La logistique urbaine est-elle une mode ?

Tous les mois, parfois plusieurs fois par mois, nous voyons s’organiser des colloques autour de la logistique urbaine. Le colloque organisé par le Conseil Régional de l’Ile de France le 5 mars, ne dérogeait pas à la règle.

On rappelle les études anciennes, presque archéologiques, des années 1990, montrant l’impact de la distribution des marchandises sur les externalités négatives. On présente quelques expériences vertueuses en expliquant que la solution miracle, c’est le CDU et on parle des drones et du tramfret.

Evidemment, nous pourrions nous arrêter là et rien ne nous semble nouveau.

Pourtant, plusieurs éléments montrent que ce colloque marque une étape.

Tout d’abord, les marchandises attirent une salle comble. C’est une excellente nouvelle. Plus nous serons nombreux à nous intéresser à ces problèmes, plus facilement nous parviendrons à convaincre que « les colis votent aussi, comme les habitants ».

La seconde nouveauté, c’est que nous avons parlé de sujets concrets et pas de principes généraux. Le Conseil Régional et ses experts nous a exposé l’état des travaux sur les Docks de Saint-Ouen, Le site de la Papeterie à Nanterre et l’espace sous le périphérique à Pantin. Nous ne serions donc plus dans l’analyse des problèmes mais dans l’étude de solutions ? C’est peut-être cela qui se dessine aujourd’hui. Les travaux aujourd’hui menés ne sont plus des études théoriques mais l’étude de mise en œuvre de solutions concrètes, à l’initiative d’acteurs publics. C’est une excellente nouvelle qui confronte les acteurs publics avec la réalité des solutions à envisager et c’est sans aucun doute la meilleure voie pour avancer.

Le Maire adjoint de Paris en charge des transports, Christophe Najdovski, a fait un exposé précis sur le toute nouvelle politique de la ville afin de réduire la pollution et faire entrer Paris dans le club, pas si fermé, des 192 villes qui restreignent leur accès à certains types de véhicules anciens et polluants. 180 bornes électriques « rapides » (22 KVA) seront prochainement installées dans Paris, en lieu et place d’emplacements de stationnement, permettant ainsi aux professionnels de passer du diesel à l’électrique en toute sécurité. La Mairie de Paris aidera financièrement les TPE à remplacer certain véhicules anciens par des véhicules électriques. Un partenariat entre la Ville, la Région et GRDF a été mis en place afin de développer des stations GNV, permettant, surtout pour des véhicules Poids Lourds, une évolution dans ce sens.

Les remarquables travaux de l’IFFSTAR, notamment sur l’effet du desserrement logistique, qui a été plus rapide que le desserrement de la population, nous éclairent sur ce qui doit changer.

Il y a avait cependant un grand absent, lors de ce passionnant colloque, même s’il a été évoqué à plusieurs reprises, mais de façon bien rapide, c’est l’évolution extrêmement rapide de nos modes de consommation.

L’e-commerce bien entendu est le premier aspect. Des études sont peut-être nécessaires, comme cela a été évoqué, mais l’essentiel des chiffres est parfaitement connu et régulièrement publié par la Fevad. Entre 2014 et 2015, les achats e-commerce (en nombre) ont augmenté de 15%. Nous savons qu’il y a 33,8 millions d’e-consommateurs qui effectuent 600 millions de transactions par an dont environ 50% de produits physiques, donc 300 millions de colis. Les deux enjeux sont de consolider les flux et éviter l’échec à la livraison. Nous savons que l’échec à la livraison, mais aussi les retours, augmentent sensiblement ce chiffre de 300 millions de colis.

Mais l’e-commerce est loin d’être la seule évolution. J’en citerai trois autres :

Tout d’abord, l’accélération des flux. L’internaute n’accepte plus d’être livré en 3 ou 4 jours, voire plus. L’enjeu de la livraison jour J constitue un phénomène majeur d’évolution de la consommation. J’animerai le 2 avril prochain, à 13h15, sur la SITL, une conférence sur ce fait essentiel qui caractérise notre mode de consommation et donc la logistique urbaine.

Le second élément est le changement du commerce. Le commerce en ville change à une rapidité impressionnante. Les formats de magasin changent et se réduisent. Les amplitudes horaires évoluent, avec des ouvertures le soir et le dimanche. Le rôle cross canal des commerces en font autant des ELU (espaces logistiques urbains) que des commerces. Certains sont livrés 2 fois par jour comme les pharmacies. Le magasin urbain a un rôle logistique qu’il n’avait pas il y a seulement 5 ou 10 ans.

Le troisième élément majeur est la société collaborative. Le crowdsourcing est une évolution majeure de notre société dont nous ne mesurons pas encore les effets sur la logistique urbaine. Ils seront nécessairement considérables. Le C to C, mais aussi les circuits courts de distribution, la livraison collaborative, le partage, les places de marché. Des pans entiers de l’économie urbaine se retrouveront dans le crowdsourcing.

La logistique urbaine n’a pas fini d’évoluer et une chose est certaine. Les modèles des années 1990 ne seront pas ceux qui accompagneront les évolutions majeures de nos modes de consommation.

Pour les passionnés de ce sujet, je publie un livre « La Logistique Urbaine » aux éditions FYP.

livre

2 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.