Articles

Dernier kilomètre : quoi de neuf au CES 2020 ?

Comme chaque année, le CES de Las Vegas est l’occasion de faire le point sur les dernières innovations et technologies.

350 entreprises françaises ont fait le déplacement cette année. Notons la présence comme chaque année de TwinsWheel, qui présentait son dernier modèle de droïde suiveur et recherche activement des clients pour déployer ces nouvelles technologies. Ce droide fait l’objet de tests dans différentes villes françaises, notamment à Montpellier.

La société française Wello a présenté son vélocargo solaire, fabriqué au Mans. Ce vélocargo est déjà utilisé par La Poste.

Les véhicules autonomes sont présents en nombre sur le salon. Notons la présence pour la première fois au CES des véhicules autonomes chinois UDI, qui ont une charge utile d’une tonne. Ce véhicule s’apparente en capacité à une fourgonnette, avec une longueur de 3 mètres.

Le groupe français Valeo a dévoilé en avant-première son véhicule de livraison électrique et autonome eDeliver4U. Ce véhicule a été développé en partenariat avec un e-marchand chinois spécialisé dans la livraison de repas. Valeo annonce, contrairement à TwinsWheel, que son objectif à court terme n’est pas de commercialiser ce véhicule mais de prouver l’efficacité de sa technologie, les caméras, lidars et capteurs. Ce véhicule, d’une longueur de 2,80 m, peut effectuer des tournées de livraison de 17 repas. La bonne nouvelle, mais avons-nous besoin d’un véhicule autonome pour cela ? C’est que nous redécouvrons les tournées de livraison pour livrer les repas. Cela semble plus pertinent et moins perturbant pour l’environnement urbain que de livrer des repas en scooter.

Autre modèle de véhicule innovant présenté sur le CES, le Master ZE à hydrogène, développé par la société française Symbio, en partenariat avec Renault. L’autonomie du Master ZE, qui n’était que de 100 km est alors de 350 km grâce au prolongateur d’autonomie à hydrogène. Symbio propose aussi d’autres véhicules, notamment le Kangoo ZE à hydrogène.

Signe d’une évolution technologique majeure, le bipède autonome développé par la start-up californienne Agility Robotics fait sensation. Cet humanoïde a pour mission de se déplacer, monter les escaliers et livrer des colis… Au CES de Las Vegas, nous sommes presque dans la science fiction.

Les véhicules autonomes présentés au CES 2020 ne se limitent pas au dernier kilomètre. La société américaine PACCAR a présenté 3 modèles de véhicules poids lourds électriques, dont le Kenworth T680, véhicule autonome de niveau 4. Sur les 6 niveaux d’autonomie de véhicules, le niveau 4 correspond à un fonctionnement sans conducteur dans certaines situations bien définies, comme le stationnement.

La start-up Plus.ai a également présenté des modèles de poids lourds dotés de technologies de véhicules autonomes.

Fedex a présenté en conférence son étonnant robot Roxo, qui monte les marches d’escalier pour effectuer ses livraisons.

Comme chaque année, le secteur des drones présentait de multiples innovations.

Une innovation intéressante est la boite à colis alimentée en drone, la Dronedeck. La boite à colis qui se place à l’extérieur d’un logement dispose d’une zone d’atterrissage de drones. La case s’ouvre lorsque le drone arrive. Le drone dépose le colis et la case se referme.

Les boîtes à colis connectées commencent à se développer. Les vols de colis lors de livraisons a incité la société canadienne Danby à concevoir une boîte à colis connectée totalement sécurisée, avec caméra et un espace de dépose anti-effraction. Cette boîte à colis est déjà commercialisée au Royaume-Uni.

Ces innovations en grand nombre montrent l’intérêt des start-ups pour apporter des solutions nouvelles afin de transformer la livraison du dernier kilomètre et la rendre plus propre, mais aussi plus rapide.

Pour ce premier article de l’année 2020, Logicités vous souhaite une très belle année logistique urbaine !

Pour la e-card 2020, CLIQUEZ !

Le dernier kilomètre : un livre et un film au programme !

Le dernier kilomètre est à l’honneur ce mois-ci dans un magnifique livre sur l’histoire de l’empire Felix Potin. « Qui a tué Felix Potin ? », livre écrit par Mathieu Mercuriali et Giulio Zucchini (éditions de l’Epure), nous apprend que ce génie du commerce avait aussi tout misé sur la vente à distance et la livraison à domicile.

Petit livre résultat d’une très complète recherche bibliographique, ce livre nous explique qu’en 1887, la vente à distance (sur catalogue) représentait 70% du chiffre d’affaires de l’entreprise et 15 à 20 000 envois par jour. Nombre d’e-marchands rêveraient d’un tel volume d’affaires quotidien, notamment dans l’alimentaire !

Felix Potin livrait toute la France au départ d’un réseau de concessionnaires. Il avait sa propre flotte de véhicules de livraisons, mais aussi des triporteurs pour les livraisons parisiennes.

Basé sur une intégration verticale, allant de la production à la livraison, le modèle Felix Potin se rapproche, selon les auteurs de ce livre, de l’ambition d’Amazon.

Felix Potin apporte, comme de nombreux entrepreneurs du 19ème siècle, un modèle social autour du commerce et de la livraison.

Comme de nombreux e-marchands, avec une pratique pourtant tant décriée de nos jours, Felix Potin appliquait le même prix pour les produits achetés en magasins et ceux livrés à domicile. La livraison « gratuite » existait ainsi déjà au 19ème siècle.

Felix Potin a eu son heure de gloire en transformant le commerce, comme Amazon le fait aujourd’hui.

magasin Felix Potin en 1870

L’empire Felix Potin n’a toutefois pas survécu à d’autres formes de commerces et notamment aux supermarchés ! Le commerce est en continuelle transformation avec des cycles liés aux innovations et aux transformations.

Ken Loach aurait-il pu faire un film sur l’histoire de cet entrepreneur hors du commun ? Le travail des livreurs de Felix Potin n’était certainement pas facile mais reconnu.

Le dernier film de Ken Loach « Sorry we missed you », est édifiant sur le plan des pratiques de la sous-traitance du dernier kilomètre au Royaume-Uni. A-t-il forcé le trait sur les cadences infernales, les relations insupportables entre entreprise de transport et sous-traitant uberisé, la flexibilité nécessaire dans le dernier kilomètre ?

Quoi qu’il en soit, nous percevons l’impact social de la livraison rapide, la difficulté du paiement à la tâche et un certain retour à un 19ème siècle, mais pas celui de Felix Potin, plus social et plus respectueux des hommes.

Ce film de Ken Loach nous alerte sur les pratiques de consommation sur internet et leur impact sur la société. Exiger une livraison rapide impose alors une pression sur le livreur, sans arrêt tracé par les applications smartphone et le GPS. Il nous alerte aussi sur la responsabilité des groupes de transport vis-à-vis de leurs sous-traitants. Peuvent-ils tout exiger d’eux ? Quelles sont les limites ? Dégrader le modèle social est-il la solution à une exigence accrue de qualité et de service ?

Un film à voir absolument et sans délai !

Paris Retail Week : la logistique devient un axe central

Le salon Paris Retail Week, qui a lieu Porte de Versailles, est le rendez-vous incontournable de toutes les innovations autour de l’e-commerce et du cross-canal.

La logistique est devenue un axe central du salon. Pour confirmer ce positionnement, l’organisateur a placé les prestataires de transport et de logistique à l’entrée. Impossible de manquer cet espace qui regroupe les prestataires de transport du dernier kilomètre, de logistique, les fournisseurs de consignes de retrait de colis ou de points relais.

Une nouveauté de taille, des interviews à destination des exposants sont organisés par le cabinet de conseil Neo 26, fondé par Franck Journo. Le ring de boxe est là pour mettre en situation ce combat virtuel autour des innovations et tendances profondes du salon. Thomas Garnesson, managing director de Sevensenders France, plateforme export de colis au départ de la France, affûte ses armes…

Mais la logistique est présente partout sur le salon : sur l’espace start-ups, sur les stands de la Chine ou d’Amazon.

Amazon met en avant sa marketplace Amazon business, à destination des professionnels : outillage, informatique, fournitures de bureau ou matériel médical. Cette plateforme a pour vocation de transformer le marché du B to B.

Autre innovation internationale de taille. Pour la première fois, les routes de la soie sont présentes. Le prestataire ferroviaire propose un service régulier par voie ferrée, entre la Chine et Duisburg, en seulement 2 semaines. La cible est directement l’importation de produits via les grandes plateformes e-commerce chinoises. Mais c’est aussi peut-être une opportunité pour rééquilibrer les échanges et faciliter l’exportation vers la Chine. Le transport par train, qui se présente comme un intermédiaire entre l’avion et le transport maritime, apporte une pertinence environnementale et constitue une innovation majeure.

La livraison collaborative est particulièrement présente, avec les start-ups Yper, Shopopop et Courseur, qui proposent des livraisons au départ des surfaces commerciales ou des drives effectuées … par des particuliers. Les discussions avec ces sociétés font état d’un marché en très fort développement. Les acteurs de la distribution, qui étaient très prudents jusqu’à peu sur ces formes de livraison, les considèrent maintenant comme des solutions pérennes et conformes à la réglementation.

Les livraisons décartonnées sont aussi très présentes sur le salon. La société Vert Chez Vous (groupe Labatut) annonce l’ouverture de son espace logistique urbaine de Lyon centre. Cet espace permettra la livraison de colis B to B et de palettes en moyens décarbonés.

Parmi les start-ups, nous avons relevé l’innovation présentée par la société Galam Robotics. Il s’agit d’un robot de stockage adapté aux petits espaces logistiques urbains ou aux réserves des magasins.  Cet automate de stockage particulièrement innovant permet de gagner des m² rares et d’optimiser le rangement des colis dans les réserves.

Un des événements du salon, c’est la table-ronde du 26 septembre à 10h30 sur la thématique « La logistique urbaine : enjeu serviciel et sociétal ». Jérôme Libeskind, expert en logistique urbaine et fondateur du bureau d’études Logicités, participera à cette table-ronde, en compagnie d’Alexandre Berger (La Poste), Antony Deniau (Franprix) et Pierre Beharelle (Norauto). Ne manquez pas ce débat qui promet d’être passionnant !

Bon Paris Retail Week 2019 !