La guerre Amazon – Carrefour est engagée

Amazon Prime Now a débuté à Paris depuis quelques jours. Voici les résultats d’un test.

Achat d’eau minérale, glaces, jus de fruits, Sopalin.

La commande a été livrée en 50 minutes seulement, donc dans le créneau horaire prescrit d’une heure.  Le contrat est donc respecté.

IMG_20160623_164948[1]

Les produits secs sont emballés dans des sacs en papier. Les produits surgelés sont transportés dans une glacière souple Amazon et remis directement au destinataire. Il faut donc les manger tout de suite ou avoir un congélateur pas trop loin. Ils sont remis sans suremballage. L’eau minérale n’est pas suremballée. Le livreur se présente avec un Tshirt Amazon et a un bac de transport.

Le transport était effectué par Top Chrono avec un véhicule diesel blanc, de type camionnette.

L’engagement de délai est donc respecté. La qualité des produits est impeccable. Le livreur se présente très correctement et Amazon respecte son image de qualité. Bravo !

Lire la suite

Amazon Prime Now : les 4 erreurs et les 4 propositions

Le service Amazon Prime Now, au départ d’un entrepôt de 3500 m² boulevard Ney vient tout juste de débuter et devient déjà un sujet politique.

Le concept de supermarché online avec 18 000 références n’est pas en lui-même nouveau. Il constitue le modèle d’Ooshop, Auchandirect, Houra et maintenant de Monoprix, qui vient tout juste d’ouvrir un entrepôt dédié à cette activité. Nous savons qu’il est complexe, à la fois du fait de la typologie des clients (souvent en étage sans ascenseur) et des produits (souvent des produits lourds). Amazon Prime Now se différencie en n’ayant qu’une partie restreinte de l’assortiment en alimentaire.

Le prix proposé pour la livraison (gratuit pour une livraison en 2 heures et 5,90 € pour la livraison en une heure) est très inférieur au coût réel de la prestation de transport, mais il s’agit là du choix de modèle économique d’Amazon, au moins à son démarrage.

La nouveauté qu’apporte Amazon est le délai : 1 ou 2 heures, dans une grande partie de Paris et 21 communes de périphérie. Amazon, en créant le service de livraison de produits alimentaires en une heure, défie une fois de plus tous les critères logistiques auxquels nous sommes habitués.

Les internautes témoignent de la qualité des produits et du respect des engagements. La performance logistique d’Amazon n’est pas en cause. Bien au contraire, elle incitera les distributeurs installés à adapter leur offre, ce qui ne saurait tarder.

Mais Amazon a toutefois oublié plusieurs critères afin de rendre son offre très innovante mieux acceptée dans le contexte environnemental actuel de Paris. Lire la suite

Le congrès américain recommande l’utilisation de véhicules électriques

Le congrès américain vote une loi, le « electric vehicle developement act » recommandant l’utilisation de véhicules électriques afin de réduire la pollution de l’air. Un sondage Gallup montre d’ailleurs que 33 millions d’américains sont intéressés par les véhicules électriques.

General Motors innove en développant un concept car, l’Electrovair II, qui dispose d’une autonomie de près de 80 miles soit 120 kilomètres.

Ce véhicule n’est qu’un des 86 projets répertoriés sur le développement de la technologie des véhicules électriques et des batteries.

C’était en 1966, il y a cinquante ans.

La même année, GM développe l’electrovan, le premier véhicule de type fourgon, fonctionnant avec une pile à hydrogène. L’electrovan avait une autonomie de 120 miles et une vitesse de 63 à 70 Mph.

GM Electrovan 1966

GM Electrovan 1966

Cinquante ans après, les mêmes performances sont annoncées par les constructeurs, les mêmes technologies.

Dans de nombreux autres domaines, à commencer par l’informatique (le premier ordinateur Apple date de 1976), nous avons pu assister à des développements à un rythme effréné.

Le véhicule électrique, malgré les volontés politiques, tant aux Etats-Unis qu’en Europe, n’a jamais été en mesure de mobiliser les investissements nécessaires à un développement technologique important.

Les colloques se succèdent, les textes politiques également. Le seul pays européen qui affiche un taux significatif de ventes de véhicules électriques est la Norvège. Avec 18 000 véhicules électriques vendus par an et bientôt 30 000, 17% de part de marché, la Norvège représente à elle seule près du tiers des ventes européennes. En France, le véhicule électrique ne représente que 1,15% du marché, avec certes un taux de croissance significatif.

Les consommateurs norvégiens ne sont pas plus écologiques que ceux des autres pays européens. Ils réagissent toutefois en fonction d’actes politiques concrets :

  • Possibilité de prendre les couloirs de bus
  • Parkings gratuits
  • Exemption de péage urbain (les villes norvégiennes sont soumises à un péage urbain) et de péage sur les ferries
  • Exonération de TVA
  • Avantages fiscaux dans un pays lourdement fiscalisé
  • Réseau très dense de bornes électriques

Pour ce qui concerne les véhicules de livraison, l’offre de véhicules existe et est assez diversifiée. Elle correspond toutefois à un surcoût qui nécessite pour l’opérateur une modification du modèle opérationnel. Mieux utiliser les véhicules, disposer de bases de distribution plus proches des centres villes (les ELU). Les aides économiques existent mais pas nécessairement réglementaires.

colibus-helem-2013

Certes, l’évolution réglementaire dans les villes, par exemple à Paris, Toulouse ou Grenoble, impose aux opérateurs de trouver des solutions nouvelles. Le véhicule électrique fait partie des différentes solutions, malgré son coût.

L’exemple norvégien montre que la transition énergétique répond à des règles précises :

  • Une offre de véhicules
  • Un cadre fiscal très attractif
  • Un cadre de fonctionnement urbain très avantageux permettant à l’utilisateur d’améliorer sa productivité
  • Des choix politiques très pragmatiques

Si nous réalisions aujourd’hui un sondage, combien d’européens se montreraient intéressés par le véhicule électrique ?