Uber et contre tous

Beaucoup d’entre nous sommes des utilisateurs réguliers d’Uber. Nous en apprécions la facilité d’utilisation, la transparence des prix, mais pas toujours le modèle social qui se cache derrière.

Nous apprécions ses services, les VTC, la livraison de repas Uber eats, les trottinettes ou vélos Jump en livre service.

Introduit en bourse au NYSE depuis mai 2019, la valeur de l’action Uber a (déjà) perdu … 27% de sa valeur. Au deuxième trimestre 2019, la société a affiché 5,29 milliards de pertes.

Un des faits majeurs, qui pourrait peser sur la valorisation du modèle Uber et son avenir est la décision du Sénat californien qui, le 10 septembre dernier, a voté la requalification des chauffeurs de VTC en salariés. A contre courant des décisions californiennes, la très libérale loi d’Orientation des Mobilités, qui vient d’être votée par le parlement, ne prévoit dans son article 20 que la possibilité, pour une plateforme (donc notamment Uber) d’établissement d’un charte qui définira les conditions de travail…

Après plusieurs années de choix délibéré de laisser se développer l’uberisation de l’économie, le retour en arrière était évidemment impossible. L’économie uberisée affecte maintenant un trop grand nombre de personnes, dont dépendent les revenus mensuels.

Le plus surprenant, ce n’est pas l’encadrement ultralibéral de la loi, mais l’écart entre la position française (pays dans lequel l’uberisation reste assez modeste et récente) et la position d’un pays qui a beaucoup plus d’historique et d’enjeu. La LOM, tout juste votée est-elle alors déjà dépassée ? Si l’encadrement législatif de l’uberisation est une nécessité, il semble que la LOM, sur ce sujet, arrive soit trop tard (comme c’est souvent le cas), soit trop tôt…

Autre sujet, Uber est devenu un acteur majeur du transport de marchandises et de la logistique urbaine. Il y a quelques mois, la plateforme Uberfreight, qui n’était présente qu’aux Etats-Unis, est arrivée en Europe, en s’implantant aux Pays-Bas. Avec un modèle de transitaire, Uberfreight vise à transformer le secteur de l’affrètement. Le choix de ce secteur n’est pas anodin. Il se caractérise par une multiplicité d’acteurs transporteurs, souvent indépendants, ou de petites entreprises, et un faible nombre d’affréteurs, dont la valeur ajoutée par rapport à ces modèles technologiques est de moins en moins évidente et le mode de fonctionnement encore très traditionnel.

Le modèle est donc très proche de celui des taxis…

Uberfreight trouvera en France des concurrents, comme Everoad ou Fretlink. Mais le marché est considérable et les marges encore suffisamment élevées pour permettre de trouver un modèle économique. Réduire la part des camions qui roulent à vide (estimée à 21%) constitue un enjeu environnemental majeur.

Autre secteur dans lequel Uber est présent, la livraison instantanée. La plateforme de livraison de repas, est fondée, comme ses concurrents Deliveroo ou Glovo, sur l’utilisation de livreurs micro-entrepreneurs. La difficile rentabilité de ce modèle pousse la plateforme à innover. Depuis cette année, Uber propose des solutions de click & collect (ou de vente à emporter). Autre nouveauté 2019, après les grandes métropoles, Ubereats a décidé de s’implanter dans des villes de plus petite taille : Annemasse, Montluçon ou Beauvais. La présence sur l’ensemble du territoire est alors une nécessité.

Uber s’intéresse aussi aux technologies du futur. L’échec de son positionnement sur les camions autonomes (arrêt en 2018 du projet suite au rachat d’Otto) est bien sûr une décision majeure. Toutefois, Uber a présenté au CES 2019 des drones taxis. En juin 2019, Uber a annoncé des tests de livraison de repas en drones en Californie et investit massivement dans la voiture autonome.

Acteur incontournable de la mobilité des personnes et des marchandises, Uber devra trouver un modèle social acceptable. La technologie Uber révolutionne les pratiques, mais pourquoi alors ne pas essayer d’en faire un  modèle social positif ?

 

 

3 replies
  1. Avatar
    fredo says:

    Bonjour, mais il est déjà possible d’envoyer ses colis par des particuliers non? Il me semble que j’ai déjà lu un article sur ce sujet.

    Reply
  2. Avatar
    Jérôme Libeskind says:

    Le transport est aujourd’hui en France une profession réglementée, en tout cas le transport en véhicule motorisé (pas à vélo…). Le co-voiturage de colis pose, comme d’ailleurs les VTC, un problème de faille de la réglementation. Comment pourrions-nous autoriser le covoiturage de personnes, comme c’est le cas et pas le covoiturage de colis ?

    Reply

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.