Merci !

Le blog sur la logistique urbaine que j’anime depuis un an est consulté 1000 fois par mois.

champs

Merci à tous ceux qui s’intéressent à ce sujet et avec qui je partage des idées, souvent personnelles.

Durant un an, j’ai publié une centaine d’articles sur des sujets concernant à la fois l’e-commerce, la logistique urbaine et les modes de consommation.

Quels sont les articles les plus lus ?

Le podium est dans l’ordre :

« Faîtes-vous livrer vos produits frais dans une consigne ! »

« La livraison jour J, un enjeu pour l’e-commerce »

« Le développement des consignes, un modèle d’avenir pour la logistique urbaine »

Ces sujets sont intéressants car nous constatons qu’en un an, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts du dernier kilomètre.

Les consignes deviennent, dans toute l’Europe, un moyen privilégié de réception, mais aussi d’envoi des colis. Les réseaux vont sans aucun doute se mettre en place en France en 2015. Pour les produits frais, nous devrons cependant attendre un peu.

La livraison jour J est au cœur des préoccupations des e-marchands. La Fnac vient de mettre en place, avec Deliver.ee, la livraison en 3 heures sur Paris. Amazon a placé la barre très haut en apportant à Manhattan une solution de livraison en une heure seulement, effectuée par coursiers à vélo. Il y a fort à parier que le « 48 heures Chrono » de La Redoute, qui a fêté ses 30 ans, fera bientôt place au 2 heures ou 3 heures chrono.

Quelle est ma plus grande déception ?

C’est probablement que Jules Verne ne fasse plus recette.

N’hésitez pas à lire mon article sur un des plus ingénieux inventeurs de la logistique urbaine, qui n’a pas pris une ride en 150 ans !

Jules Verne a-t-il inventé la livraison en ballon ?

Mais également

La ville du futur : une image vernienne?

Ma plus grande surprise ?

C’est que mon blog soit lu dans le monde entier, dans 63 pays exactement, avec une proportion significative de lecteurs en Belgique, au Maroc, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, que je remercie.

Que nous prépare alors 2015 ?

La livraison généralisée en drones ? pas encore…

La livraison en 15 minutes ? non plus, sauf pour les pizzas !

Amazon Fresh à Paris ? peut-être mais si ce n’est pas lui, ce sera peut-être Alibaba

Un tramfret à Paris ? un peu tôt, sauf peut-être en démonstrateur

Un livre sur la logistique urbaine ? Oui bien sûr !

A tous les lecteurs de ce blog, je souhaite une bonne et heureuse année 2015 !

Les anniversaires logistiques de 2014

Il est grand temps de rappeler quelques anniversaires qui ont marqué l’année 2014 et concernent la logistique.

2014, c’est d’abord pour nous logisticiens l’anniversaire de l’épisode des 600 taxis de la Marne, réquisitionnés par Gallieni en septembre 1914 afin d’acheminer les soldats sur le front. 100 ans plus tard, les taxis restent au cœur de l’actualité. Leur modèle est mis à mal par de nouvelles formes de mobilités : Uber, créé en 2010, le covoiturage, l’auto-partage,  bientôt les taxis collectifs…  comme les taxis de la Marne ! Amazon les teste à New York pour le transport de colis. Le législateur ne pourra qu’accompagner un phénomène et empêcher les dérives. Il ne pourra pas aller à l’encontre d’une tendance mondiale.

2014, c’est l’anniversaire des 50 ans du Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme de la région de Paris, dont l’initiative revient à Paul Delouvrier. Ce schéma est un cadre fondateur de l’aménagement de l’Ile de France : les villes nouvelles, les autoroutes, le RER, … mais aussi les installations logistiques et notamment les gares routières, le déplacement des Halles à Rungis. Les projets actuels du Grand Paris et de la rénovation des grandes plates-formes logistiques périurbaines sont à mettre en perspective avec ce schéma fondateur.

2014, c’est les 30 ans du « 48 heures chrono » de la Redoute. En 1984, La Redoute invente l’engagement de livrer en 48 heures en point relais et rembourse le montant de la commande si cet objectif n’est pas atteint. 30 ans après, l’enjeu n’est plus 48 heures, mais le respect de l’engagement. C’est aussi le raccourcissement du délai. Grâce à Deliver.ee, la Fnac livre en « 3 heures chrono ». Amazon innove encore en apportant à Manhattan la livraison en 1 heure sur un choix de 25 000 articles. Boulanger sait livrer le lendemain. Le « 48 heures chrono » fait définitivement partie de l’histoire.

DSC_0254[1]

2014, c’est l’anniversaire des 20 ans de la création d’Amazon. Comment pourrions-nous imaginer vivre aujourd’hui sans Amazon ? Même si le modèle social et fiscal fait débat, Amazon a le mérite de faire bouger les lignes. Amazon est e-marchand, mais aussi logisticien, transporteur, et permet aux particuliers de devenir vendeurs. C’est tout un modèle que fait changer Amazon, celui du commerce.

Nous retrouvons là les 4 piliers de la logistique urbaine : la mobilité, l’urbanisme, le commerce et le service au client. Ce sont ces 4 piliers qui permettront, si nous les mettons en œuvre de façon plus respectueuse de l’environnement, de construire la ville de demain. Plus attractive, plus numérique, plus collaborative, et plus propre.

La baisse du coût de l’énergie est-elle une bonne nouvelle ?

Le prix du baril de pétrole est presque la moitié de ce qu’il était il y a 6 mois. Ramené au litre, le cours du baril de pétrole est de 0,28 €.

C’est évidemment une bonne nouvelle pour une éventuelle reprise économique, tant attendue en France.

Mais cette situation, si elle se situe dans la durée, remet en cause certains choix essentiels liés à la politique énergétique, notamment autour de la distribution des marchandises.

La politique de transition énergétique est basée sur un prix de l’énergie élevé, qui permettra de développer d’autres moyens de transport, notamment électriques. La mobilité électrique est difficile à amortir en temps normal. Si le coût du carburant reste bas, cette transition énergétique dans les transports prendra nécessairement du retard.

Les villes et notamment Paris, misent sur la sortie du diesel en 2020. C’est un challenge énorme alors même que le diesel reste moins cher pour le consommateur que l’essence. Ainsi, le diesel coûte actuellement environ 1,10 € par litre alors que le super 95 affiche un prix de 1,30 €.

Abandon de l’écotaxe, des Zapa et baisse du prix du diesel ne sont pas des nouvelles qui favorisent une transition énergétique et une sortie du diesel. Sauf si …

Sauf si …

les autorités publiques décidaient de profiter de cette situation pour financer la transition énergétique dans les transports.

La consommation de diesel en France est de 39 milliards de litres, dont 18% seulement pour les véhicules poids lourds.

Une augmentation de 10 centimes du diesel permet ainsi de rapporter sur un an 3,9 milliards €. Ce chiffre est 4 fois supérieur à ce que devait rapporter l’écotaxe.

Ne soyons pas modestes ! La baisse du prix du diesel est une formidable nouvelle, un magnifique cadeau de Noël, à condition de profiter de cette manne pour accélérer la mise en œuvre des projets de transfert énergétique prévus, notamment pour la logistique urbaine.

Comment est-il envisageable sur le long terme que le diesel reste 20 centimes moins cher que l’essence et que les politiques publiques, comme c’est le cas à Paris, prévoient une sortie du diesel, dont nous connaissons les effets catastrophiques sur la santé publique ?

Il est donc souhaitable que la fiscalité sur le diesel augmente et que l’écart de prix entre diesel et essence disparaisse à l’instar de très nombreux autres pays européens. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Adapter la fiscalité aux politiques publiques n’est probablement pas une mesure punitive !