Une semaine très logistique urbaine

La semaine qui s’achève a été l’occasion de plusieurs événements importants concernant la logistique urbaine.

Tout d’abord, la Maire de Paris a annoncé le plan antipollution de la capitale, qui comprend de nombreuses mesures concernant directement la distribution des marchandises : meilleure utilisation de la voie d’eau, centres de consolidation des flux, mutation (et non transition) énergétique du diesel vers d’autres énergies, utilisation du mode ferroviaire, RER, projet de tramfret. Ces orientations fortes, même si elles restent très générales, font preuve d’une volonté affichée de considérer la mobilité des marchandises comme un élément fort d’une politique locale.

Les autorités publiques parisiennes ont admis que la réglementation de la circulation n’est qu’un levier parmi d’autres et ne peut faire partie que d’une politique globale de maîtrise des flux des marchandises nécessaires à une agglomération.

Le second élément majeur, encore sous-estimé, est l’élargissement probable de l’ouverture des commerces le dimanche et de la discussion sur la loi Macron. Si les commerces de certains quartiers ouvrent plus souvent le dimanche, la logistique le sera nécessairement aussi ! Comment imaginer des grands magasins ouverts 12 dimanche par an, soit près d’un sur quatre, sans être approvisionnés ? Le débat qui concerne aujourd’hui le commerce concerne en fait de nombreuses professions : logistique, transport du dernier kilomètre…

Le troisième fait majeur est le refus du tribunal du commerce de Paris d’interdire UberPop. Le trublion Uber, valorisé pas moins de 18 milliards de $, n’en a pas fini de faire bouger les lignes de la mobilité en ville. Interdire n’est certainement pas la meilleure solution pour faire bouger des modèles de mobilité qui ne sont plus adaptés aux modes de vie actuels. Il revient au législateur de fixer de nouvelles règles de cohabitation des activités, en n’oubliant pas deux aspects essentiels : le client et l’emploi. C’est sur ces deux registres qu’Uber fait bouger les lignes : un service performant, moins cher, utilisant les dernières technologies mobiles et un potentiel énorme d’emploi aujourd’hui figé par un modèle installé. La prochaine étape d’Uber ou de ses concurrents sera le transport des marchandises.

uberrush

 

Enfin, cette semaine a été couronnée par le très riche colloque sur la logistique urbaine organisé par le cluster Logistique PACA, toujours en première ligne sur ce sujet. Un menu de fête pour ce colloque du 9 décembre. Le Maroc était à l’honneur avec la présentation par le Directeur Général de l’AMDL, M. Younes Tazi,  du schéma directeur national. La Communauté Urbaine de Lyon propose le partage des couloirs de bus, idée tout à fait pertinente pour améliorer la distribution des marchandises. La société lyonnaise City Logistics a présenté son projet de distribution du dernier kilomètre en véhicules électriques. L’utilisation des sous-sols pour la distribution urbaine a été une solution longuement évoquée. Une excellente approche, sous réserve de hauteur et fonctionnalité suffisante. Le cluster Mobilité et logistique de Bilbao a présenté son modèle de fonctionnement, basée sur le partage des voiries et la verbalisation…

Il ne manquait qu’un seul sujet cette semaine, la logistique urbaine des sapins de Noël !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.