Articles

Comme chaque année, le blog Logicités met en évidence 5 mauvaises nouvelles relevées durant l’année écoulée et 5 bonnes nouvelles concernant la logistique urbaine.

L’an passé, les 5 mauvaises nouvelles présentées étaient :

  • 2018 : les émissions de CO² ont augmenté de 2,7% dans le monde
  • L’étalement urbain, le mauvais exemple français
  • Des échecs dans les modèles des consignes de retrait de colis
  • Les difficiles modèles économiques du dernier kilomètre
  • La LOM : peu d’avancées significatives concernant la logistique urbaine

Malheureusement, certaines de ces mauvaises nouvelles auraient pu être reprises pour 2019. Les émissions de CO² ont continué à augmenter sur la planète, mais en 2019 à un rythme plus faible, de 0,6%. Toutefois, les records de chaleur se multiplient. Les incendies et autres catastrophes climatiques deviennent de plus en plus fréquents.

L’étalement urbain continue, notamment en France, au même rythme, incité par un modèle d’habitat périurbain, des autoroutes nouvelles et d’autres facilités.

La LOM a été votée mais certains articles, comme l’article 44, restent contestés, notamment par le Conseil Constitutionnel. La logistique urbaine reste quasiment absente de cette loi, qui s’annonçait prometteuse, dans la continuité de la loi de transition énergétique et des Assises de la Mobilité.

Pour 2019, nous avons choisi les 5 mauvaises nouvelles suivantes :

  1. La diminution de 50% des aides d’Etat à la transition écologique.

Le 1er janvier, en catimini, le gouvernement a décidé de réduire de 50% les aides aux entreprises pour l’acquisition de véhicules propres. Ainsi, pour l’achat d’un VUL électrique, l’aide d’Etat passe de 6000 à 3000 €. Nous aurions pu penser que l’aide avait pour objectif d’amorcer le développement de la filière et qu’elle n’est plus nécessaire. Mais en 2019, le nombre de véhicules utilitaires électriques vendus en France a … diminué de 2%. C’est donc là une mesure directe d’économie des dépenses de l’Etat et une bien mauvaise nouvelle pour les entreprises qui envisageaient de faire évoluer leur parc de véhicules vers des véhicules plus propres.

  1. La pollution de l’air reste problématique

L’Ile-de-France, en 2019, n’a connu qu’un seul jour de qualité de l’air très bonne (1 et 2 sur l’échelle de l’ATMO allant de 1 à 10), en l’occurrence le 30 mai 2019. Les années précédentes, le nombre de jours par an avec une qualité de l’air très bonne était de 4 à 25 selon les années. Cette donnée témoigne d’une situation particulièrement préoccupante. La qualité de l’air est à l’origine, en France de 48 000 morts prématurés par an. La livraison urbaine a un rôle dans ce bilan, qui est estimé à 10%. C’est là tout l’enjeu de la logistique urbaine.

  1. L’artificialisation du territoire continue.

Le rapport publié par France Stratégie en juillet 2019 est édifiant. En matière d’artificialisation des terres, la France fait figure de mauvais élève en Europe. Tous les ans, nous artificialisons 60 000 hectares. La raison principale est l’habitat individuel. Plus grave, le rythme d’artificialisation est beaucoup plus rapide que celui de la croissance de la population. Les effets sont connus. Certains medias ont nommé la crise des gilets jaunes comme la « crise de l’étalement urbain ». En développant des réseaux routiers rapides et gratuits, en développant des lotissements en grand nombre loin des lieux de travail, les collectivités ont créé un modèle fragile, pour des populations qui sont totalement dépendantes de la voiture. Sur le plan logistique, étaler le territoire urbain, c’est augmenter les kilomètres pour les livraisons, donc le nombre de camions sur la route… La prise de conscience avec un objectif de « zéro artificialisation nette » en 2019 est une bonne nouvelle mais sera-t-elle suivie d’effet ? On peut en douter à court terme.

  1. Le recul sur la consigne et les emballages en plastique.

Repoussé à 2040, c’est-à-dire aux calendes grecques, la suppression du plastique restera comme un des échecs majeurs de 2019. Les propositions pourtant à l’initiative de nombreux députés, visaient à développer la consigne en verre ou en PET épais, comme dans de très nombreux pays. Pour ne pas mettre en péril les industries du plastique et les centres de tri souvent récents et dimensionnés pour des volumes importants, le gouvernement a décidé de privilégier des « expérimentations ». Pourquoi expérimenter ce qui existe et fonctionne très bien depuis des années dans de très nombreux pays ? Le plus étonnant est le soutien des industriels, comme Coca Cola à la consigne. Le développement de la consigne existe depuis toujours dans le réseau CHR. Les transporteurs sont disposés à élargir leurs services, ce qu’ils font déjà assez souvent. Le frein est alors réglementaire. Espérons que l’insistance des industriels, des transporteurs, mais aussi des consommateurs permettra de revenir à la raison sur ce sujet essentiel.

  1. L’arrêt de plusieurs initiatives de logistique urbaine.

Ce blog s’est déjà fait l’écho de l’arrêt de nombreuses initiatives, les consignes de retrait ou certaines start-ups. En 2019, plusieurs initiatives pourtant intéressantes se sont arrêtées comme Oxipio ou Kangourou Vert. La réussite des entreprises de livraison propre du dernier kilomètre dépendent beaucoup de la volonté publique de mieux réglementer les centres villes et d’inciter les transporteurs à utiliser des solutions plus propres. Les initiatives privées ne manquent pas et méritent d’être encouragées, souvent accompagnées voire aider afin de faire de la logistique urbaine soit une réalité sur les territoires. Ces échecs montre que le chemin pour rendre ces modèles non seulement pertinents sur le plan environnemental, mais aussi rentable, est encore long.

En 2018, les 5 bonnes nouvelles mises en évidence dans ce blog étaient :

  • L’arrêt du projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes
  • La pétition l’Affaire du siècle rassemble plus de 2 millions de français
  • La mise en place de Zones à Faibles Emissions
  • Un foisonnement d’initiatives locales
  • La sortie du livre de Logicités sur la logistique urbaine au Japon !

Pour 2019, nous avons donc choisi les bonnes nouvelles suivantes

  1. La création de France Logistique

Conséquence du rapport Hemar-Daher sur la compétitivité logistique de la France demandé par le Premier Ministre, le comité France Logistique, qui est dirigé par l’ancienne ministre des transports Anne-Marie Idrac aura la lourde tâche de porter les problématiques de la filière logistique française. L’organisation de la logistique urbaine « du dernier kilomètre » a été citée comme un des axes de travail de ce comité. C’est là une bonne nouvelle, tant du fait de la prise de conscience, attendue depuis des années, de l’importance de la logistique, que de l’intégration des solutions de logistique urbaine dans cette démarche nationale.

  1. L’arrêt d’Europacity

Ce projet démesuré, consommateur des dernières terres agricoles près de Paris et à l’encontre de tous les messages de recentrage de la ville et du commerce sur ses centres, a été abandonné. C’est là une bonne nouvelle alors que l’Etat, pour la première fois, se préoccupe de la problématique de l’étalement urbain et de l’artificialisation des terres agricoles et des espaces naturels. Les terres de Gonesse constituent un potentiel pour développer l’agriculture de proximité et les circuits courts et réduire l’impact logistique de l’approvisionnement en alimentation de Paris.

  1. Logistique urbaine: les appels à projets se multiplient.

Dans toutes les villes, Paris, Nantes, Lille, Lyon et d’autres, les Appels à Projets ou Appels à Manifestation d’Intérêt se multiplient. Ils permettent de faire émerger de nouveaux projets, de mobiliser les acteurs et de mettre en œuvre des solutions nouvelles. Cette prise en main de la logistique urbaine à l’échelon métropolitain est une excellente nouvelle. Certaines métropoles, comme Paris ou Toulouse, mettent en place des plans d’actions. La dernière initiative en date, qu’il faut saluer, est celle de la Métropole du Grand Paris visant à sensibiliser le consommateur aux impacts logistiques de ses achats.

  1. 2 bonnes lectures à ne pas manquer.

L’excellent livre de Vincent Chabault « Eloge du magasin, contre l’amazonisation » – Gallimard Le Débat – permet de comprendre que l’e-commerce n’est pas l’ennemi du commerce de proximité. Autre très bonne lecture pour ce début d’année, l’histoire du commerce, autour de celle de Felix Potin. Le livre « Qui a tué Felix Potin ? » de Mathieu Mercuriali et Giulio Zucchini (éditions de l’Epure) nous montre que ce n’est pas Amazon qui a inventé la livraison à domicile et que la transformation du commerce que nous connaissons n’est pas tout à fait nouvelle.

  1. Le rapport sur les modèles de la livraison du dernier kilomètre est en ligne !

Attendu depuis longtemps, l’étude prospective des enjeux de la livraison du dernier kilomètre, à laquelle Logicités a participé, avec PMP, le LAET et ELV Mobilités, est en ligne sur le site internet du ministère de la transition écologique et solidaire. Bonne lecture !

Bonne et heureuse année 2020 !

https://www.logicites.fr/meilleurs-voeux-2020

 

 

 

Le dernier kilomètre est à l’honneur ce mois-ci dans un magnifique livre sur l’histoire de l’empire Felix Potin. « Qui a tué Felix Potin ? », livre écrit par Mathieu Mercuriali et Giulio Zucchini (éditions de l’Epure), nous apprend que ce génie du commerce avait aussi tout misé sur la vente à distance et la livraison à domicile.

Petit livre résultat d’une très complète recherche bibliographique, ce livre nous explique qu’en 1887, la vente à distance (sur catalogue) représentait 70% du chiffre d’affaires de l’entreprise et 15 à 20 000 envois par jour. Nombre d’e-marchands rêveraient d’un tel volume d’affaires quotidien, notamment dans l’alimentaire !

Felix Potin livrait toute la France au départ d’un réseau de concessionnaires. Il avait sa propre flotte de véhicules de livraisons, mais aussi des triporteurs pour les livraisons parisiennes.

Basé sur une intégration verticale, allant de la production à la livraison, le modèle Felix Potin se rapproche, selon les auteurs de ce livre, de l’ambition d’Amazon.

Felix Potin apporte, comme de nombreux entrepreneurs du 19ème siècle, un modèle social autour du commerce et de la livraison.

Comme de nombreux e-marchands, avec une pratique pourtant tant décriée de nos jours, Felix Potin appliquait le même prix pour les produits achetés en magasins et ceux livrés à domicile. La livraison « gratuite » existait ainsi déjà au 19ème siècle.

Felix Potin a eu son heure de gloire en transformant le commerce, comme Amazon le fait aujourd’hui.

magasin Felix Potin en 1870

L’empire Felix Potin n’a toutefois pas survécu à d’autres formes de commerces et notamment aux supermarchés ! Le commerce est en continuelle transformation avec des cycles liés aux innovations et aux transformations.

Ken Loach aurait-il pu faire un film sur l’histoire de cet entrepreneur hors du commun ? Le travail des livreurs de Felix Potin n’était certainement pas facile mais reconnu.

Le dernier film de Ken Loach « Sorry we missed you », est édifiant sur le plan des pratiques de la sous-traitance du dernier kilomètre au Royaume-Uni. A-t-il forcé le trait sur les cadences infernales, les relations insupportables entre entreprise de transport et sous-traitant uberisé, la flexibilité nécessaire dans le dernier kilomètre ?

Quoi qu’il en soit, nous percevons l’impact social de la livraison rapide, la difficulté du paiement à la tâche et un certain retour à un 19ème siècle, mais pas celui de Felix Potin, plus social et plus respectueux des hommes.

Ce film de Ken Loach nous alerte sur les pratiques de consommation sur internet et leur impact sur la société. Exiger une livraison rapide impose alors une pression sur le livreur, sans arrêt tracé par les applications smartphone et le GPS. Il nous alerte aussi sur la responsabilité des groupes de transport vis-à-vis de leurs sous-traitants. Peuvent-ils tout exiger d’eux ? Quelles sont les limites ? Dégrader le modèle social est-il la solution à une exigence accrue de qualité et de service ?

Un film à voir absolument et sans délai !

En octobre dernier, le gouvernement américain annonçait la décision de suspendre sa participation à l’Union Postale Universelle.

Cette organisation, rattachée à l’ONU, date de 1874. Jusqu’à une période assez récente, le courrier représentait le principal moyen de communication entre des personnes ou des entreprises de différents pays. L’enjeu de régulation de ces échanges apparaissait comme essentiel. A l’époque actuelle d’internet et du mobile, le courrier ne représente plus un enjeu significatif. Les communications se font par de nombreux autres moyens : e-mails, sms, Skype, WhatsApp, Telegram ou les réseaux sociaux.

Pourtant, les raisons de la décision des Etats-Unis méritent d’être analysées.

L’Union Postale Universelle, qui regroupe 192 pays, fixe les règles d’échange du courrier international. Jusque-là, rien d’anormal.

Chaque pays désigne un opérateur postal qui en charge de distribuer le courrier en provenance des autres pays. En France, cet opérateur est La Poste.

Le courrier postal comprend différents produits, dont le petit paquet postal, limité par l’épaisseur (3 cm) et le poids (2 kg).

Afin de tenir compte des coûts d’exploitation des différents pays, des tarifs de « frais terminaux » sont négociés. Ces tarifs tiennent compte d’une péréquation entre pays riches et pays pauvres. Ce fonctionnement ancien permet d’aider le développement des organisations postales dans les pays en développement et découle d’une certaine logique.

Apparaît alors un problème majeur : les catégories des pays auxquels sont affectés les tarifs correspondants, malgré quelques simplifications récentes, ont été définies… en 1969.

La Chine profite notamment très largement de ce système en bénéficiant d’un statut de pays en transition et donc de tarifs adaptés. Un colis de moins de 2 kg expédié de Chine vers les Etats-Unis ou l’Europe revient donc à environ 5 $, beaucoup moins cher que des expéditions intra-continentales.

Les sites internet Wish et Alibaba connaissent dans de nombreux pays des croissances impressionnantes.

Une aubaine pour ces e-marchands, qui profitent de ces tarifs subventionnés pour expédier à travers le monde des produits peu épais et peu lourds : un Tshirt, une chemine ou un accessoire de smartphone.

Le magazine LSA indique que Wish vient de se hisser à la 10ème place du Top 15 des e-marchands en France, en profitant très largement de ce système subventionné par les pays occidentaux.

Outre cette inégalité de traitement et le coût pour La Poste, il faut évoquer le sujet environnemental. Est-ce logique de subventionner l’expédition de petits paquets en provenance de Chine vers la France et les autres pays développés ? Est-ce réellement la mission d’une agence qui dépend de l’ONU ?

Il est donc urgent que le gouvernement français et la commission européenne agissent pour mettre un frein à ses pratiques inéquitables sur le plan commercial, pénalisantes pour La Poste et générant un impact extrêmement négatif sur l’environnement.

Events

Le 1er octobre, Jérôme Libeskind animera 2 événements durant la convention Retail Chain, organisée par Premium Contact à Coeur Défense.

La conférence inaugurale à 8h45, aura pour thématique :

Retail physique et e-commerce sont-ils incompatibles ? 

Le commerce physique et l’e-commerce sont souvent considérés comme concurrents. Le premier est fondé sur le déplacement du consommateur vers les points de vente, l’autre sur l’achat dématérialisé. La crise du COVID-19 a mis en évidence toute l’importance du cross canal pour les entreprises. Ces deux fonctions du commerce sont-elles vraiment incompatibles ?

Ce débat, animé par Jérôme Libeskind, réunira 3 spécialistes de la logistique et du retail :

Antoine Rigaud, directeur des opérations, Le Slip Français

Guillaume Blanc, Fondateur / CEO de Monstock

Bruno Sanlaville, Business Stratégie Conseil

L’après-midi, à 13h50, Jérôme Libeskind animera le pitch start-ups avec Hipli, Magma technology, Otailo, Ownest, Proximis et Welco