Articles

La logistique urbaine est une thématique transverse : réduction de l’impact environnemental, organisation de la ville et du commerce, évolution de la consommation et des modes de livraison, gestion des emballages…

Ce livre relate l’histoire de douze visionnaires dont le génie a transformé la logistique urbaine et le dernier kilomètre. L’auteur nous entraîne sur plusieurs continents, à différentes époques, à la rencontre de ces innovateurs au parcours hors du commun. Il analyse ces cas exemplaires et apporte des réponses aux problématiques actuelles :

  • Comment mieux intégrer la logistique dans la ville ?
  • Comment rendre les villes plus efficientes ?
  • Comment mieux partager la voirie ?
  • Comment faire de la logistique urbaine un atout pour les entreprises ?
  • Quelle est la place de la cyclologistique dans la ville ?
  • Comment simplifier les chaînes de logistique urbaine et réduire leur impact environnemental ?
  • Quels sont les modèles gagnants de logistique urbaine ?

Fruit d’un remarquable travail de recherche et d’analyse, ce livre didactique, richement documenté, fournit les clés pour éclairer la prise de décision et pour comprendre quelles solutions logistiques sont les mieux adaptées aujourd’hui à un territoire urbain. Cette ressource indispensable permet de maîtriser les principes fondateurs de la logistique urbaine et d’en appréhender pleinement les enjeux contemporains.

Le livre est en librairie le 16 avril et également disponible sur la e-boutique www.logicités.fr

Bonne lecture !

Les plateformes de livraison de repas, qui connaissent une formidable croissance depuis la crise du COVID-19, sont toutefois confrontées à un modèle logistique peu performant.

Les repas sont cuisinés par des restaurateurs, qui sont pour certains totalement fermés et pour d’autres ouverts pour la livraison et le click & collect. En temps normal, ces restaurateurs supportent les charges d’un restaurant, avec une salle, des serveurs, un loyer dans une rue attractive.

Par ailleurs, les restaurants sont souvent spécialisés : pizza, burger, sushis…Commander une pizza et un burger est alors compliqué dans le même restaurant.

Les plateformes ont donc inventé un nouveau modèle, le restaurant sans salle. Les coûts de préparation des repas sont ainsi réduits et les cuisines de différentes spécialités sont regroupées. Sur le plan logistique, ces cuisines centrales peuvent préparer des tournées de livraison de repas plus facilement que des restaurants indépendants, positionnés de façon éclatée sur le territoire urbain.

Plusieurs terminologies sont en fait utilisées.

Les « ghost kitchen », ou cuisines fantômes, sont des cuisines qui ont comme unique fonction de préparer des plats remis à des livreurs. Ce concept connait un énorme succès dans plusieurs pays du monde. Leur nombre est estimé à 7500 en Chine et 1500 aux Etats-Unis. En France, ce modèle est émergent mais mérite d’être un peu mieux compris.

Les « dark kitchen » correspondent au même type d’installations mais peuvent aussi accueillir des clients qui viennent retirer leurs commandes à un comptoir de click & collect.

Derrière ce concept se cachent de nombreuses fonctionnalités qui présentent un risque pour les restaurants, mais aussi sur le plan social et environnemental.

Pour les restaurants, il s’agit d’une concurrence directe. En effet, les restaurants sont fermés alors que les dark kitchen et ghost kitchen ont l’autorisation d’ouvrir.

Mais un des sujets concerne les données. En effet, les plateformes disposent des données provenant des restaurants, notamment les noms des clients, leurs habitudes de consommation. Elles pourraient alors les utiliser pour développer ces nouveaux concepts.

Sur le plan environnemental, les dark kitchen sont souvent situées dans des emplacements assez bon marché, plus éloignés des zones de consommation que les restaurants. De ce fait, les livreurs choisissent plus facilement d’utiliser des scooters que des vélos. Le risque est alors le développement d’un modèle de livraison polluant, bruyant et accidentogène.

Sur le plan social, la livraison reste très majoritairement confiée à des livreurs auto-entrepreneurs, peu rémunérés. Le rapport réalisé par l’Université Gustave Eiffel / Ifsttar sur les livraisons instantanées à Paris est édifiant. 98% des livreurs sont des hommes, 31% des livraisons sont effectuées en scooter et 16% en Velib. 73% sont des livreurs à plein temps et 37% d’entre eux utilisent un compte en partage. Ce dernier chiffre laisse penser que de nombreuses pratiques se développent : livraison par des mineurs ou des personnes en situation irrégulière.

Ce modèle, qui se développe en dehors de toute réglementation, doit donc faire l’objet d’un encadrement réglementaire plus strtict, avant que cela ne soit trop tard pour réagir.

Cette réglementation peut concerner les sujets suivants :

  • Utilisation des données. L’utilisation des données des clients des restaurants devrait être encadrée afin d’éviter une concurrence nouvelle.
  • Ces modèles sont fortement consommateurs d’emballages jetables. A une époque de sensibilisation des consommateurs aux emballages et au plastique, une utilisation d’emballages biodégradables et d’emballages récupérables devrait être encouragée.
  • Les premières dark kitchen situées près de Paris sont mal acceptées par les riverains. Grand nombre de scooters, bruit… Nous sommes très loin de modèles vertueux sur le plan environnemental. Du fait des plaintes des riverains, certaines villes comme Nantes sont amenées à réglementer les pratiques locales.
  • De nombreux modèles que nous observons actuellement sont à l’opposé de modèles sociaux vertueux.

Le législateur pourrait alors s’intéresser à

  • mieux responsabiliser les plateformes sur leurs pratiques
  • garantir un modèle acceptable sur le plan social et environnemental
  • éviter une concurrence assez mal venue dans la période actuelle avec les restaurants.

Une option, qui pourrait être appuyée par le fait que ces plateformes utilisent largement l’espace public et les installations publiques (comme les Velib) serait d’autoriser les villes à agréer ou refuser les plateformes de livraison de repas qui interviennent sur son territoire, comme elles commencent à le faire sur les vélos et trottinnettes en free floating.

Une chose est en tout cas certaine : la loi d’orientation des mobilités, tout juste votée, est déjà dépassée !

Logicités à examiné à la loupe les programmes des candidats à la Mairie de Paris et les propositions concernant la logistique urbaine. Voici l’analyse factuelle, à la date de publication de cet article et des programmes disponibles sur les sites internet des 5 principaux candidats.

David Belliard – L’écologie pour Paris

Le candidat écologiste propose un chapitre « en finir avec les livraisons par camions polluants ». David Belliard propose dans ce chapitre de « favoriser l’arrivée des marchandises à Paris par bateaux zéro émissions en soutenant le renouvellement de la motorisation des bateaux de fret.

David Belliard propose une politique ambitieuse pour réduire les déchets notamment par une tarification incitative. Cette politique peut avoir une implication logistique.

David Belliard nous promet aussi une « autre livraison du dernier kilomètre ». Ce chapitre prévoit de faire évoluer le parc de véhicule vers des véhicules moins polluants : vélocargos, remorques électriques, véhicules au gaz, électriques, à hydrogène. Il est prévu d’aider au développement d’espaces logistiques (des hubs) pour les artisans et commerçants aux portes de Paris ou sur les ports. Nous nous interrogeons pourquoi les transporteurs en seraient exclus… Enfin, les exceptions CRIT’AIR pour les livreurs approvisionnant les marchés seront supprimées. Ce sont en effet souvent les véhicules les plus anciens.

Globalement, nous pouvons dire que le programme de David Belliard sur la logistique urbaine reste extrêmement limité. Il reste encore quelques semaines à David Belliard pour construire une véritable politique de logistique urbaine à la hauteur des ambitions environnementales qu’il défend !

Rachida Dati – Dati Pour Paris

La logistique urbaine est globalement absente du programme de Rachida Dati, tel qu’il est actuellement publié.

Rachida Dati porte une attention particulière aux artisans, en promettant un stationnement à prix réduit. Il n’est pas précisé où et comment. Il est aussi mentionné une attention à l’égard des commerçants mais surtout de soutien en cas de situation exceptionnelle.

Il est mentionné un plan contre les nuisances sonores notamment un encadrement strict des horaires de chantier. Cela semble un peu contradictoire avec la mesure précédente.

Concernant la gestion de l’espace public, un moratoire sera mis en place sur la suppression des places de stationnement pour véhicules. La voiture individuelle, pourtant délaissée par les deux-tiers des parisiens, gardera alors sa place actuelle.

Des efforts seront toutefois réalisés pour apaiser et sécuriser les axes de circulation piéton. Mais n’est-ce pas là aussi contradictoire avec la place de la voiture ?

Agnès Buzyn – Paris ensemble

Le programme publié à date, qui prend la suite de celui de Benjamin Griveaux est très succinct.

Dans l’immédiat, il n’intègre aucune proposition sur la logistique urbaine.

Dans un courrier que Benjamin Griveaux avait signé, le blog Logicités a remarqué la proposition d’expérimenter des rues dynamiques, dans lesquelles les places pourront être réservées à différents usages en fonction de l’heure de la journée : livraisons tôt le matin (pour pouvoir livrer au plus près), résidents (et notamment personnes en situation de handicap) aux heures où l’on fait ses courses, piétons aux horaires d’affluence. Cela existe en Espagne depuis longtemps et est expérimenté à Lyon. Donc pourquoi pas à Paris ?

Mais il semble malheureusement que cette proposition n’ait pas été reprise par Agnès Buzyn.

Anne Hidalgo – Paris en commun

Le programme comprend 4 axes : écologie, solidarité, engagement et ville du 1/4H.

Le volet écologie prévoit une piétonisation du centre de Paris et une ville 100% vélo en 2024. Mais rien n’est mentionné concernant la logistique urbaine dans ce chapitre.

Un point important concerne la réflexion sur le Périphérique, qui deviendra un boulevard avec une circulation apaisée.

La sortie du diesel en 2024 et affichée. Mais est-ce réaliste pour ce qui concerne les transports de marchandises ? Comment y parvenir ? Quelles seront les exceptions ? Aucune indication précise n’est mentionnée sur ce point. Nous restons donc à l’état de bonnes intentions.

Le volet solidarité prévoit des efforts sur la réduction du plastique et des emballages et un objectif de mobilisation des commerçants et des riverains pour réduire leurs déchets. Il n’est pas expliqué avec précision comment ces objectifs seront atteints.

Le volet engagement prévoit un chapitre « Soutenir les emplois de proximité et développer l’accès des personnes en reconversion professionnelle et des demandeurs d’emploi aux formations dans les domaines de l’économie circulaire, du réemploi, de la réparation et du numérique. ». Il est regrettable que les emplois dans la logistique urbaine et notamment la cyclologistique ne soient pas intégrés dans ce chapitre. Pourtant, il s’agit là d’un segment majeur qui peut être développé à Paris.

Le chapitre ville du 1/4H prévoit des actions intéressantes de soutien aux commerces de proximité et aux artisans. « face à la concurrence en ligne, en créant une société publique qui rachètera les locaux en rez-de-chaussée. Celle-ci facilitera aussi l’installation de médecins, de lieux culturels, d’associations, de ressourceries, de cantines solidaires, de coopératives et de cuisines partagées. Nous continuerons à soutenir le label « Fabriqué à Paris »Ceci semble bien timide comme action de soutien au commerce de proximité. Il est regrettable que cette action n’ait qu’un volet immobilier et pas un volet d’aide à la digitalisation du commerce de proximité pour l’aider à faire face à la concurrence du commerce en ligne. Quelques idées sont toutefois proposées pour inciter aux livraisons propres, mais qui restent, à ce stade, assez générales :

« Nous mettrons à disposition des professionnels de nouveaux outils pour encourager les livraisons propres et les déplacements. 

  • Nous maintiendrons les aides à l’achat de véhicules propres et mettrons en place un réseau d’utilitaires électriques en partage.
  • Nous conserverons les places de livraisons existantes et créerons des places réservables par les professionnels en surface et en sous-sol.
  • Nous allons également créer des centres de logistique urbaine pour permettre des livraisons propres et silencieuses des particuliers comme des professionnels.
  • Nous utiliserons les parkings pour offrir aux commerçants et artisans du quartier des solutions de stockage déporté. »

Pour résumer, et sauf précisions apportées dans les prochaines semaines, nous pouvons dire que la logistique urbaine est très partiellement intégrée, dans le programme de Paris en commun. Il est d’ailleurs dommage que, dans le bilan des actions, ce qui a été fait lors des dernières années ne soit pas suffisamment mis en valeur !

Cedric Villani – Le Nouveau Paris

Cedric Villani nous propose un programme très complet qui tient sur plus de 200 pages.

Bonne nouvelle, le moteur de recherche nous indique que le mot « logistique » n’apparait pas moins de 41 fois ! Un chapitre complet est d’ailleurs consacré à la logistique urbaine. C’est probablement un record.

Cédric Villani propose tout d’abord de créer, comme à Barcelone, des quartiers apaisés, avec une grande part de la logistique en périphérie de ces quartiers. C’est un concept intéressant, mais pas nécessairement facile à mettre en œuvre. Cédric Villani imagine que les livraisons seront interdites durant les horaires d’arrivée ou de sortie des enfants… Ce n’est certainement pas simple.

Il est aussi proposé que plusieurs micro-hubs soient aménagés sur les quais pour servir de relais entre le fleuve et des véhicules zéro-émission.

L’aménagement proposé de la petite ceinture en rocade cyclable prévoit aussi des fermes urbaines avec des lieux intermédiaires de logistique décarbonée. Cette rocade cyclable est prévue comme un maillon essentiel de la stratégie de logistique décarbonée afin de livrer en vélocargos. La petite ceinture retrouverait ainsi une fonction logistique. C’est sans aucun doute tout à fait intéressant et mérite d’être analysé plus précisément.

Cédric Villani propose de relancer une expérimentation de tramfret en utilisant le tram T9.

Il propose également de développer des espaces logistiques sous le boulevard périphérique.

Concernant le périphérique, Cédric Villani s‘est inspiré des travaux réalisés par l’Atelier des Mobilités (réponse à la consultation internationale sur l’avenir des autoroutes et du périphérique à laquelle Logicités a participé). Il est prévu d’interdire le trafic en transit et les véhicules de + de 7,5t sauf autorisation. Il est prévu une file réservée au covoiturage et transports en commun. Il est dommage que cette voie ne soit pas également prévue pour les véhicules de livraison propres.

Cédric Villani regrette que la charte de 2013 soit tombée dans l’oubli. Pour nombre d’entre nous, elle n’est heureusement pas oubliée ! Il est aussi mentionné que « Certains sites programmés pour devenir des hubs logistiques propres se sont transformés en simple dépôts de livraisons pour poids-lourds. ». Le blog Logicités n’a pas d’informations plus précises sur cette information.

Cédric Villani propose dès 2020 une large concertation afin de définir un cadre précis d’un système logistique de nouvelle génération, qui permette de contribuer à la fluidité de la ville. Ce sont des intentions que nous ne pouvons que soutenir et qui vont bien dans la continuité de la charte.

Il est mentionné l’absence de données précises sur les flux de marchandises et les véhicules de moins de 3,5t. C’est tout à fait exact ! Nous manquons crucialement de données précises sur les flux parisiens !

Le programme de Cédric Villani comprend l’idée d’un label unifié d’accès à différents services logistiques, basé sur l’acceptation d’un cahier des charges environnemental et permettant la circulation sur les couloirs de bus notamment. C’est une idée qui a été proposée par Logicités dans le cadre du travail pour le forum métropolitain du Grand Paris. Nous ne pouvons que la soutenir !

Cédric Villani propose d’utiliser la modélisation des flux et des horaires, l’utilisation de hubs logistiques de petite taille, vélocargos, et de développer la micro-containerisation urbaine. Là aussi, ce sont d’excellentes propositions que nous soutenons.

Autre mesure proposée : la vidéoverbalisation pour les véhicules de livraison qui se garent sur les pistes cyclables. Cela part bien sûr d’une bonne intention, mais nous savons tous que certaines pistes le long de rues commerçantes ont été réalisées sans se préoccuper de la livraison des commerces. Cela promet probablement des débats intéressants !

Cédric Villani propose la mise en place de capteurs rendant les 10 000 places de livraison « intelligentes » et permettant de réserver des places. Nous restons assez sceptiques sur la réservation mais le fait de digitaliser l’espace public va certainement dans le bon sens.

Il est mentionné que le stationnement logistique sera interdit en heure de pointe. Il faut peut-être se poser la question de la pertinence de cette proposition.

Cédric Villani propose de créer une gouvernance unique traitant des sujets logistiques ; C’est certainement une mesure essentielle qu’il faut retenir.

Donc à vous de choisir !