Mobilité : ce que vous avez peut-être manqué cet été

Quelques faits majeurs ont marqué cet été 2018 pour ce qui concerne la mobilité

Tout d’abord, la fin de Foodora en France, le 28 septembre prochain, interpelle. C’est d’abord une mauvaise nouvelle pour les 1500 coursiers répartis sur 8 villes, qui avaient misé sur cette plateforme. Cela reste bien sûr une bonne nouvelle pour ses concurrents, notamment Deliveroo et Uber Eats, de moins en moins nombreux et peut-être aussi pour l’image que l’on se fait de la ville et du dernier kilomètre. Pour nombre de spécialistes, ce n’est en tout cas pas une surprise. Le modèle économique de la livraison de repas en partant des restaurants est très compliqué. Ces plateformes vivent alors de levées de fonds, qui finissent pas décourager les actionnaires, même les plus téméraires. La variable d’ajustement est le prix de la course versé au livreur. La raréfaction des livreurs dans certaines villes a encore accentué les difficultés de Foodora. Avec un chiffre d’affaires de 6 millions € et des pertes de 10 millions €, l’équation était complexe.

Autre événement de l’été, l’ouverture sans inauguration de la nouvelle gare TGV de Montpellier. Echec annoncé, cette gare dont le coût est de 135 millions €, ne correspondait pas à un besoin, la gare actuelle venant tout juste d’être agrandie et modernisée. Elle correspond à un modèle d’il y a 30 ans, les gares loin des villes, accessibles en voiture. La mobilité nécessite de recentrer les déplacements sur des pôles d’échange, TGV, TER, autocars régionaux et transports en communs urbains, autocars interurbains. La ministre Elisabeth Borne l’a bien compris, en refusant d’inaugurer cette gare qui va à l’encontre des modèles porteurs de valeurs environnementales. Cet investissement critiquable dans une période de restrictions budgétaires, a fait les choux gras du Canard Enchaîné, qui dénonce la « gare égarée ».

La logistique urbaine a été marquée par les annonces du 20 juillet 2018. Les Zones à Faible Emission (nouveau nom des Zones à Circulation Restreinte) se développeront dans les grandes agglomérations françaises et la ministre Elisabeth Borne a fait l’annonce de l’intégration de la logistique urbaine dans la loi d’orientation des mobilités. Elisabeth Borne a également annoncé que le co-transportage de colis pourra se développer dans un cadre adapté. Nous attendons tous avec impatience cette loi fixant alors des orientations qui découlent des Assises de la Mobilité. L’impact environnemental du transport de marchandises nécessite d’être réduit et mieux maîtrisé, tout en accompagnant l’évolution des flux. Les solutions existent, de consolidation des flux, d’un meilleur partage des infrastructures, véhicules et espaces publics, de transition énergétique, de développement de la cyclologistique.

Une mauvaise nouvelle qui nous est parvenue il y a quelques jours seulement concernant la logistique urbaine, la suspension du service Bluedistrib. Remarquable modèle basé sur des consignes de proximité, Bluedistrib utilisait pour ses consignes parisiennes les bulles Autolib. L’arrêt d’Autolib a notamment eu pour conséquence de retirer ces emplacements au service Bluedistrib. Bluedistrib recherche d’autres solutions afin de remettre en service son réseau parisien de consignes au plus vite. Espérons que cet arrêt ne soit que temporaire et que ce « nouveau mode de ville » retrouve son élan.

Parmi les annonces de l’été, la démission de Nicolas Hulot n’a échappé à personne. Là aussi, ni une bonne ni une mauvaise nouvelle, mais en tout cas pas une surprise ! La mission était-elle impossible ? Le personnage n’était-il pas fait pour être ministre ? Ce blog a d’ailleurs écrit sur ce sujet et les difficultés rencontrées par Nicolas Hulot, pourtant disposant de très larges pouvoirs. Ce n’est évidemment pas une bonne nouvelle pour tous ceux qui attendaient beaucoup de ce militant porteur de messages forts et justifiés. Mais, contrairement à ce que nous entendons, son bilan ne restera pas dans l’histoire. Certes, sa principale action a été l’arrêt du projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes. On peut aussi citer son action pour réduire la part du diesel, mais est-ce suffisant ? La France ne respecte pas ses engagements pris lors de l’accord de Paris et, Nicolas Hulot le dit lui-même, il faut faire beaucoup plus et beaucoup plus vite.

Nicolas Hulot n’a pas su s’opposer à la relance du programme autoroutier, à l’urbanisation galopante des terres agricoles, à l’importation massive d’huile de palme. Cette démission est alors une opportunité pour réellement changer de modèle. Arrêter les nouvelles autoroutes, réduire la part de la voiture individuelle (et pas seulement du diesel), freiner l’étalement urbain dans toutes les agglomérations, développer les mobilités douces, développer les actions de logistique urbaine. L’échec de Nicolas Hulot était malheureusement annoncé. Faisons-en alors une opportunité pour modifier la donne et intégrer l’environnement dans tous les secteurs : l’urbanisme, la mobilité, l’énergie, l’habitat, la biodiversité et évidemment la logistique urbaine !

Enfin, la publication d’une excellente lecture en téléchargement gratuit. “La logistique, fonction vitale”, réalisée par l’Institut d’Aménagement et Urbanisme. A lire absolument. Il s’agit là d’un remarquable travail de recherche et de synthèse sur la logistique urbaine, centré sur les problématiques de la région Ile-de-France, réalisé par Muriel Adam et Corinne Ropital. Bonne lecture !

Les vacances de Monsieur Hulot

Les informations de l’été nous apprennent que les ministres prennent des vacances, comme nombre de français. Bretagne, Corse, notre Ministre d’Etat en charge de la transition écologique aurait pu choisir Saint-Nazaire, ou plus exactement Saint-Marc-sur-Mer. C’est en effet là qu’en 1953, il y a 65 ans, Jacques Tati trouve le cadre de son film culte.

Les dialogues de ce film sont rares, même inexistants. Juste quelques bribes de phrases simples nous restent en mémoire. « Oh un coquillage… » « les vacances au bord de la mer sont toujours agréables… ». Mais un des rares passages mérite notre attention estivale.

Le voyage à Saint-Nazaire s’effectue en voiture, mais sans prendre l’autoroute. Pour cause, le programme autoroutier français débutait tout juste et n’allait pas jusqu’à Nantes, qui ne sera irrigué par l’autoroute que bien plus tard, en 1981.

Durant ce film, le ministre d’état Durieux, s’adresse aux français sur un sujet tout autre que l’écologie, dont on ne parle pas encore en 1953… et ne désespère pas de « voir les français écarter l’accessoire pour s’unir sur l’essentiel ».


Nous sommes très proches du récent discours de Nicolas Hulot, qui a bien besoin de vacances, non pas pour faire le bilan de la première année de son action. Le Figaro, qui fait le bilan de son action, la résume en un point, pourtant loin d’être négligeable, l’arrêt de l’aéroport controversé de Notre-Dame-des-Landes…

Mais que s’est-il passé un an ?

La planète brûle. Nous nous en rendons compte tous les jours, avec plus de 41° dans le sud de la France. Mais aussi les dramatiques incendies en Californie.

La France décide de relancer le programme autoroutier. L’autoroute A304 dans les Ardennes est inaugurée. L’autoroute A9 à Montpellier est doublée, avec pas moins de 2 fois 6 voies, comme à Los Angeles ! La ministre des transports annonce un grand plan de 700 millions d’investissements dans les nouvelles autoroutes. Deux autres autoroutes au moins sont en débat. Celle du contournement est de Rouen, 41,5 km de nouvelle autoroute déclarée Utilité Publique et la nouvelle autoroute entre Lyon et Saint-Etienne.
Jacques Tati nous rappelle qu’il n’y a pas besoin d’autoroute pour rejoindre nos belles régions françaises, d’ailleurs souvent défigurées par les rubans de bitume, plus que par les éoliennes, qui font à nouveau débat (en France seulement).

Nous avons aussi appris que les territoires qui résistent notamment les centres-villes des villes petites et moyennes sont les villes enclavées. Celles qui sont magnifiquement desservies par les autoroutes souffrent plus que les autres, comme en Lozère. Les autoroutes accélèrent les déplacements, dont permettent le départ des activités économiques, des habitants et favorisent l’étalement urbain. Les habitants habitent de plus en plus loin de leur lieu de travail, générant alors de nouveaux flux et justifiant un doublement des autoroutes, comme à Montpellier…  Un cercle infernal. M. Hulot (Nicolas), arrêtez le massacre de la France !

Nous avons aussi appris qu’il n’y a quasiment plus de moineaux à Paris, un des symboles de la capitale, que les vers de terre disparaissent comme les abeilles. La biodiversité est en danger ! M. Hulot, agissez à votre niveau pour obtenir une réduction rapide de l’utilisation des produits chimiques et autres glyphosate ! Comment avez-vous pu accepté que l’on importe 300 000 tonnes d’huile de palme, dont nous connaissons les désastres sur la biodiversité dans les pays producteurs ? Si la France ne montre pas l’exemple, qui le montrera ?


Nous avons appris que la France consomme tous les 10 ans l’équivalent d’un département français en urbanisation. Ne nous étonnons pas des inondations à venir, inévitables… Le projet Europacity, qui vise à consommer les dernières terres agricoles proches de Paris (300 hectares) pour construire une piste de ski dans une bulle, est-il alors raisonnable ? M. Hulot, agissez avant qu’il ne soit trop tard sur ce sujet. Comment parler d’agriculture urbaine alors que nous bétonnons nos dernières terres ?

Nous avons appris que le plan vélo est repoussé. Pourtant, nous savons tous que le développement de la mobilité à vélo, tant pour le transport de personnes que de marchandises, est une solution locale à de nombreux déplacements. La plupart des villes d’Europe ont orienté les investissements publics pour développer ce mode de déplacement, pas encore la France, ou si peu. Même l’Italie, pourtant le symbole du scooter, est passée à la pratique du vélo, comme c’est le cas à Milan.

M. Hulot, vos discours sont justes mais ce n’est pas seulement des discours que nous attendons d’un ministre.
Les vacances sont pour tous un moment de repos, du corps et des idées. Elles constituent un moment de réflexion, de bilan, mais aussi de projets pour les semaines et mois à venir.