Archive d’étiquettes pour : dernier kilomètre

La rentrée, c’est l’occasion de faire le tri dans les mails et les news. Pendant un moment, nos préoccupations n’étaient pas, fort heureusement, dans les posts et news quotidiennes. Nos écrans étaient en pause, au moins une partie de la journée. Mais que s’est-il passé durant cet été pour ce qui concerne la #logistiqueurbaine ? Cet article décrypte les principales informations à ne pas manquer !

La livraison a un prix

C’est probablement une des bonnes nouvelles de l’été. Amazon Prime a annoncé une augmentation de 42% du prix de son abonnement. Cette nouvelle, si elle peut être perçue comme négativement par le consommateur, surtout en période d’inflation, montre que tout ne peut pas être gratuit. Le transport, notamment dans les grandes agglomérations, représente pour les distributeurs un coût important. Les obligations progressives d’équiper les flottes en véhicules propres ont aussi un coût qui sera nécessairement intégré. D’autres distributeurs ont récemment pris des décisions dans ce sens pour facturer les livraisons des retours, par exemple Zara ou H&M.

Dark stores – dark kitchens : l’imbroglio de l’été

Après les annonces fracassantes du mois d’août faisant état d’une légalisation des dark stores sous réserve d’avoir un simple point de retrait, ceci sous la forme d’un décret ministériel, il semble que le discours évolue. Les interventions des nombreux maires, dont ceux de Paris, Nice, Marseille, Lyon, Besançon ou Villeurbanne ont eu pour effet l’annonce (ou le rappel) d’une concertation donc l’objectif est de permettre aux maires de réglementer leur territoire. Il faut probablement se donner le temps d’encadrer ces nouveaux modes de commerce mais aussi d’éviter que ces modes de consommation de livraison instantanée, très critiqués pour leur impact social et environnemental négatif, se développent au détriment de la qualité de vie dans les centres-villes. A l’Etat de prendre la mesure des enjeux. La logistique urbaine vise à mieux consolider les flux et pas à les déstructurer ou les fragmenter.

Et pourtant, certains e-marchands ont compris qu’il faut livrer plus lentement !

Les e-marchands suisses Galaxus et Digitec ont choisi de prendre le contre-pied du quick commerce. Ils proposent dorénavant une option « livraison plus lente ». Le temps permet à l’e-marchand de mieux s’organiser et de lisser son activité. Mais il permet aussi de mieux consolider les livraisons. La livraison la plus lente est alors la plus verte !

Amazon freine ses investissements dans la logistique

Cette annonce concerne pour le moment les Etats-Unis. Fléchissement de l’activité durant le 2ème trimestre, inflation et coûts énergétiques sont probablement à l’origine de cette annonce, qui se traduit pour le moment par un arrêt de la croissance effrénée du parc immobilier de l’entreprise, qui ne l’oublions pas, a connu une très forte progression en 2020. Un sujet à suivre…

La logistique urbaine attire les investisseurs

En nécessitant des surfaces en proximité des centres-villes, la logistique urbaine devient un produit immobilier en tant que tel. Sogaris, opérateur historique sur ce segment, a annoncé durant l’été une levée de fonds de 150 millions € afin d’accompagner son développement.

D’autres acteurs affichent leurs ambitions. Altarea, groupe présent dans l’immobilier commercial, mais aussi le logement et l’immobilier d’entreprise, a annoncé une prise de participation dans Corsalis, qui vient de louer son premier espace logistique urbain parisien, de 4500 m², à La Belle Vie.

La Ville de Paris se dote d’une nouvelle stratégie de logistique urbaine

Après les chartes de 2006 et 2013, la Ville de Paris décide de revoir ses orientations de logistique urbaine. Plusieurs axes sont développés dans cette stratégie, notamment la place de la logistique dans l’espace public parisien et la logistique des chantiers. Cette stratégie 2022-2026 permettra aussi de mobiliser des solutions foncières afin de permettre le développement de solutions de livraison consolidées et décarbonées.

A Strasbourg, Geodis fait le choix de la logistique multimodale

Geodis a finalisé un partenariat avec la startup ULS afin de livrer le centre de la capitale alsacienne en vélocargo. 4 camions seront ainsi remplacés par 17 vélocargos qui assureront la livraison de 15% des flux de Geodis à Strasbourg. Une initiative à suivre !

VNF lance un appel à projets à Toulouse et le trafic progresse sur la Seine

VNF a pris l’initiative durant l’été de lancer un appel à projets afin de trouver un opérateur sur le site fluvial de Lalande, à Toulouse. Fortement soutenu par les initiatives gouvernementales, le fret fluvial retrouve une certaine croissance, notamment sur le bassin de la Seine. Les chiffres publiés par VNF font état d’une croissance en tonnes-kilomètres de 8,2% sur un an. Matériaux de construction, chantiers des Jeux Olympiques, travaux du RER, les initiatives ne manquent pas pour mieux utiliser ce mode de transport massifié.

A Caen, la logistique urbaine est une réalité

La Communauté Urbaine de Caen-la-Mer a lancé un appel à projet afin d’exploiter un espace logistique urbain situé à proximité du centre-ville. Cet appel à projet est la continuité d’une étude de logistique urbaine confiée au groupement Samarcande – Logicités – ELV Mobilités afin d’effectuer un diagnostic logistique de l’agglomération, comprendre son fonctionnement et aboutir à des solutions opérationnelles. Date limite de remise des offres le 13 septembre !

Lille structure son offre d’immobilier pour la logistique urbaine

Le groupe APRC a fait le choix d’investir à Roubaix, sur le site historique de la Lainière, en friche depuis de nombreuses années. Ce site très divisible a pour but de cibler des besoins de livraison du dernier kilomètre pour l’agglomération lilloise. Ce site avait fait l’objet d’une étude pour le compte de la Métropole Européenne de Lille à laquelle Logicités et ELV Mobilités avaient participés.

D’autres projets de logistique urbaine, plus proche de l’hyper centre lillois, apparaissent afin d’accueillir les activités de livraison du dernier kilomètre. Corsalis met ainsi sur le marché un nouvel espace dans le cœur de Lille. Nul doute que cet espace de 2000 m² dans le quartier Moulins, facilement accessible, trouvera rapidement preneur.

Les transporteurs investissent dans des flottes propres

Durant l’été, plusieurs annonces de transporteurs ont marqué l’attention des spécialistes. Le groupe GLS a fait le choix de livrer Bayonne et Biarritz avec un e-scooter Tripl. Ce choix est la continuité du développement d’une flotte décarbonée dans différentes villes, notamment Montpellier et Toulouse. Durant l’été, le groupe Star Service a ainsi annoncé une commande de 200 nouveaux véhicules électriques, majoritairement des e-Jumpy.

Les aides pour l’achat de vélocargos augmentent

Autre bonne nouvelle de l’été, l’annonce par le Ministère de l’Economie de l’augmentation du bonus écologique pour l’acquisition de vélos et notamment vélocargos et remorques. Il est fixé à 40% du prix du vélocargo avec une limite de 1000 €. Une excellente opportunité pour se poser la question de l’utilisation de ce mode de transport de marchandises.

Deux articles de fond à lire absolument 

Le blog Bigmedia publié par BPI France publie un article sur le défi de la logistique verte, pour l’Etat, les entreprises et les consommateurs. Jérôme Libeskind est interviewé à cette occasion. Un autre article à découvrir, celui de l’INRS dans le cadre d’un dossier sur la prévention dans le secteur de la logistique face aux défis de la modernité. Laetitia Dablanc nous fait un état de l’art sur les risques et enjeux de la livraison du dernier kilomètre.

Enfin, et pour terminer ce point de rentrée, certes probablement incomplet, n’oublions pas que de très bonnes idées de logistique urbaine pourront être trouvées dans l’ouvrage publié en 2021 “Si la logistique m’était contée”, disponible sur la boutique web de ce site.

3 conférences logistique urbaine seront animées sur la SITL 2022 Paris Nord Villepinte par Jérôme Libeskind.

Le 5 avril à 15, une conférence sur les nouvelles tendances de commerce alimentaire et livraisons urbaines réunira Star Service, Carrefour, Delipop et Califrais / Rungis market.

Cette conférence vise à mieux comprendre les attentes des destinataires en termes de services (particuliers et professionnels) mais aussi de comprendre quels sont les dernières tendances. S’agit-il d’une livraison instantanée, rapide ou plutôt de modèles de point de retrait ? Comment les contraintes environnementales dans les grandes métropoles sont-elles prises en compte par les acteurs du transport et de la distribution ?

Le 6 avril à 10h, Jérôme Libeskind animera une seconde conférence sur la logistique urbaine dans les villes moyennes et les métropoles intermédiaires. Quelles sont les problématiques et les solutions dans ces territoires ? La logistique urbaine est souvent associée à Paris et aux très grandes métropoles. Pourtant, les autres agglomérations et centres villes sont aussi confrontés à des problématiques de compréhension des flux de marchandises et de verdissement des cœurs de villes. Interviendront lors de cette conférence la Ville de Dinan, Grand Besançon Métropole, mais aussi les triporteurs Malouins et Watea. Une conférence à ne pas manquer !

Le 7 avril à 13h45, la troisième conférence du cycle logistique urbaine concernera la réduction des emballages e-commerce. Quels sont les problèmes ? Quelles sont les bonnes pratiques, les solutions les plus innovantes ? Comment les transporteurs s’impliquent dans ces démarches ? Cette conférence permettra de recueillir les témoignages de TLF, L’intendance, Hipli, Université Gustave Eiffel et DS Smith.

Ces conférences seront sans nul doute des temps forts de la SITL 2022 !

Comme chaque année, Logicités vous fait un bilan des points marquants de l’année 2021 pour ce qui concerne la logistique urbaine. Bien sûr, il ne s’agit pas d’un bilan exhaustif mais de quelques événements marquants qu’il convient de rappeler à cette époque de début d’une nouvelle année.

Tout d’abord, l’année 2021 a été ponctuée de plusieurs très bonnes nouvelles pour la logistique urbaine.

  • Un rapport logistique urbaine au gouvernement 

Pour la première fois, un rapport sur la logistique urbaine a été remis au gouvernement. Le rapport de la mission LUD, pilotée par Jean-Jacques Bolzan, Anne-Marie Idrac et Anne-Marie Jean, fait de multiples propositions. Nous n’en retiendrons ici qu’une consistant à sensibiliser les consommateurs aux enjeux de la logistique urbaine. « Inciter à un choix de livraison plus lente lorsqu’elle est davantage mutualisée et décarbonée ». Le consommateur est le dernier maillon de la chaîne logistique. Par ses comportements d’achat, c’est lui qui décide. Encore faut-il l’éduquer car le sujet est particulièrement complexe.

  • La cyclologistique s’industrialise

La réussite du déploiement de la cyclologistique passe par une offre de matériels industriels à un prix compétitif. En 2021, nous avons vu se développer plusieurs usines françaises de construction de remorques de cyclologistique. Après une phase de démarrage réussie, K-Ryole a ouvert une usine à Tonneins dans le Lot-et-Garonne. Dans cette usine de 4500 m², K-Ryole ambitionne de construire 600 à 900 remorques par an. Autre acteur qui mise sur l’industrialisation, Fleximodal. Le succès de sa remorque Bicylift, exporté dans plusieurs pays a amené l’entreprise à ouvrir de nouveaux locaux à Cesson-Sévigné (Rennes). D’autres acteurs comme VUF, Wello, Kleuster ou Douze Cycle déploient des unités de production en France. La cyclologistique n’en est qu’à ses débuts !

  • Pour la première fois, les e-marchands s’intéressent à leur impact environnemental

La charte pour un e-commerce responsable signée par 14 e-marchands et la FEVAD constitue un premier pas vers une meilleure maîtrise des nombreux impacts environnementaux du e-commerce. Cette charte, certes timide sur certains aspects, traite de sujets sensibles comme ceux des emballages. Elle aborde aussi le problème des retours e-commerce et celui de la consolidation des flux. Gageons que cette charte constituera une première étape et créera une dynamique. Hasard du calendrier ou volonté individuelle ? Nous remarquons que des e-marchands non-signataires, comme Amazon, font depuis quelques mois de gros efforts pour améliorer l’impact environnemental de leurs livraisons.

  • La part de marché des véhicules électriques dépasse les 4%.

Pendant des années, la part de marché des VUL électriques n’était que de 2%. Pour la première fois, en 2021, elle a doublé pour atteindre 4,3%. Certes, 4% est encore un chiffre bien faible mais ce doublement en un an constitue une lueur d’espoir, conséquence d’un développement de l’offre et d’une prise de conscience de nombreux acteurs. C’est aussi la conséquence des annonces de mise en place de Zones à Faibles Emissions dans les grandes villes.

  • Chaque semaine, une nouvelle station GNV ouvre

Fin 2020, 122 stations au GNC étaient répertoriées en France. Un an après, nous sommes à près de 200 stations en France. Bien sûr, nous sommes loin du maillage suffisant pour faire face aux besoins des professionnels. Mais la dynamique est là et c’est déjà une excellent nouvelle.

  • Les réseaux d’acteurs du dernier kilomètre se déploient …

En 2021, plusieurs réseaux se sont étendus sur le territoire. C’est ainsi le cas de celui d’Urby, qui est présent dans 21 villes, mais aussi des Triporteurs de l’Ouest, présents dans 9 villes du territoire et de Toutenvelo, présent dans 7 villes. Star Services, Cogepart, mais aussi Ecolotrans, étendent leurs réseaux afin de répondre à la demande dans toutes les grandes agglomérations.

La logistique urbaine n’est plus une spécificité parisienne. Elle concerne non seulement les grandes métropoles, mais aussi de nombreux territoires urbains de plus petite dimension.

  • …comme les hôtels et espaces logistiques

En 2021, nous avons vu apparaître de nouveaux espaces pour la logistique urbaine. C’est par exemple le cas du site P4 construit par Sogaris à Pantin ou de Toulouse Logistique Urbaine, inauguré en décembre 2021. Un projet très ambitieux, mené par Goodman, sera réalisé sur le port de Gennevilliers dans quelques années. Ce site de 90 000 m² apportera de nouveaux espaces pour livrer Paris de façon décarbonée. A Paris et Lille, Corsalis fait le choix de rénover des sites existants pour répondre aux demandes des acteurs du dernier kilomètre. L’intérêt croissant que portent les acteurs immobiliers à cette nouvelle catégorie d’actifs est une bonne nouvelle. Gageons que l’année 2022 verra apparaître de nouveaux projets et de nouveaux acteurs dans le monde de l’immobilier logistique urbain.

  • Un nouveau livre de Jérôme Libeskind !

En 2021, Jérôme Libeskind a publié le livre « si la logistique m’était contée » : 12 histoires pour comprendre l’évolution du commerce et de la livraison. Ce livre apporte une vision différente de la logistique urbaine et du dernier kilomètre au travers de 12 personnages pour la plupart oubliés.

Ce troisième ouvrage de Jérôme Libeskind s’adresse à tous les publics, autant les spécialistes du sujet que celles et ceux qui souhaitent comprendre pourquoi et comment la logistique urbaine focalise de plus en plus souvent les débats.

Le livre est disponible sur la e-boutique Logicités et en librairie !


Mais en 2021, ce sont aussi des mauvaises nouvelles dont nous devons prendre conscience.

  • L’explosion du quick commerce : la paresse a un coût environnemental et social

Loin de faire l’unanimité, cette forme de commerce en quelques minutes contribue à accélérer la fragmentation des flux. Livrer en 10 ou 15 minutes, c’est multiplier le nombre de livraisons non consolidées. Et sans modèle économique à court terme, c’est inévitablement le développement d’un modèle social dégradé.

La livraison la plus verte est la plus lente. Il faudra, comme le timbre depuis des années, coloriser les livraisons en indiquant que le temps permet d’organiser des tournées. Livrer en 10 minutes s’apparente alors à une augmentation du nombre de véhicules dans les villes.

Le commerce de la paresse ou de la flemme, selon la terminologie adoptée par les journalistes, attire pourtant les investisseurs. En 2021, l’économie de la paresse a levé 15 milliards de $ dans le monde.

Mais cette économie de la paresse a un coût environnemental et social considérable. C’est certainement la plus mauvaise nouvelle de l’année pour la logistique urbaine !

  • Le centre de distribution urbain de Charleroi à l’agonie

C’est le titre d’un article de Télésambre en mai 2021. Inauguré en 2016 dans un magnifique bâtiment neuf, ce CDU a couté 6 millions €. Pourtant, en 5 ans, il n’a trouvé aucun modèle économique. Le modèle du centre de distribution urbain est complexe. Il implique nécessairement un surcoût et nécessite un courage politique afin de modifier la réglementation en incitant les opérateurs à utiliser cet outil de consolidation des flux.

Les difficultés du site de Charleroi, qui n’est pas le premier à faire face à un échec, doivent toutefois faire réfléchir à la nécessité de bien analyser toutes les expériences à travers l’Europe et même au-delà, avant de mettre en œuvre un tel projet.

Il montre aussi que la consolidation des flux, aussi pertinente qu’elle soit sur le plan environnemental, doit être préparée en association avec les professionnels locaux.

Espérons que Charleroi saura trouver une nouvelle vie à ce très beau projet et qu’il aura une orientation nouvelle au service des commerces, des habitants et de la logistique urbaine. Fort heureusement, le CDU ne constitue qu’une des multiples solutions de consolidation des flux.

  • La disparition d’une belle entreprise de cyclologistique

Les coursiers cyclistes lorrains, société créée en 2006, a décidé d’arrêter son activité en décembre 2021. Difficulté du métier, livraison dans une jungle urbaine de plus en plus accaparée par les voitures et les trottinettes… Parler de la cyclologistique c’est bien, mais adapter la ville à cette nouvelle forme de livraison impose un courage politique et une réflexion sur un meilleur partage de l’espace public.

Cette annonce malheureuse doit nous faire réfléchir pour mieux adapter la ville à la cyclologistique et mettre en situation de réussite les nombreuses initiatives de création d’entreprises dans ce secteur.

  • 2 usines de véhicules électriques ferment…

Un des modèles les plus performants du marché, le Nissan e-NV 200, pourtant produit à 49 000 exemplaires, ne sera plus fabriqué. Nissan a fermé son usine de Barcelone, dans laquelle ce véhicule était assemblé. Autre échec industriel, celui du Streetscooter, qui a fermé son usine malgré son succès commercial en Allemagne, au Japon et en Chine. Le modèle économique d’une usine de véhicules électriques de livraison reste à construire…

  • La logistique inverse reste à construire

Le titre choc du Parisien, le 22 décembre 2021, nous interpelle : seuls 14% des déchets plastique sont recyclés en Ile-de-France. Sur les 860 000 tonnes de plastique jetés par an en Ile-de-France, 43% sont incinérés et 34% enfouis. 2% du plastique en Ile-de-France, soit 17 000 tonnes par an, sont tout simplement disséminés dans la nature.

Les lois, aussi ambitieuses sont-elles, ne font malheureusement pas tout. Ces chiffres montrent une défaillance totale de la logistique de cette filière. Mais ils montrent aussi l’importance pour le consommateur de fuir le plastique. Eviter le plastique lors de ses achats quotidiens, promouvoir les achats en vrac, dans des emballages consignés ou au pire dans emballages carton.

Bonnes et mauvaises nouvelles de l’année nous montrent l’importance de partager les expériences pour aller tous ensemble plus loin vers une logistique urbaine durable !

Toute l’équipe Logicités vous souhaite une très belle année 2022 !

Pour la carte de vœux,

 

 

Archive d’étiquettes pour : dernier kilomètre

Le 8 décembre, Jérôme Libeskind, président de Logicités, animera 2 événements sur la convention Ecoclass Logistics, qui a lieu cette année au Pavillon d’Armenonville.

A 14h une session de prise de parole de 4 transporteurs et logisticiens “les leaders de la logistique d’engagent” : DB Schenker, Urby, Ecolotrans et le groupe Heppner.

A 16h15, un pitch de 6 startups à ne pas manquer !

Un très bel événement, dans un format nouveau et un lieu emblématique !