Articles

Les points relais datent des années 1980. Ils ont été créés à l’époque de la Vente par Correspondance. Les sociétés de VPC, qui font déjà face à la problématique de livrer des clients souvent absents de leur domicile, imaginent de confier à des particuliers, référents dans leur quartier, la fonction de réception et remise des colis. Les points relais sont inventés. Le modèle « d’hôtesses locales » – c’est le terme utilisé à l’époque- est vite remplacé par des commerces.

Les commerces, en échange d’une rémunération modeste, effectuent ce travail et sont intéressées par l’attraction d’une clientèle supplémentaire qui peut aider à augmenter le chiffre d’affaires.

Les points relais constituent aujourd’hui la principale solution de livraison hors domicile. 4 réseaux principaux se partagent le marché et continuent à mailler de façon très fine le territoire. En cette période de Noël, ils sont utilisés de façon très intensive et permettent à nombre de parents de se faire livrer les jouets de Noël sans que les enfants ne les aperçoivent… Lire la suite

Les derniers jours ont été marqués par de nombreux événements, qui placent la livraison collaborative au cœur de l’actualité.

Amazon a décidé de reprendre son laboratoire de Seattle, déjà utilisé pour de nombreuses expériences comme Amazon Fresh ou le Treasure truck pour tester la livraison collaborative.

Pourquoi livrer un colis est-il un métier ? Il est simple de prendre un colis à un dépôt, et l’apporter à quelqu’un qui l’attend à un moment donné. Amazon est parti de ce principe pour proposer à des particuliers de livrer des colis et d’être rémunérés à la tâche.

Ce principe simple nous transforme tous en livreurs, ce dont nous sommes probablement tous capables sans grande difficulté.

Lire la suite

Depuis plus d’un an, ce blog parle de l’évolution collaborative de la livraison du dernier kilomètre.

Ce n’est pas un hasard. En effet, l’économie collaborative concerne directement ou indirectement de nombreux aspects de notre vie quotidienne. L’usage partagé des moyens de transport jusqu’à présent individuels comme Velib ou Autolib en constitue un des aspects. Les modèles d’Airbnb, de Drivy ou de Blablacar en montrent d’autres aspects. Ebay, Le Bon Coin ou tous les sites de revente d’objets utilisés sont également caractéristiques de notre époque.

Sans être aussi structurés, ces modèles existaient déjà avant tous ces noms connus et bien avant internet. La location d’appartements de vacance ou le covoiturage ont toujours existé, comme les brocantes ou les locations de vélos.

Ce qui change dans l’économie collaborative, c’est l’utilisation d’une communauté dans une base de données numérique, c’est la mondialisation des informations et probablement la vitesse avec laquelle ces modèles se développent.

Une fois n’est pas coutume, ce blog vous conseille une excellente lecture sur les données, le tout nouveau livre de Louis-David Benyayer, éminent spécialiste de la logistique urbaine, et de Simon Chignard « Datanomics », aux Editions FYP. Les éditions FYP ont édité l’ouvrage de Jérôme Libeskind « La logistique urbaine – les nouveaux modes de consommation et de livraison ». Voici donc quelques idées de lecture sur la plage ou dans votre appartement Airbnb !

livre logistique urbaine

Mais cet été nous apporte d’autres bonnes surprises. La livraison collaborative, jusque-là méconnue en France (ce blog en parle cependant depuis un an), devient un sujet grand public. Le journal gratuit 20 minutes, qui vient de publier différents articles sur les tendances de l’économie collaborative, s’intéresse à ce modèle. La mise en perspective de ce modèle avec les autres modes de consommation et services collaboratifs, comme la mise à disposition d’espace dans sa cave (le costockage) est tout à fait intéressante.

20 minutes

Transporter une personne dans sa voiture, c’est assez simple et c’est le covoiturage. Transporter des colis, c’est autrement plus compliqué. Les colis sont de dimensions et poids multiples. Il faut accéder au destinataire, lui remettre sa commande, respecter un engagement.

Pourtant, ce modèle se développe à une vitesse considérable aux Etats-Unis, en Chine, mais aussi en Europe, de la Suède à la Russie, en passant par l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse, la Finlande et aussi la France.

Comme le covoiturage, nous connaissons les modèles interurbains ou locaux. Il existe également de nombreux modèles intercontinentaux.

A titre d’exemple, je voyage à Nairobi. J’ai droit à 20 kg de bagages et n’en ai que 10. Je mets les 10kg à la disposition d’autres personnes pour acheminer un colis.

Sur le plan local, le modèle prendra progressivement sa place parmi les solutions de livraison du dernier kilomètre, en un temps réduit, le soir, le week-end par exemple.

Même si l’assimilation du modèle de livraison collaborative avec l’uberisation de l’économie peut être à l’origine de confusions, il n’en reste pas moins que la livraison collaborative constituera une des solutions les plus pertinentes de la logistique urbaine. En effet, mettre des colis dans des sacs à dos ou des Velib plutôt de que de les transporter dans des camions ne nécessite pas d’être spécialiste pour imaginer l’impact environnemental avec un investissement bien faible par rapport à d’autres solutions de logistique urbaine ! Si par ailleurs nous profitons de déplacements existants, on optimise l’intégralité de la chaîne. Nul doute que la livraison collaborative constituera donc un des principaux gisements de développement de la logistique urbaine et pourra modifier la façon de livrer des colis ou des marchandises dans les villes.

Un des meilleurs exemples est celui de Drivoo, qui est intervenu en mars 2015 sur la table ronde organisée par Jérôme Libeskind sur la SITL.

La logistique collaborative est créatrice de valeur, d’abord environnementale.