qui a été lauréate des Trophées e-commerces 2020, catégorie Supply Chain. Pickme avait participé au pitch startup de WorldClass logistics, en décembre 2019.

  • CITIBOX

La startup espagnole Citibox, qui équipe les résidences de consignes à colis, arrive enfin en France ! Le principe consiste à équiper les immeubles, ou des groupes d’immeubles de boîtes à colis. Les transporteurs avec qui Citibox aura mis en place des accords pourront alors déposer les colis dans ces boîtes mutualisées entre les habitants de l’immeuble. 2021 sera l’année de démarrage de Citibox en France. Une solution pour simplifier le service de retrait de colis pour les habitants urbains mais aussi de supprimer l’échec à la présentation du livreur, qui représente un coût élevé pour les transporteurs.

  • LIZEE

Lauréate du challenge Start me up KPMG / Fevad, Lizee est une start-up qui propose une solution de plateforme de location en mode Saas.  Elle a comme objectif d’industrialiser la réutilisation des objets. Il s’agit de proposer aux distributeurs une solution de gestion de la location comprenant la logistique. Il s’agit alors d’aider au développement d’un modèle de fast fashion « écolo », permettant aux utilisateurs de changer souvent de vêtements, sans en acheter de neufs. Une solution basée sur la performance logistique. Lizee a déjà convaincu Decathlon et les Galeries Lafayette.

  • WI PHARMA

Choisie par le Lab de Cdiscount en 2020, Wi Pharma est une solution collaborative permettant à des bénévoles et à des voisins solidaires d’effectuer du portage de médicaments. Le modèle est fondé sur une communauté d’entraide, qui rend service à ses voisins. La cible est prioritairement constituée des personnes âgées. Contrairement aux autres formes de livraison du dernier kilomètre, la rémunération du livreur n’est pas le levier principal mais l’entraide de quartier, une valeur à redécouvrir au travers des périodes difficiles vécues en 2020.

Bonne fin d’année à tous !

Comme chaque année, le blog Logicités met en évidence 5 mauvaises nouvelles relevées durant l’année écoulée et 5 bonnes nouvelles concernant la logistique urbaine.

L’an passé, les 5 mauvaises nouvelles présentées étaient :

  • 2018 : les émissions de CO² ont augmenté de 2,7% dans le monde
  • L’étalement urbain, le mauvais exemple français
  • Des échecs dans les modèles des consignes de retrait de colis
  • Les difficiles modèles économiques du dernier kilomètre
  • La LOM : peu d’avancées significatives concernant la logistique urbaine

Malheureusement, certaines de ces mauvaises nouvelles auraient pu être reprises pour 2019. Les émissions de CO² ont continué à augmenter sur la planète, mais en 2019 à un rythme plus faible, de 0,6%. Toutefois, les records de chaleur se multiplient. Les incendies et autres catastrophes climatiques deviennent de plus en plus fréquents.

L’étalement urbain continue, notamment en France, au même rythme, incité par un modèle d’habitat périurbain, des autoroutes nouvelles et d’autres facilités.

La LOM a été votée mais certains articles, comme l’article 44, restent contestés, notamment par le Conseil Constitutionnel. La logistique urbaine reste quasiment absente de cette loi, qui s’annonçait prometteuse, dans la continuité de la loi de transition énergétique et des Assises de la Mobilité.

Pour 2019, nous avons choisi les 5 mauvaises nouvelles suivantes :

  1. La diminution de 50% des aides d’Etat à la transition écologique.

Le 1er janvier, en catimini, le gouvernement a décidé de réduire de 50% les aides aux entreprises pour l’acquisition de véhicules propres. Ainsi, pour l’achat d’un VUL électrique, l’aide d’Etat passe de 6000 à 3000 €. Nous aurions pu penser que l’aide avait pour objectif d’amorcer le développement de la filière et qu’elle n’est plus nécessaire. Mais en 2019, le nombre de véhicules utilitaires électriques vendus en France a … diminué de 2%. C’est donc là une mesure directe d’économie des dépenses de l’Etat et une bien mauvaise nouvelle pour les entreprises qui envisageaient de faire évoluer leur parc de véhicules vers des véhicules plus propres.

  1. La pollution de l’air reste problématique

L’Ile-de-France, en 2019, n’a connu qu’un seul jour de qualité de l’air très bonne (1 et 2 sur l’échelle de l’ATMO allant de 1 à 10), en l’occurrence le 30 mai 2019. Les années précédentes, le nombre de jours par an avec une qualité de l’air très bonne était de 4 à 25 selon les années. Cette donnée témoigne d’une situation particulièrement préoccupante. La qualité de l’air est à l’origine, en France de 48 000 morts prématurés par an. La livraison urbaine a un rôle dans ce bilan, qui est estimé à 10%. C’est là tout l’enjeu de la logistique urbaine.

  1. L’artificialisation du territoire continue.

Le rapport publié par France Stratégie en juillet 2019 est édifiant. En matière d’artificialisation des terres, la France fait figure de mauvais élève en Europe. Tous les ans, nous artificialisons 60 000 hectares. La raison principale est l’habitat individuel. Plus grave, le rythme d’artificialisation est beaucoup plus rapide que celui de la croissance de la population. Les effets sont connus. Certains medias ont nommé la crise des gilets jaunes comme la « crise de l’étalement urbain ». En développant des réseaux routiers rapides et gratuits, en développant des lotissements en grand nombre loin des lieux de travail, les collectivités ont créé un modèle fragile, pour des populations qui sont totalement dépendantes de la voiture. Sur le plan logistique, étaler le territoire urbain, c’est augmenter les kilomètres pour les livraisons, donc le nombre de camions sur la route… La prise de conscience avec un objectif de « zéro artificialisation nette » en 2019 est une bonne nouvelle mais sera-t-elle suivie d’effet ? On peut en douter à court terme.

  1. Le recul sur la consigne et les emballages en plastique.

Repoussé à 2040, c’est-à-dire aux calendes grecques, la suppression du plastique restera comme un des échecs majeurs de 2019. Les propositions pourtant à l’initiative de nombreux députés, visaient à développer la consigne en verre ou en PET épais, comme dans de très nombreux pays. Pour ne pas mettre en péril les industries du plastique et les centres de tri souvent récents et dimensionnés pour des volumes importants, le gouvernement a décidé de privilégier des « expérimentations ». Pourquoi expérimenter ce qui existe et fonctionne très bien depuis des années dans de très nombreux pays ? Le plus étonnant est le soutien des industriels, comme Coca Cola à la consigne. Le développement de la consigne existe depuis toujours dans le réseau CHR. Les transporteurs sont disposés à élargir leurs services, ce qu’ils font déjà assez souvent. Le frein est alors réglementaire. Espérons que l’insistance des industriels, des transporteurs, mais aussi des consommateurs permettra de revenir à la raison sur ce sujet essentiel.

  1. L’arrêt de plusieurs initiatives de logistique urbaine.

Ce blog s’est déjà fait l’écho de l’arrêt de nombreuses initiatives, les consignes de retrait ou certaines start-ups. En 2019, plusieurs initiatives pourtant intéressantes se sont arrêtées comme Oxipio ou Kangourou Vert. La réussite des entreprises de livraison propre du dernier kilomètre dépendent beaucoup de la volonté publique de mieux réglementer les centres villes et d’inciter les transporteurs à utiliser des solutions plus propres. Les initiatives privées ne manquent pas et méritent d’être encouragées, souvent accompagnées voire aider afin de faire de la logistique urbaine soit une réalité sur les territoires. Ces échecs montre que le chemin pour rendre ces modèles non seulement pertinents sur le plan environnemental, mais aussi rentable, est encore long.

En 2018, les 5 bonnes nouvelles mises en évidence dans ce blog étaient :

  • L’arrêt du projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes
  • La pétition l’Affaire du siècle rassemble plus de 2 millions de français
  • La mise en place de Zones à Faibles Emissions
  • Un foisonnement d’initiatives locales
  • La sortie du livre de Logicités sur la logistique urbaine au Japon !

Pour 2019, nous avons donc choisi les bonnes nouvelles suivantes

  1. La création de France Logistique

Conséquence du rapport Hemar-Daher sur la compétitivité logistique de la France demandé par le Premier Ministre, le comité France Logistique, qui est dirigé par l’ancienne ministre des transports Anne-Marie Idrac aura la lourde tâche de porter les problématiques de la filière logistique française. L’organisation de la logistique urbaine « du dernier kilomètre » a été citée comme un des axes de travail de ce comité. C’est là une bonne nouvelle, tant du fait de la prise de conscience, attendue depuis des années, de l’importance de la logistique, que de l’intégration des solutions de logistique urbaine dans cette démarche nationale.

  1. L’arrêt d’Europacity

Ce projet démesuré, consommateur des dernières terres agricoles près de Paris et à l’encontre de tous les messages de recentrage de la ville et du commerce sur ses centres, a été abandonné. C’est là une bonne nouvelle alors que l’Etat, pour la première fois, se préoccupe de la problématique de l’étalement urbain et de l’artificialisation des terres agricoles et des espaces naturels. Les terres de Gonesse constituent un potentiel pour développer l’agriculture de proximité et les circuits courts et réduire l’impact logistique de l’approvisionnement en alimentation de Paris.

  1. Logistique urbaine: les appels à projets se multiplient.

Dans toutes les villes, Paris, Nantes, Lille, Lyon et d’autres, les Appels à Projets ou Appels à Manifestation d’Intérêt se multiplient. Ils permettent de faire émerger de nouveaux projets, de mobiliser les acteurs et de mettre en œuvre des solutions nouvelles. Cette prise en main de la logistique urbaine à l’échelon métropolitain est une excellente nouvelle. Certaines métropoles, comme Paris ou Toulouse, mettent en place des plans d’actions. La dernière initiative en date, qu’il faut saluer, est celle de la Métropole du Grand Paris visant à sensibiliser le consommateur aux impacts logistiques de ses achats.

  1. 2 bonnes lectures à ne pas manquer.

L’excellent livre de Vincent Chabault « Eloge du magasin, contre l’amazonisation » – Gallimard Le Débat – permet de comprendre que l’e-commerce n’est pas l’ennemi du commerce de proximité. Autre très bonne lecture pour ce début d’année, l’histoire du commerce, autour de celle de Felix Potin. Le livre « Qui a tué Felix Potin ? » de Mathieu Mercuriali et Giulio Zucchini (éditions de l’Epure) nous montre que ce n’est pas Amazon qui a inventé la livraison à domicile et que la transformation du commerce que nous connaissons n’est pas tout à fait nouvelle.

  1. Le rapport sur les modèles de la livraison du dernier kilomètre est en ligne !

Attendu depuis longtemps, l’étude prospective des enjeux de la livraison du dernier kilomètre, à laquelle Logicités a participé, avec PMP, le LAET et ELV Mobilités, est en ligne sur le site internet du ministère de la transition écologique et solidaire. Bonne lecture !

Bonne et heureuse année 2020 !

https://www.logicites.fr/meilleurs-voeux-2020