Logistique urbaine : les consignes changent de vitesse

En quelques jours, les annonces sur le développement des réseaux de consignes de retrait de colis se multiplient.
La France était jusqu’à présent très en retard par rapport à d’autres pays Européens, ceci pour deux raisons principales.
Tout d’abord, la France dispose de plusieurs réseaux de points relais performants et très économiques, Relais Colis, Kiala-UPS, Mondial Relay, Pickup. Le réseau de bureaux de Poste, comme certaines enseignes de magasin, servent aussi de points relais. Au total, ce sont plus de 32 000 points relais sur l’ensemble du territoire, qui permettent ainsi à chaque consommateur de trouver un espace près de chez lui.
Le second frein est venu des collectivités locales. L’installation de consignes dans les villes continue d’être complexe. Pourtant, la consigne de retrait est plus que jamais du mobilier urbain. La consigne apporte un service à l’internaute et permet une consolidation locale des flux, répondant ainsi aux critères de bases de la logistique urbaine. Il revient donc aux villes, non pas de mettre en concurrence les réseaux, mais de prévoir des espaces permettant d’accueillir les différents acteurs de consignes, dans les quartiers. A l’image des loueurs de voitures dans un aéroport, les villes doivent prévoir des espaces aménagés et coordonnés afin d’installer ce mobilier urbain du 21ème siècle.
Cette difficulté d’accueil sur la voie publique pousse les acteurs à développer des partenariats privés afin de pouvoir rapidement mailler le territoire. Ces partenariats concernent les lieux d’implantation des consignes, mais aussi les flux de colis.


Amazon a ainsi annoncé que 95 consignes sont installées sur le territoire, dans des centres commerciaux, comme Euralille, So Ouest, des lieux de passage, comme le CNIT ou des ensembles de bureaux comme Ricoh. A Londres, Amazon dispose déjà de 700 consignes, permettant un maillage très fin du territoire. Ces 95 consignes ont été installées en 6 mois seulement. Il est fort probable que le réseau d’Amazon continuera à s’étendre dans les grandes métropoles.
IMG_20160615_125649   IMG_20160219_111140[1]
En France, InPost a fait plusieurs annonces récentes. Tout d’abord, Mondial Relay et InPost ont conclu un partenariat stratégique permettant à InPost de compléter son réseau de 5300 points relais par 1000 consignes, la plupart d’entre elles étant accessibles 24h/24. Ce point est particulièrement intéressant alors que nous arrivons rapidement à la période estivale. Un des problèmes des points relais, ce sont les jours de fermeture des commerces, mais aussi les périodes de congés…
L’autre partenariat signé par InPost est avec le Groupe E. Leclerc. Leclerc mettra à disposition d’InPost des emplacements, permettant ainsi à InPost de disposer dès la fin de cette année de 400 nouveaux emplacements sur le territoire. Par ailleurs, les 10 sites e-commerce de Leclerc utiliseront le réseau InPost Abricolis comme solution de retrait pour leurs clients. Les consignes Leclerc situés près des magasins s’apparentent alors à du click & collect.

Inpost   abricolis
Autre acteur extrêmement dynamique, Bolloré, avec sa solution Bluedistrib, annonce la signature d’un accord avec La Redoute afin de proposer sur le site marchand de la solution de livraison en consignes, aujourd’hui essentiellement en région parisienne. Particularité par rapport aux autres réseaux, celles-ci sont approvisionnées par les véhicules électriques Autolib. Bleudistrib dispose d’un hub en région parisienne permettant la réception des flux de La Redoute ou de Cdiscount et la livraison des consignes.

consigne BlueDistrib à Paris

consigne BlueDistrib à Paris

Si l’on ajoute à ces partenariats le développement du réseau Pickup Station, qui a annoncé en avril dernier 130 consignes dans les gares suite à un appel d’offres, nous voyons que le monde de la consigne se développe à une vitesse impressionnante.
IMG_20160217_125725[1]   IMG_20160630_191356
Il revient aux municipalités de faire en sorte que ce modèle de retrait de colis soit aussi urbain que péri-urbain. Les consignes dans les centres des agglomérations sont encore peu nombreuses. Ce sont pourtant là qu’elles seraient les plus utiles.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *