Comme chaque année, le blog Logicités met en évidence 5 mauvaises nouvelles relevées durant l’année écoulée et 5 bonnes nouvelles concernant la logistique urbaine.

L’an passé, les 5 mauvaises nouvelles présentées étaient :

  • 2018 : les émissions de CO² ont augmenté de 2,7% dans le monde
  • L’étalement urbain, le mauvais exemple français
  • Des échecs dans les modèles des consignes de retrait de colis
  • Les difficiles modèles économiques du dernier kilomètre
  • La LOM : peu d’avancées significatives concernant la logistique urbaine

Malheureusement, certaines de ces mauvaises nouvelles auraient pu être reprises pour 2019. Les émissions de CO² ont continué à augmenter sur la planète, mais en 2019 à un rythme plus faible, de 0,6%. Toutefois, les records de chaleur se multiplient. Les incendies et autres catastrophes climatiques deviennent de plus en plus fréquents.

L’étalement urbain continue, notamment en France, au même rythme, incité par un modèle d’habitat périurbain, des autoroutes nouvelles et d’autres facilités.

La LOM a été votée mais certains articles, comme l’article 44, restent contestés, notamment par le Conseil Constitutionnel. La logistique urbaine reste quasiment absente de cette loi, qui s’annonçait prometteuse, dans la continuité de la loi de transition énergétique et des Assises de la Mobilité.

Pour 2019, nous avons choisi les 5 mauvaises nouvelles suivantes :

  1. La diminution de 50% des aides d’Etat à la transition écologique.

Le 1er janvier, en catimini, le gouvernement a décidé de réduire de 50% les aides aux entreprises pour l’acquisition de véhicules propres. Ainsi, pour l’achat d’un VUL électrique, l’aide d’Etat passe de 6000 à 3000 €. Nous aurions pu penser que l’aide avait pour objectif d’amorcer le développement de la filière et qu’elle n’est plus nécessaire. Mais en 2019, le nombre de véhicules utilitaires électriques vendus en France a … diminué de 2%. C’est donc là une mesure directe d’économie des dépenses de l’Etat et une bien mauvaise nouvelle pour les entreprises qui envisageaient de faire évoluer leur parc de véhicules vers des véhicules plus propres.

  1. La pollution de l’air reste problématique

L’Ile-de-France, en 2019, n’a connu qu’un seul jour de qualité de l’air très bonne (1 et 2 sur l’échelle de l’ATMO allant de 1 à 10), en l’occurrence le 30 mai 2019. Les années précédentes, le nombre de jours par an avec une qualité de l’air très bonne était de 4 à 25 selon les années. Cette donnée témoigne d’une situation particulièrement préoccupante. La qualité de l’air est à l’origine, en France de 48 000 morts prématurés par an. La livraison urbaine a un rôle dans ce bilan, qui est estimé à 10%. C’est là tout l’enjeu de la logistique urbaine.

  1. L’artificialisation du territoire continue.

Le rapport publié par France Stratégie en juillet 2019 est édifiant. En matière d’artificialisation des terres, la France fait figure de mauvais élève en Europe. Tous les ans, nous artificialisons 60 000 hectares. La raison principale est l’habitat individuel. Plus grave, le rythme d’artificialisation est beaucoup plus rapide que celui de la croissance de la population. Les effets sont connus. Certains medias ont nommé la crise des gilets jaunes comme la « crise de l’étalement urbain ». En développant des réseaux routiers rapides et gratuits, en développant des lotissements en grand nombre loin des lieux de travail, les collectivités ont créé un modèle fragile, pour des populations qui sont totalement dépendantes de la voiture. Sur le plan logistique, étaler le territoire urbain, c’est augmenter les kilomètres pour les livraisons, donc le nombre de camions sur la route… La prise de conscience avec un objectif de « zéro artificialisation nette » en 2019 est une bonne nouvelle mais sera-t-elle suivie d’effet ? On peut en douter à court terme.

  1. Le recul sur la consigne et les emballages en plastique.

Repoussé à 2040, c’est-à-dire aux calendes grecques, la suppression du plastique restera comme un des échecs majeurs de 2019. Les propositions pourtant à l’initiative de nombreux députés, visaient à développer la consigne en verre ou en PET épais, comme dans de très nombreux pays. Pour ne pas mettre en péril les industries du plastique et les centres de tri souvent récents et dimensionnés pour des volumes importants, le gouvernement a décidé de privilégier des « expérimentations ». Pourquoi expérimenter ce qui existe et fonctionne très bien depuis des années dans de très nombreux pays ? Le plus étonnant est le soutien des industriels, comme Coca Cola à la consigne. Le développement de la consigne existe depuis toujours dans le réseau CHR. Les transporteurs sont disposés à élargir leurs services, ce qu’ils font déjà assez souvent. Le frein est alors réglementaire. Espérons que l’insistance des industriels, des transporteurs, mais aussi des consommateurs permettra de revenir à la raison sur ce sujet essentiel.

  1. L’arrêt de plusieurs initiatives de logistique urbaine.

Ce blog s’est déjà fait l’écho de l’arrêt de nombreuses initiatives, les consignes de retrait ou certaines start-ups. En 2019, plusieurs initiatives pourtant intéressantes se sont arrêtées comme Oxipio ou Kangourou Vert. La réussite des entreprises de livraison propre du dernier kilomètre dépendent beaucoup de la volonté publique de mieux réglementer les centres villes et d’inciter les transporteurs à utiliser des solutions plus propres. Les initiatives privées ne manquent pas et méritent d’être encouragées, souvent accompagnées voire aider afin de faire de la logistique urbaine soit une réalité sur les territoires. Ces échecs montre que le chemin pour rendre ces modèles non seulement pertinents sur le plan environnemental, mais aussi rentable, est encore long.

En 2018, les 5 bonnes nouvelles mises en évidence dans ce blog étaient :

  • L’arrêt du projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes
  • La pétition l’Affaire du siècle rassemble plus de 2 millions de français
  • La mise en place de Zones à Faibles Emissions
  • Un foisonnement d’initiatives locales
  • La sortie du livre de Logicités sur la logistique urbaine au Japon !

Pour 2019, nous avons donc choisi les bonnes nouvelles suivantes

  1. La création de France Logistique

Conséquence du rapport Hemar-Daher sur la compétitivité logistique de la France demandé par le Premier Ministre, le comité France Logistique, qui est dirigé par l’ancienne ministre des transports Anne-Marie Idrac aura la lourde tâche de porter les problématiques de la filière logistique française. L’organisation de la logistique urbaine « du dernier kilomètre » a été citée comme un des axes de travail de ce comité. C’est là une bonne nouvelle, tant du fait de la prise de conscience, attendue depuis des années, de l’importance de la logistique, que de l’intégration des solutions de logistique urbaine dans cette démarche nationale.

  1. L’arrêt d’Europacity

Ce projet démesuré, consommateur des dernières terres agricoles près de Paris et à l’encontre de tous les messages de recentrage de la ville et du commerce sur ses centres, a été abandonné. C’est là une bonne nouvelle alors que l’Etat, pour la première fois, se préoccupe de la problématique de l’étalement urbain et de l’artificialisation des terres agricoles et des espaces naturels. Les terres de Gonesse constituent un potentiel pour développer l’agriculture de proximité et les circuits courts et réduire l’impact logistique de l’approvisionnement en alimentation de Paris.

  1. Logistique urbaine: les appels à projets se multiplient.

Dans toutes les villes, Paris, Nantes, Lille, Lyon et d’autres, les Appels à Projets ou Appels à Manifestation d’Intérêt se multiplient. Ils permettent de faire émerger de nouveaux projets, de mobiliser les acteurs et de mettre en œuvre des solutions nouvelles. Cette prise en main de la logistique urbaine à l’échelon métropolitain est une excellente nouvelle. Certaines métropoles, comme Paris ou Toulouse, mettent en place des plans d’actions. La dernière initiative en date, qu’il faut saluer, est celle de la Métropole du Grand Paris visant à sensibiliser le consommateur aux impacts logistiques de ses achats.

  1. 2 bonnes lectures à ne pas manquer.

L’excellent livre de Vincent Chabault « Eloge du magasin, contre l’amazonisation » – Gallimard Le Débat – permet de comprendre que l’e-commerce n’est pas l’ennemi du commerce de proximité. Autre très bonne lecture pour ce début d’année, l’histoire du commerce, autour de celle de Felix Potin. Le livre « Qui a tué Felix Potin ? » de Mathieu Mercuriali et Giulio Zucchini (éditions de l’Epure) nous montre que ce n’est pas Amazon qui a inventé la livraison à domicile et que la transformation du commerce que nous connaissons n’est pas tout à fait nouvelle.

  1. Le rapport sur les modèles de la livraison du dernier kilomètre est en ligne !

Attendu depuis longtemps, l’étude prospective des enjeux de la livraison du dernier kilomètre, à laquelle Logicités a participé, avec PMP, le LAET et ELV Mobilités, est en ligne sur le site internet du ministère de la transition écologique et solidaire. Bonne lecture !

Bonne et heureuse année 2020 !

https://www.logicites.fr/meilleurs-voeux-2020

 

 

 

Comme chaque année, le CES de Las Vegas est l’occasion de faire le point sur les dernières innovations et technologies.

350 entreprises françaises ont fait le déplacement cette année. Notons la présence comme chaque année de TwinsWheel, qui présentait son dernier modèle de droïde suiveur et recherche activement des clients pour déployer ces nouvelles technologies. Ce droide fait l’objet de tests dans différentes villes françaises, notamment à Montpellier.

La société française Wello a présenté son vélocargo solaire, fabriqué au Mans. Ce vélocargo est déjà utilisé par La Poste.

Les véhicules autonomes sont présents en nombre sur le salon. Notons la présence pour la première fois au CES des véhicules autonomes chinois UDI, qui ont une charge utile d’une tonne. Ce véhicule s’apparente en capacité à une fourgonnette, avec une longueur de 3 mètres.

Le groupe français Valeo a dévoilé en avant-première son véhicule de livraison électrique et autonome eDeliver4U. Ce véhicule a été développé en partenariat avec un e-marchand chinois spécialisé dans la livraison de repas. Valeo annonce, contrairement à TwinsWheel, que son objectif à court terme n’est pas de commercialiser ce véhicule mais de prouver l’efficacité de sa technologie, les caméras, lidars et capteurs. Ce véhicule, d’une longueur de 2,80 m, peut effectuer des tournées de livraison de 17 repas. La bonne nouvelle, mais avons-nous besoin d’un véhicule autonome pour cela ? C’est que nous redécouvrons les tournées de livraison pour livrer les repas. Cela semble plus pertinent et moins perturbant pour l’environnement urbain que de livrer des repas en scooter.

Autre modèle de véhicule innovant présenté sur le CES, le Master ZE à hydrogène, développé par la société française Symbio, en partenariat avec Renault. L’autonomie du Master ZE, qui n’était que de 100 km est alors de 350 km grâce au prolongateur d’autonomie à hydrogène. Symbio propose aussi d’autres véhicules, notamment le Kangoo ZE à hydrogène.

Signe d’une évolution technologique majeure, le bipède autonome développé par la start-up californienne Agility Robotics fait sensation. Cet humanoïde a pour mission de se déplacer, monter les escaliers et livrer des colis… Au CES de Las Vegas, nous sommes presque dans la science fiction.

Les véhicules autonomes présentés au CES 2020 ne se limitent pas au dernier kilomètre. La société américaine PACCAR a présenté 3 modèles de véhicules poids lourds électriques, dont le Kenworth T680, véhicule autonome de niveau 4. Sur les 6 niveaux d’autonomie de véhicules, le niveau 4 correspond à un fonctionnement sans conducteur dans certaines situations bien définies, comme le stationnement.

La start-up Plus.ai a également présenté des modèles de poids lourds dotés de technologies de véhicules autonomes.

Fedex a présenté en conférence son étonnant robot Roxo, qui monte les marches d’escalier pour effectuer ses livraisons.

Comme chaque année, le secteur des drones présentait de multiples innovations.

Une innovation intéressante est la boite à colis alimentée en drone, la Dronedeck. La boite à colis qui se place à l’extérieur d’un logement dispose d’une zone d’atterrissage de drones. La case s’ouvre lorsque le drone arrive. Le drone dépose le colis et la case se referme.

Les boîtes à colis connectées commencent à se développer. Les vols de colis lors de livraisons a incité la société canadienne Danby à concevoir une boîte à colis connectée totalement sécurisée, avec caméra et un espace de dépose anti-effraction. Cette boîte à colis est déjà commercialisée au Royaume-Uni.

Ces innovations en grand nombre montrent l’intérêt des start-ups pour apporter des solutions nouvelles afin de transformer la livraison du dernier kilomètre et la rendre plus propre, mais aussi plus rapide.

Pour ce premier article de l’année 2020, Logicités vous souhaite une très belle année logistique urbaine !

Pour la e-card 2020, CLIQUEZ !

Mounir Mahjoubi vient de publier une note d’analyse sur Amazon et l’emploi. Cette note interpelle, non pas par ses résultats, mais par son auteur.

Critiquer Amazon est habituel, mais le rendre responsable de tous les maux du commerce de proximité est une énorme erreur, pour plusieurs raisons :

Tout d’abord, le commerce électronique ne représente que 9% de la consommation en France. La part de marché d’Amazon, market place comprise, n’est alors que de 2% de la consommation.

Amazon n’a d’ailleurs pas inventé la vente à distance. Elle existait depuis le 19ème siècle. Dans les années 1980, la VPC représentait, avec des acteurs comme les 3 Suisses ou La Redoute, 3% du commerce physique.

Les principaux responsables des problèmes du commerce de centre-ville sont donc majoritairement à chercher ailleurs, notamment dans le commerce périphérique (les grandes surfaces et centres commerciaux). Entre 2000 et 2016, les surfaces commerciales se sont accrues en surface de 3% par an alors que le PIB n’a augmenté que de 1,5%. Nous sommes donc en France en situation de suroffre de surfaces commerciales, dont les élus sont en grande partie responsables.

Le second facteur est l’évolution technologique. M. Mahjoubi, qui a été secrétaire d’Etat à l’économie numérique, est bien placé pour savoir que la digitalisation de nombreux secteurs : la vidéo, la musique, la presse, le livre, les assurances, la banque, les voyages ou billets de transport, le courrier, la banque, impacte les commerces physiques qui deviennent souvent inutiles.

Certes Amazon, et l’étude de M. Mahjoubi le dit très bien, est plus productif et performant que le commerce traditionnel. Il emploie moins de personnes pour le même résultat. Mais ce constat est celui que nous pouvons faire dans toute l’histoire du commerce ! Zola, dans « Au bonheur des dames » explique parfaitement l’impact de la modernisation sur les modèles traditionnels. L’histoire des grands magasins (Mannoury, Boucicaut et d’autres) ou de Felix Potin montre que les formats « modernes » ont autant impacté le commerce traditionnel qu’aujourd’hui.

De nombreux emplois ont été détruits et d’autres ont été créés.

M. Mahjoubi commet une autre erreur, celle de résumer le commerce électronique au « méchant », Amazon, en opposition avec les « gentils » car ils sont français, Cdiscount et la Fnac.

Les modèles, en tout cas celui de Cdiscount, qui n’a pas de point de vente physique, sont très comparables. Il n’y a donc pas de méchant ni de gentil…

Autre point, M. Mahjoubi oublie plusieurs sujets fondamentaux du e-commerce.

Si Amazon ne crée pas assez d’emplois, si l’on écoute M. Mahjoubi, il en crée beaucoup plus que les plateformes chinoises qui inondent le marché français, comme Alibaba ou Wish, ou l’achat sur des sites européens. M. Mahjoubi devrait en priorité s’intéresser à ces pratiques. L’import e-commerce représente 20% des achats sur internet et est en croissance.

L’e-commerce, que l’on met trop souvent en opposition avec le commerce physique, est en fait une révolution du commerce. Il s’agit bien de la 3ème révolution, après celle des grands magasins au 19ème siècle ou de l’hypermarché et des centres commerciaux dans les années 1960. On peut s’y opposer, au risque de passer pour un rétrograde.

On peut privilégier les commerces de proximité, ce que je fais pour ma part le plus souvent possible ! Le consommateur a bien le droit de privilégier son commerce de quartier. C’est même un devoir.

On peut aussi se dire qu’il représente de formidables opportunités. Tout d’abord, les milliers d’entreprises qui sont présentes sur les market place Amazon, Cdiscount ou eBay, sont autant d’emplois et d’activité économique sur les territoires. Ils peuvent aussi être des commerces physiques, qui vont pouvoir étendre leur zone de chalandise. Ces entreprises vont pouvoir facilement exporter dans le monde entier. Elles vont pouvoir exister sur l’ensemble du territoire, y compris dans des zones rurales.

L’avenir d’un commerce physique n’est donc pas de s’opposer à Amazon. Il est de s’adapter au commerce électronique, au cross canal, pour en faire un enjeu de développement et d’emploi.

L’e-commerce est aussi un moyen, pour les populations rurales, d’avoir accès à de très nombreux produits, à des prix compétitifs, sans avoir à se déplacer en voiture. C’est donc un moyen d’aider à la fixation des populations rurales.

L’étude sur le sujet, publiée par la Dreal Pays-de-la-Loire, à laquelle j’ai eu la chance de participer, explique bien les enjeux de l’e-commerce pour les territoires et le commerce physique.

http://www.pays-de-la-loire.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_final_-_etude_e-commerce_-_10-07-18-1.pdf

Mais l’e-commerce n’est pas parfait et a d’énormes efforts à effectuer pour être accepté par tous. Il doit faire sa révolution environnementale.

Les colis e-commerce comprennent 70% de vide, consomment carton et plastique. Les livraisons font souvent l’objet d’échec à la présentation du livreur, avec une seconde, voire une troisième présentation. L’explosion du taux de retours dans le secteur du textile interpelle, notamment avec les nouvelles pratiques d’essayage à domicile. C’est donc une augmentation du nombre de véhicules de livraison, liés au développement du e-commerce, que nous constatons. Nous devons inciter les grands acteurs comme Amazon à rapidement améliorer cette situation en réduisant les volumes transportés, éviter les trajets inutiles, réduire les retours et mieux consolider les livraisons individuelles.

Les véhicules sont presque tous au diesel et ont bien entendu un impact environnemental.

Amazon sait d’ailleurs améliorer ces pratiques, mais dans d’autres pays. Par exemple, il est urgent qu’Amazon exporte le modèle Amazon Day en France, modèle qui permet à un internaute de regrouper ses commandes pour n’avoir qu’une seule livraison.

Enfin, nous pouvons nous étonner que M. Mahjoubi ait tant changé entre ses fonctions gouvernementales et ses ambitions d’élu local à Paris. Son successeur vient tout juste de représenter le gouvernement à l’inauguration du dernier entrepôt Amazon de Bretigny. M. Macron, et une partie du gouvernement, était présent à l’inauguration de l’entrepôt Amazon d’Amiens-Boves.

Amazon n’est-il pas tout simplement choyé et privilégié par rapport à ses concurrents ?